LCI en gratuit sur la TNT : NextRadioTV (BFMTV) dépose un recours

 |   |  401  mots
"BFMTV comme iTELE sont des chaînes indépendantes, qui parfois appuient là où ça fait mal", selon Alain Weil.
"BFMTV comme iTELE sont des chaînes indépendantes, qui parfois appuient là où ça fait mal", selon Alain Weil. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Le groupe de médias conteste cette décision prise mi-décembre en estimant notamment que les conséquences sur les deux chaînes d'information gratuites existantes, BFMTV et iTELE "ont largement été minimisées". Son propriétaire, Alain Weil, dénonce un "mauvais coup porté au pluralisme et une régression démocratique".

NextRadioTV a mis sa menace à exécution. Le propriétaire de BFMTV a déposé un recours devant le Conseil d'État contre le passage de LCI sur la TNT gratuite, décidée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Des conséquences "largement minimisées"

Le groupe de médias, dans un communiqué, conteste cette décision prise mi-décembre en estimant notamment que les conséquences sur les deux chaînes d'information gratuites existantes, BFMTV et iTELE (propriété de Canal+, du groupe Vivendi ) "ont largement été minimisées". Il fait aussi valoir qu'il n'y avait "aucun risque de disparition de LCI" et que son passage en gratuit "ne permet pas de renforcer le pluralisme", arguments avancés par le groupe TF1 pour appuyer sa demande auprès du CSA.

NextRadioTV, qui a déposé un recours en référé et au fond, regrette plus largement le possible passage à quatre chaînes d'informations en France avec le projet annoncé pour septembre par France Télévisions.

"Cette décision va permettre au groupe audiovisuel français le plus puissant, qui représente déjà 50% de l'audience de l'information sur les chaînes privées en France, d'avoir une cinquième fréquence gratuite sur la TNT."

La présidentielle de 2017 comme enjeu

"Alors que les informations se multiplient sur l'arrivée du groupe Bouygues comme 2e actionnaire d'Orange après l'État - de façon très opportune juste après l'annonce du CSA - et que se profile une chaîne d'information du service public, NextRadioTV considère que la décision du CSA est un mauvais coup porté au pluralisme et une régression démocratique", dénonce la chaîne.

Le PDG de NextRadioTV Alain Weill, dans une interview au quotidien Le Monde, reprend cet argumentaire. "BFMTV dérange le pouvoir, quel qu'il soit. Car BFMTV comme iTELE sont des chaînes indépendantes, qui parfois appuient là où ça fait mal", affirme-t-il, en évoquant la possibilité d'une reprise en main de l'information télévisée dans la perspective de l'élection présidentielle en 2017.

Bouygues et Orange sont en discussions en vue d'une reprise de Bouygues Telecom par l'opérateur télécoms historique, dont l'Etat est le premier actionnaire et, selon la presse, Bouygues pourrait entrer au capital d'Orange dans le cadre de l'opération.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2016 à 15:23 :
Marrant de voir des gens qui nous vendent du libéralisme et de la concurrence pour les autres à longueur d'antenne avoir peur de leur propre dogme. Marrant ou triste plutôt....
a écrit le 10/01/2016 à 14:37 :
Un commentaire, monsieur Nicolas Doze ?? Je rigole...
a écrit le 10/01/2016 à 9:11 :
Il y aura plus de concurrence et ce sera très bien
Si BFM continue à plaire il seront devant ...
Vouloir se créer un petit terrain sans concurent c'est pas tres libérale
a écrit le 09/01/2016 à 19:58 :
la chaîne BFM prétend être la première chaîne de l'information en continu. Pour ma part et pour beaucoup de de spectateurs c'est la première à répétition toute la journée et payée par la pub qui répercute sur les prix à la consommation des spectateurs. Heureusement que d'autres chaînes sont plus évoluées..
a écrit le 09/01/2016 à 13:59 :
Voici campées les limites du mythe de la concurrence. Sur le constat de position dominante du groupe TF1 Alain Weil a raison. Mais réalise-t-il qu'il remet en question le principe même de la concurrence qu'il a défendu et agité durant des années? Lui et tous les ultras libéraux. La concurrence, c'est ce qui m'arrange quand ça m'arrange et ce qui me dérange quand ça ne m'arrange plus. Le patron de BFM a raison de dire que le marché ne peut pas encaisser plus de chaînes infos. Ce raisonnement est valable pour tout le reste de l'économie: téléphonie, énergie, transports... Mais quel doit être l'attitude? Maintenant que les premiers arrivés se sont installés sur le marché de la "concurrence", il n'y a plus de place pour de nouveaux entrants? N'est ce pas la preuve que le mythe de la concurrence heureuse était pipé dès le départ?
a écrit le 09/01/2016 à 13:59 :
C'est rigolo.
Pour les gauchistes de BFMTV, le pluralisme est une régression démocratique.
C'est vrai que biberonnés avec les doctrines staliennes et maoïstes, ils ont du mal à accepter que l'on ne croient pas et ne répète pas bêtement toutes leurs âneries.
Ils ont de la chance. Il existe encore un petit état qui correspond à leur vision du monde : la Corée du nord.
Réponse de le 09/01/2016 à 17:47 :
Alain Weil gauchiste ? Simplement un homme d'affaires, de droite bien évidemment !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :