Mediaset : selon les dirigeants de Vivendi, l'offensive n'est "pas hostile"

 |   |  237  mots
Le groupe de télécom français tente d'apaiser les tensions avec Mediaset.
Le groupe de télécom français tente d'apaiser les tensions avec Mediaset. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le feuilleton entre Mediaset et Vivendi connaît un nouveau rebondissement. Au menu du jour, une tentative d'apaisement de la part du président du directoire de Vivendi, et un démenti côté italien.

Le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, a assuré que l'offensive du groupe français sur Mediaset n'était pas une OPA "hostile", dans une interview publiée samedi dans le journal italien Corriere della Sera. "Je comprends que la rapidité avec laquelle nous avons agi puisse susciter de l'émotion", a expliqué M. de Puyfontaine. "C'est notre façon d'arriver à un résultat positif, mais nous ne sommes pas hostiles". Réagissant à l'interview de M. de Puyfontaine, Mediaset a réaffirmé samedi dans un communiqué qu'il n'existait "aucune négociation" avec Vivendi.

Le groupe français a annoncé cette semaine être parvenu à une participation de 20% -son objectif avancé - dans Mediaset, premier groupe italien de radio-télévision privé contrôlé par la famille de l'ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi. Dénonçant une opération hostile, la famille Berlusconi s'est lancée, en riposte, dans l'achat de titres pour monter à 38,266% du capital et 39,775% en termes de droits de vote au sein du groupe italien. Elle détenait jusqu'alors un peu moins de 35% du capital.

Cette offensive était d'autant plus surprenante qu'elle fait suite à plusieurs mois marqués par des relations de plus en plus tendues entre le groupe détenu par Vincent Bolloré et Mediaset. Depuis le deal avorté de cet été, le groupe italien, se sentant lésé, a intenté une série d'actions en justice contre Vivendi.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :