Référé sur LCI : décision du Conseil d'Etat "dans les tous prochains jours"

 |   |  419  mots
Dans un interview accordée au Figaro cette semaine, Nonce Paolini, le PDG de TF1 expliquait que LCI pourrait passer en gratuit sur la TNT début mars.
Dans un interview accordée au Figaro cette semaine, Nonce Paolini, le PDG de TF1 expliquait que LCI pourrait passer en gratuit sur la TNT début mars. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Alors qu'elle a obtenu le feu vert du CSA en décembre pour passer en gratuit sur la TNT, la chaîne d'information du groupe TF1 pourrait voir cette décision suspendue par le Conseil d'Etat.

Le Conseil d'Etat rendra sa décision "dans les tous prochains jours" sur le recours en référé du groupe NextRadioTV (BFMTV) pour bloquer le passage en gratuit de sa rivale LCI (groupe TF1), a annoncé, vendredi 5 février, le juge Alain Ménéménis en audience publique.

De son côté, l'avocat de NextRadioTV a fait savoir,  en fin d'audience, que le groupe avait aussi déposé une plainte à Bruxelles pour "aide d'Etat", affirmant que les conditions d'attribution d'une fréquence hertzienne publique à LCI étaient "scrutées de très près par la Commission européenne".

Examen du recours en annulation

Ce "référé suspension", une procédure d'urgence, vise à geler la décision du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) qui, en décembre, a autorisé la chaîne d'info du groupe TF1 à passer sur la TNT gratuite. Le Conseil ne décidera une suspension de la gratuité de LCI qu'en cas de "situation d'urgence" et de "doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée".

Dans les mois qui viennent, "au plus tard cet automne", le Conseil d'Etat examinera le recours en annulation sur le fond également déposé par NextRadioTV.

 TF1 et NextRadioTV se renvoient la balle

Au cours de l'audience de ce vendredi, les deux groupes ont à nouveau plaidé leur cause, chacun des deux affirmant que leur chaîne était en danger immédiat : TF1 a averti que LCI fermerait si elle restait payante, et NextRadioTV a assuré que BFMTV risquait de basculer dans le rouge rapidement face à l'arrivée d'une nouvelle rivale gratuite.

Si LCI ne passe pas en gratuit "ce qui sera irréversible est la disparition de LCI", a lancé l'avocat de TF1, rappelant que la chaîne coûtait actuellement "3 millions par mois soit 80.000 € par jour de pertes". "BFMTV a réalisé un résultat net de 10 millions d'euros en 2015, il sera divisé par deux en 2016" si LCI arrive en gratuit, a rétorqué Alain Weill, le patron de NextRadioTV.

Décision du CSA contestée

NextRadioTV a aussi accusé le CSA de ne pas avoir analysé l'impact de l'arrivée de la future chaine d'info publique sur la TNT gratuite -- une arrivée en hertzien "qui m'a été confirmée par le gouvernement", a même précisé Alain Weill. Il a également reproché au CSA d'accepter avec LCI une chaîne dont les programmes ne seront pas, selon lui, très différents de ceux de BFMTV.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2016 à 19:41 :
Vive la concurrence dans... les commentaires sur BFMTV. Gros défenseur de la concurrence pour elle, mais pas pour les autres. En ayant cette attitude concrète, cette chaîne ultralibérale amène une preuve, tout aussi concrète, que la concurrence est un danger pour l'économie. C'est plus efficace qu'un éditorial.
a écrit le 06/02/2016 à 18:17 :
Commentaire de PPDA qui m'a surpris concernant ces multiplications de chaînes d'infos continue: "Avant c’était la grande messe du 20h dans une cathédrale maintenant c'est plein de petites messes dans plein de chapelles, rien ne change."
a écrit le 06/02/2016 à 10:13 :
BFM est un chaine qui je regarde et écoute quotidiennement. Elle est ouvertement pour une économie libérale. Il est quand même contradictoire que celle-ci fasse tout pour empêcher un concurrent de s'installer !
a écrit le 06/02/2016 à 9:36 :
L'actualité économique et juridique est toujours très intéressante mais aussi très instructive : BFMTV dont les journalistes économiques sont les chantres du libéralisme économique est la première à refuser ce qu'elle prône tous les jours : la concurrence. Bravo à ces joyeux comiques !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :