Vivendi et Havas grimpent en Bourse sur fond de rumeurs de rapprochement

 |   |  325  mots
Bolloré a relancé les spéculations sur un éventuel rapprochement des deux groupes, financé avec le cash de Vivendi, commente un analyste en poste à Londres.
"Bolloré a relancé les spéculations sur un éventuel rapprochement des deux groupes, financé avec le cash de Vivendi", commente un analyste en poste à Londres. (Crédits : Reuters)
Vincent Bolloré a jugé "évident" qu'il y aurait un jour "quelque chose" entre les deux groupes dont il est le premier actionnaire. Son fils Yannick, Pdg de Havas, est entré la semaine passée au conseil de Vivendi.

Vers une alliance entre les deux groupes dont VIncent Bolloré est le premier actionnaire ? L'idée d'un tel rapprochement -- évoqué par l'homme d'affaires breton lors d'une interview aux  Echos -- séduit les investisseurs puisque les actions Vivendi et Havas sont en nette hausse mardi à la Bourse de Paris.

"Il est évident qu'un jour il y aura quelque chose entre Vivendi et Havas", a expliqué Vincent Bolloré, en précisant, selon des propos rapportés par Les Echos, qu'il n'y a pas de projet à date entre le géant des médias et le groupe publicitaire dirigé par son fils Yannick Bolloré, mais seulement une réflexion.

A 11h57, Vivendi monte de 2,01%, tandis que Havas, plus forte hausse du SBF 120, grimpe de 4,45%. De son côté, l'action du groupe Bolloré gagne 2,82%. Au même moment l'indice CAC 40 avance de 0,52%.

Arrivée du patron de Havas au conseil de Vivendi

"Bolloré a relancé les spéculations sur un éventuel rapprochement des deux groupes, financé avec le cash de Vivendi", commente un analyste en poste à Londres.

"La présence de son fils (Yannick Bolloré, NDLR) au conseil de Vivendi va en tout cas dans ce sens", ajoute-t-il.

Lors de la publication de ses résultats du premier trimestre, le 11 mai, le groupe de médias et de divertissement a parallèlement annoncé la cooptation de Yannick Bolloré, Pdg de Havas, au conseil de surveillance de Vivendi, présidé par son père Vincent Bolloré.

"Havas et Vivendi profitent de la relance des spéculations. Un éventuel accord permettrait à Vivendi de conforter sa place dans les médias", commente un autre analyste en poste à Paris.

Des analystes financiers expriment toutefois des doutes sur l'intérêt économique d'un tel mariage, susceptible en outre de créer de potentiels conflits d'intérêt, Havas comptant des activités d'achat d'espaces publicitaires à la télévision.

>> Lire Pour Bolloré, Canal+ est "sauvable" et "sera sauvé"

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :