MWC 2017 : Huawei, Nokia et LG veulent profiter des déboires de Samsung

 |   |  673  mots
Depuis la fin des années 1990, Nokia truste largement le classement des meilleures ventes de téléphones mobiles, avec huit téléphones dans le top 10.
Depuis la fin des années 1990, Nokia truste largement le classement des meilleures ventes de téléphones mobiles, avec huit téléphones dans le top 10. (Crédits : Statista*)
Au Mobile World Congress de Barcelone, les rivaux du géant sud-coréen ont présenté leurs derniers terminaux. Tous misent sur les difficultés actuelles du chaebol pour lui tailler des croupières.

Le Mobile World Congress de Barcelone s'apparente aux Césars. Sauf qu'ici le public n'acclame pas des stars de cinéma, mais des smartphones dernier cri. La veille de l'ouverture de ce congrès, le plus grand au monde consacré aux technologies mobiles, les cadors du secteur ont pris l'habitude d'y dévoiler leurs "flagships". C'est-à-dire leurs futurs terminaux de référence, leurs prochaines locomotives des ventes.

L'édition 2017 du Mobile World Congress n'a pas fait exception. Ce dimanche, plusieurs grands noms des smartphones ont enchaîné les "conférences de presse". Ou plutôt de coûteux spectacles avec sons et lumières, à grand renfort de vidéos élogieuses vantant leurs derniers bébés à la presse et au grand public. Mais cette année, la donne était un brin différente. Samsung, de très loin le premier vendeur de smartphones au monde, n'a pas, comme de coutume, présenté son prochain terminal, le Galaxy S8. Le chaebol paye toujours les problèmes de batterie de sa phablette, le Note 7, dont plusieurs modèles ont explosé. C'est la raison pour laquelle le géant sud-coréen a reporté le lancement de son prochain Galaxy S8. Résultat, ce dimanche, il ne l'a évoqué qu'à travers une vague vidéo.

Mea culpa de Samsung

Outre la présentation de deux nouvelles tablettes, la conférence de Samsung a surtout consisté en un mea culpa. L'objectif étant de rassurer ses fidèles sur ses produits. "La qualité est notre priorité", a répété une vidéo introductive, montrant toute une série de tests de résistance des smartphones aux chocs ou à l'eau. A la tête du marketing de Samsung Electronics, David Lowes a assuré que de nouveaux garde-fous avaient vu le jour pour garantir la qualité des nouveaux terminaux. "Nous avons conscience que nous ne regagnerons la confiance de nos clients qu'avec des actions, et pas avec des mots", a-t-il insisté.

Sans surprise, du côté de la concurrence, ce moment de faiblesse de Samsung a été largement exploité. A commencer par son compatriote LG. Celui-ci a présenté son G6, un grand terminal haut-de-gamme taillé, sur le papier, pour la vidéo. D'après le groupe, celui-ci sera disponible aux alentours de 700 euros, et verra le jour au mois d'avril.

Huawei dénigre la concurrence

En plein offensive dans le monde du mobile, Huawei a vu les choses en grand. Pour présenter son nouveau P10 - dont le prix avoisinera les 600 euros -, le mastodonte chinois s'est payé une immense tente au coeur de Barcelone. Côté caractéristiques, Huawei capitalise, une fois encore, sur un double capteur photo signé Leica. Surtout, pendant la conférence, le groupe de Shenzhen a bombardé les journalistes de savants graphiques maisons pour dénigrer ses rivaux Apple et Samsung. Et notamment, actualité oblige, en termes d'autonomie de batterie.

Mais l'attraction du jour est venue d'une ancienne gloire du mobile. Le géant finlandais Nokia a fait depuis peu son grand retour dans les smartphones. Sans prendre trop de risques, il a cédé à une société, HMD, les droits d'utilisation de sa marque pour lancer de nouveaux terminaux. Au début d'année, un mobile milieu-de-gamme sous Androïd, le Nokia 6, a été lancé en Chine. Ce dimanche, lors d'un show en grande pompe, HMD a annoncé la commercialisation de ce terminal en Europe - au prix de 229 euros en France. Deux autres smartphones, le Nokia 5, plus compact, et le Nokia 3, pour les bourses plus modestes, ont également été dévoilés.

Nokia ressuscite son 3310

Surtout, comme attendu, Nokia a ressuscité son mythique 3310. Vendu 49 euros, il s'agit d'une version améliorée. L'écran est en couleur, et on y retrouve ce bon vieux "Snake", son célèbre jeu du serpent. A en croire HMD, son autonomie pourrait aller jusqu'à 22 jours. La technologie, elle aussi, se convertit à la mode du vintage.

_________________

*Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 8:00 :
Hey, la Tribune. Vous parlez de telephonie et vous ne citez pas l'inculpation de Lee Jae-Yoong, PDG de SAMSUNG ! Il risque tres gros, maintenant que les preuves de sa corruption sont etablies. C'est une info capitale et vous ne la relevez pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :