« Orange va investir 50 millions dans les startups en Afrique »

 |   |  634  mots
Pour Pierre Louette, Orange se doit d'être leader dans la transformation numérique du continent africain.
Pour Pierre Louette, Orange se doit d'être leader dans la transformation numérique du continent africain. (Crédits : DR)
Directeur général délégué d'Orange, et notamment en charge des investissements dans les startups, Pierre Louette annonce dans nos colonnes la création d'un fonds spécialement dédié aux jeunes pousses africaines. Doté de 50 millions d'euros, celui-ci doit permettre à l'opérateur historique de saisir les opportunités de la transformation digitale à l'oeuvre sur ce continent. Et ce, dans des secteurs aussi variés que le paiement, la santé, l'énergie, la santé ou l'éducation.

LA TRIBUNE - Vous lancez Orange Digital Ventures Africa. De quoi s'agit-il ?

PIERRE LOUETTE - En complément de notre structure de capital-risque Orange Digital Ventures de 100 millions d'euros créée il y a deux ans, nous avons décidé de lancer un programme d'investissement uniquement dédié aux startups africaines, d'un montant de 50 millions d'euros, sous la houlette de notre structure Orange Digital Investment, qui regroupe toutes nos participations dans le digital (y compris Deezer et Dailymotion). La moitié de cette enveloppe sera investie dans des fonds de fonds spécialisés dans le digital sur ce continent. Nous allons gérer cet argent avec deux partenaires : les fonds Partech Ventures et AfricInvest, qui est basé en Tunisie. L'autre moitié de ces 50 millions nous permettra d'investir en direct, à travers une nouvelle structure, Orange Digital Ventures Africa, dans des entreprises que nous aurons nous-mêmes sélectionnées dans des secteurs qui nous tiennent à cœur, comme la santé ou les télécoms. L'objectif est de cibler des startups déjà assez matures, ce ne sera pas de l'amorçage, mais des tickets allant jusqu'à 3 millions d'euros au premier tour de table.

Aurez-vous une équipe sur place ?

Au mois de septembre, nous disposerons d'une petite équipe de deux ou trois personnes à Dakar. Nous sommes très bien implantés au Sénégal avec Sonatel et nous avons un incubateur Orange Fab sur place. Cette équipe locale sera très agile : elle bénéficiera, comme un vrai fonds, d'une certaine indépendance pour investir de son propre chef jusqu'à un certain seuil. L'objectif est de pouvoir réagir très vite au gré des opportunités et de se comporter comme un fonds, sans en être un juridiquement. Si une société nous sollicite, nous nous engageons à lui répondre en moins de 30 jours.

Dans quels types de startups voulez-vous investir ?

Nous voulons financer des entrepreneurs dans tous les domaines, dès lors qu'ils utilisent le digital pour résoudre les problèmes fondamentaux du continent. Cela pourra être la logistique, le commerce, le transport, l'énergie et pourquoi pas les Fintech ou la santé... Si le spectre est aussi large, c'est parce qu'en Afrique, le digital peut apporter beaucoup dans bien des domaines, mais avec des problématiques totalement différentes de celles qu'on rencontre en Europe : nous ne sommes pas dans l'ubérisation mais dans le "leapfrogging", nous aidons l'Afrique à faire un grand saut en avant. Par exemple, à l'exception des grandes villes et de quelques pays, les banques de détail sont en général peu présentes sur ce continent. Nous voulons soutenir toutes les initiatives qui permettent à des secteurs d'aller de l'avant, dans des domaines aussi variés que le paiement, la santé ou l'éducation à distance.

En quoi cette nouvelle structure était-elle nécessaire, alors que vous avez déjà investi dans des startups africaines ?

Effectivement, Orange Digital Ventures avait notamment vocation à investir dans des startups centrées sur ce continent. C'est pourquoi nous avons soutenu des jeunes pousses comme Afrimarket ou Afrostream. Et via Orange Digital Investment, nous avons mis beaucoup d'argent, 75 millions d'euros, dans Jumia (Africa Internet Group), qui se présente comme le « Amazon africain ». Aujourd'hui, nous voulons une structure spécialisée et développer notre propre écosystème. Avec Stéphane Richard [le PDG d'Orange, NDLR] et Bruno Mettling, le patron des activités africaines d'Orange, notre objectif est de devenir leader dans la transformation digitale en Afrique. Aujourd'hui, des fonds d'investissements, européens et américains, commencent à s'intéresser à l'Afrique, sans être implantés sur place. Nous avons un avantage, nous sommes présents depuis longtemps sur ce continent, dans 19 pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2017 à 22:30 :
Lol, comm' bien rodée ...sur le papier. Juste pour vérifier, mail adressé au service ***en reprenant une des thématiques abordées dans l'article. La réponse écrite mériterait d'être publiée!!😏
a écrit le 09/06/2017 à 11:41 :
c est surtout pour planquer des sous a l etranger ....!!rien de nouveau ..!!
a écrit le 09/06/2017 à 7:19 :
Et pourquoi pas investir dans des antennes en France pour que l'on ait une couverture 4G conforme à leurs promesses
Réponse de le 09/06/2017 à 22:32 :
Que promesse ?? Celles d'orange ou de l état... Un peu de sérieux pour peu que vous maîtrisez un tant soit peu le sujet...
a écrit le 08/06/2017 à 22:47 :
Ce n'est pas le premier "investissement" récent de la part de sociétés françaises en Afrique. Les us nous auraient donc permis une partie d'anciennes colonies comme zone de chasse. "merci" :-(
Réponse de le 09/06/2017 à 9:06 :
@Yvan
La France était encore le 1er investisseur en Afrique en 2008 et 2009.
Mais la crise est passée par là. Le manque de volonté politique et l’arrogance d’un ex-président ont participé au déclin de nos investissements en Afrique.
Si les entreprises françaises ont cédé du terrain c’est parce que le trouillomètre de certains de nos patrons était au maximum. Tandis que d’autres avaient axé leurs efforts sur d’autres régions du monde.
La France a donc délaissée l’Afrique par manque de moyens (crise), manque d’intérêts, ignorance, peur, et aussi pour la conquête de l’Asie.
Mais aussi par manque de compétitivité, coût du travail ou produits non adaptés au marché.
La France avait aussi peut-être trop misé sur l’Europe avec un retour sur investissement par toujours au rendez-vous.
Mais la situation est en train de se retourner, public et privé.
La France semble avoir cessé de perdre des parts de marché en 2015, et parallèlement, l’investissement et l’intérêt pour ce continent repartent.
Malgré tout, la France était restée l’un gros investisseur en Afrique et garde l'un des meilleurs ratios d’emplois par million d’euros investis, si ce n'est pas le meilleur!
L’Europe investit en bien plus en Afrique que les Etats-Unis, l’Inde ou la Chine.
La France se taille la part du lion au Maghreb et dans la zone Franc CFA.
La chasse gardée des US sont Israël et la Turquie.
---
Et la Françafrique se transforme peu à peu en Africafrance :
http://www.africafrance.org/*
---
Selon une étude du Conseil BearingPoint, 2016 :
« Pour la première fois, les entreprises françaises considèrent le marché africain comme un relais de croissance qu’il faudra prioriser dans les dix prochaines années. Elles prévoient que la part de chiffre d’affaires relatif à leurs activités en Afrique va augmenter de 75% au cours des 10 prochaines années. »
---
Bpifrance fin 2014 :
« près de 20 % des entreprises non présentes sur le continent ont une démarche en cours ou un projet de s’y développer dans un horizon inférieur à trois ans. »
---
Les Etats-Unis sont un concurrent comme d’autres, et les coups bas sont autorisés et joués des deux cotés, rien de nouveau !
Et si la France avait dédaigné l’Afrique un temps, les US n’en sont pas responsables.
Vous et votre anti-américanisme primaire…………
a écrit le 08/06/2017 à 11:01 :
50 millions, somme ridicule en comparaison des bénéfices que fait Orange en Afrique.
Ce n'est pas très sérieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :