PLTJE 2016 : Nantes et sa région ont choisi leurs lauréats

 |   |  714  mots
Les six lauréats de la région Ouest.
Les six lauréats de la région Ouest. (Crédits : DR)
Après une journée de sélection, six jeunes entrepreneurs ambitieux ont gagné le droit de défendre les couleurs de la région Ouest pour le Prix La Tribune-BNP Paribas Jeune entrepreneur.

Pitchs, questions, débats... et votes. La sélection des lauréats pour la région Ouest du Prix La Tribune-BNP Paribas s'est achevée mardi. Une fois n'est pas coutume - et malgré l'expérience du jury dont certains membres officiaient depuis trois ans -, il ne fût pas toujours aisé de départager les candidats présélectionnés, dont les dossiers étaient de grande qualité. Reste qu'au final, six candidats de Nantes et sa région ont décroché le droit de poursuivre l'aventure. Le 9 mars prochain, ils affronteront à Paris les gagnants des autres régions de l'Hexagone lors d'une grande finale, à Paris. L'annonce des résultats, elle, se déroulera aussi dans la capitale, le 4 avril, lors d'une grande cérémonie au Grand Rex.

Les entrepreneurs de Nantes et sa région ont montré qu'ils avaient de solides atouts pour aller loin auprès d'un jury de professionnels. Des représentants de BNP Paribas, d'Orange, d'AG2R La Mondiale, d'EDF, de BPI France, et bien sûr de La Tribune, ont eu la lourde responsabilité de départager les candidats des six catégories du Prix.

Dans la catégorie Green Business, c'est EP (ex Energie Perspective) qui a décroché la timbale. Un de ses trois chefs de file, Pierre Leroy, a séduit le jury avec sa solution visant à améliorer la performance énergétique de l'habitat. Via une plateforme spécifique, permettant de bénéficier d'un diagnostic de son chez-soi et d'être mis en relation avec des artisans et professionnels du bâtiment, la société veut épauler les particuliers soucieux - entre autres - de diminuer leurs factures d'électricité ou de chauffage.

Dans la catégorie Industrie, 10-Vins l'a emporté. Béatrice Domine, œnologue associé qui représentait la société, a présenté au jury sa « D-Vine », une machine permettant de servir du vin au verre. Souvent présentée comme « le Nespresso du vin », 10-Vine espère séduire un large public en France. Mais ne cache ses ambitions à l'international, aux Etats-Unis notamment.

Dans la catégorie Numérique, Akeneo a fait l'unanimité. Co-fondateur de cette société qui commercialise un outil de gestion de catalogue produits à destination des entreprises, Frédéric de Gombert, a déjà de sacrées références à son tableau de chasse. Parmi elles, on peut citer Hermès, Feu Vert, Auchan ou encore Pimkie. Prometteur, d'autant que cette société, fondée en 2013 seulement, compte déjà 45 collaborateurs et réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires à l'international.

Dans la catégorie Santé, Jean Chaoui, PDG d'Imascap, s'est distingué. Le jeune homme de 32 ans est du genre modeste, le débit lent et posé. Six ans après la création de sa société, il affiche une impressionnante progression. Son créneau ? La chirurgie orthopédique assistée par ordinateur. Concrètement, sa solution permet notamment aux chirurgiens du monde entier de préparer au mieux la mise en place d'une prothèse grâce à un logiciel de simulation spécifique. D'ici à 2019, Imascap espère réaliser un chiffre d'affaires de plus de 20 millions d'euros, contre 620.000 euros l'an dernier.

Dans la catégorie Services, l'éditeur de logiciels Lengow s'est démarqué. Mickaël Froger, co-fondateur de cette société qui emploie aujourd'hui 140 personnes, a emporté tous les suffrages. Créé en 2009, Lengow propose aux entreprises d'améliorer sensiblement le référencement de leur catalogue. A ce jour, la société accompagne quelques 3.500 marchands dans pas moins de 45 pays à travers le monde. Il y a quelques mois, la société a bouclé une levée de fonds de 10 millions d'euros pour accélérer son développement.

Dans la catégorie Start, Yann Petit l'a emporté avec son bébé GeoKaps, un réseau social géolocalisé. Cette appli mobile, sorte de « convergence entre Twitter et Google Maps », offre aux entreprises la possibilité de contacter des clients ou personnels qui se trouvent dans une zone précise, en fonction des besoins. Mais aussi de faire remonter des informations dans un périmètre géographique bien délimité. GeoKaps lorgne plusieurs secteurs pour faire son nid, notamment dans le domaine de l'énergie, du sport et des médias.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :