Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg

 |   |  437  mots
Elon Musk, PDG de Tesla et Space X, pense que le revenu universel va devenir nécessaire pour accompagner l'automatisation croissante.
Elon Musk, PDG de Tesla et Space X, pense que le revenu universel va devenir "nécessaire" pour accompagner l'automatisation croissante. (Crédits : Reuters/Patrick Fallon)
Afin de rivaliser avec l'intelligence artificielle et les robots, l'homme du futur devra directement relier son cerveau à des machines grâce à un "cordon neuronal" - selon les prédictions du PDG de Tesla et de Space X.

"Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une." Voilà le conseil prodigué en début de semaine par Elon Musk, le milliardaire qui rêve d'envoyer prochainement les humains sur Mars. L'homme d'affaires a livré sa vision de l'homme du futur lors d'une conférence au World Government Summit à Dubaï, où il annonçait le lancement de Tesla aux Emirats Arabes Unis. "Au fil du temps, je pense que nous allons probablement voir une fusion plus étroite de l'intelligence humaine et l'intelligence numérique", a-t-il affirmé. En clair, le cerveau humain devrait se connecter directement aux machines grâce à un "cordon neuronal" (en anglais, "neural lace"), sans en préciser la teneur.

Objectif : "Atteindre une symbiose entre intelligence humaine et numérique [qui] pourrait résoudre la perte de contrôle et la perte d'utilité [de l'homme]", a déclaré Elon Musk, selon The Verge. Car l'utilité de l'homme serait menacée par l'automatisation croissante des emplois et le développement de l'intelligence artificielle, d'après le PDG de Space X. En évoquant les voitures autonomes développées par son groupe Tesla, il assure qu'il y aura "de moins en moins d'emplois qu'un robot ne pourra pas faire mieux" qu'un homme, rapporte le Guardian.

Face à l'automatisation, Elon Musk est favorable à un revenu universel

Les humains pourraient ainsi se retrouver éclipsé de nombreuses activités économiques. "Je veux être clair : ce n'est pas quelque chose que je souhaite voir arriver mais je pense qu'elle surviendra probablement. Et si mon évaluation est correcte, et elle va vraisemblablement l'être, a précisé Elon Musk. Alors nous devons penser à ce que nous allons faire à ce sujet", rapporte Fast Company. C'est pourquoi le milliardaire juge l'instauration d'un revenu universel "nécessaire". "Je vois pas trop ce que l'on pourrait faire d'autre" pour faire face à "l'automatisation", déclarait-il début novembre auprès de CNBC.

En juin 2016, lors d'une conférence organisée par Recode, Elon Musk assurait : "Nous sommes déjà des cyborgs." Et de poursuivre : "Nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l'on fait. Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications."

Pour le milliardaire, le défi pour l'homme sera de trouver un sens à son quotidien. "Beaucoup de gens tirent leur sens de leur emploi. Donc, s'il n'y a plus de besoin pour votre travail, qu'allez-vous faire ? Vous sentirez-vous inutile ?"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2017 à 9:08 :
Depuis maintenant presque 10 ans, j’interagis avec la communauté robotique mondiale et ses acteurs. Le sujet qui m’anime et me motive est le potentiel de transformation sociétale que détiennent les technologies robotiques (entre autres technologies émergentes comme les biotech, les nanotechs, etc). J’ai eu l’opportunité de me « plonger » dans l’écosystème robotique mondial et je l’ai saisi. Néanmoins, aujourd’hui, ce potentiel de transformation sociétale 1. Ne se réalise pas ; 2. Est considéré, selon moi (et nous ne sommes pas beaucoup à penser cela), par le « mauvais bout de la lorgnette ».

Une large majorité s’interroge, à partir du présent, sur les façons dont nous allons pouvoir « composer », nous adapter à ces nouvelles technologies. Donc quel impact sur l’emploi, quelles transformations sur le travail vont entraîner ces nouvelles technologies ? Il s’agirait que l’homme s’adapte et se « prépare » au progrès technologique réalisé par l’homme. L'adaptation ultime préconisée ci dessus serait "demain: tous Cyborgs"?

Je crois fermement que la réelle question est à l’inverse celle «des technologies robotiques pour quoi faire ?» Quels services à l’homme et la planète doivent apporter ces technologies ? Si nous voulons qu’elles allègent notre temps de travail, le stress, les TMS, etc, soit. Alors la question n’est pas « Robotique, une chance ou menace pour l’humain ? avec une réponse pour et une réponse contre. La question est : « Robotique : une chance pour l’amélioration qualitative de la vie de l’homme ? » la réponse est d’abord « quelles améliorations ? » puis les Do’s and Don’ts », les actions positives dans ce sens, les écueils à éviter. Je crois fermement que ce que nous devons faire, c’est examiner le potentiel robotique dans le sens « inverse ». Partir de ce que nous voulons en terme de transformation sociétale et voir ce que les technologies robotiques peuvent faire pour nous y aider. Un exemple assez parlant, mais trop caricatural peut être : voulons nous des drônes armés autonomes ? (je suis CONTRE) ou voulons nous des drônes qui livrent les premiers secours après une catastrophe naturelle dans des zones inaccessibles à l’homme ? (je suis POUR). Et pourtant, en terme technologique, c’est la même chose. Clairement en terme d’usage, ce n’est pas le même débat. Il faut alors réfléchir aux conséquences sur le système dans son ensemble. La première question est quelle est la place du Travail, de l’Emploi (deux concepts différents) dans notre système socio-économique global et dans la vie de l’homme ? les technologies peuvent elles nous aider à réaliser un objectif d’amélioration ou de transformation ?

De même, je pense que nous avons nombre de sonnettes d’alarme sur l’impact de l’activité de l’homme sur la planète. Comment aller au-delà des sonnettes d’alarme et passer en mode « actif ». De nombreuses solutions existent. Le film « Demain » en montre certaines, sans composante technologique.
Alors, les technologies robotiques peuvent-elles nous aider ? oui, je le crois.

Pour agir dans le sens d’une « intelligence collective » autour du potentiel des technologies robotiques, nous avons fait évoluer innorobo au fur et à mesure de l’émergence des innovations dans ce secteur. Il s’agissait d’abord d’en connaître et faire connaître le potentiel : donc un évènement qui met en avant les innovations. Puis de favoriser le déploiement de ce potentiel pour les technologies matures. Et là, force est de constater que le système politico-économique est focalisé quasi uniquement sur « le retour sur investissement, le gain de compétitivité, l’avantage concurrentiel d’une entreprise par rapport à d’autres » et non sur la transformation du modèle. Le changement fait peur. Le changement effraye des conséquences sur l’emploi, sur l'homme dans le modèle actuel. Nous n’arrivons pas à nous affranchir du modèle dans lequel nous vivons au présent. Les technologies robotiques ne serviront pas l’homme et la planète si nous continuons de réfléchir dans le sens de l’adaptation de l’homme aux nouvelles technologies. Elles peuvent être une force positive de changement, si nous envisageons ces nouvelles technologies comme des moyens au service d’une vision de transformation de la société, une société au service des besoins de l’homme et de la planète.

Je ne suis ni pour, ni contre « Les robots». Je suis POUR la diffusion de connaissances du potentiel des technologies robotiques, je suis POUR le partage et l’échange afin d’accélérer la création d’une intelligence collective sur nos modèles socio-économiques au vu du potentiel de transformation de ces technologies.

Innorobo prône une approche humaine des technologies robotiques. Cet évènement essaye de mettre l’intelligence collective de l’écosystème robotique mondial en action. Encore faut-il que cette intelligence collective se veuille au service de l’homme et de la planète. Ce n’est pas incompatible, bien au contraire, avec les intérêts économiques de chacun. Il s’agit d’inventer de nouveaux modèles en mobilisant les intelligences en présence. Je constate que nous en sommes encore assez loin, hélas. Et pendant ce temps, les technologies robotiques (et d’autres) progressent…
a écrit le 16/02/2017 à 15:31 :
Pas de bol le système immunitaire humain est conçu pour rejeter tout corps étranger.
a écrit le 16/02/2017 à 12:53 :
Horrible à lire, mais dans la lignée de ce que disent les PDGs de Google, Facebook et autres!! Pourquoi veulent-ils soumettre l'homme à la machine? Quelle est la finalité de la vie pour eux? A ce rythme, l'homme aura 'disparu' dans 50 ans. C'est si beau le chant d'un oiseau, se réveiller auprès d'une femme, manger, courir... Pas besoin de machines de d'IA. Vite arrêtons les!
a écrit le 16/02/2017 à 11:25 :
le pipeau et la poudre aux yeux à l'anglo-saxonne.
a écrit le 16/02/2017 à 11:21 :
C'est dans la logique des choses. Cela fait plus d'un siècle que l'on utilise des machines et que l'on en développe de nouvelles, de plus en plus performantes.
On ne peut bien sur stopper cette évolution, sous prétexte que cela détruit de l'emploi, surtout si l'emploi en question est pénible. L'invention de la roue, du tracteur ou de électricité, ont certainement provoqué plus de chamboulements et il ne viendrait à l'idée de personne de les supprimer.

Surtout que maintenant, tout retard technologique se traduit immanquablement par du retard économique, détruisant à terme de la valeur et des emplois...
L'avancée technologique a aussi des finalités militaires, de défense ou d’attaque, voir l'usage des drones, satellites et autres technologies.
Intelligence Artificielle sera comme l’intelligence humaine, ceux qui n'en auront pas... voir Desproges.
l'IA est déjà efficacement utilisée par exemple par Palantir Technologies. De ce que j'ai compris, leur concept repose sur et l'exploitation de données recueillies et traitées par le ordinateurs et surtout sur l'efficience de l'interaction homme-ordinateur.
Idem dans le secteur de la finance, même si dans ce domaine, il semblerait que se soit surtout la rapidité qui soit exploitée et non l'intelligence.

Conclusion : encore faut il que l'on sache écrire et utiliser les bons algorithmes.
Malgré quelques anti-progressismes qui se manifestent actuellement, on assez de bons ingénieurs et de mathématiciens en France pour ne pas passer à côté du progrès. Ou ce serait idiot, sinon même criminel, de gâcher ce potentiel de développement.
a écrit le 16/02/2017 à 10:01 :
"L'avenir est devant vous, si vous vous retournez, vous l'avez dans le dos" Pierre Dac
a écrit le 16/02/2017 à 9:39 :
"Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une." Je ne vois pas où est l'intérêt de battre une machine. Une machine n'a aucun intérêt, c'est un tas de ferraille qui a besoin d'une énergie extérieure pour fonctionner. On débranche, les machines sont finies.
L'homme, lui, peut survivre dans des conditions parfois extrêmes, animé par une vie que ne possèdent pas les machines.
"Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications". ILLUSION.
Assujettir l'homme à la machine c'est le contrôler, en faire un esclave. Elon Musk se voit bien UN maître du Monde pour en profiter avec quelques autres de son acabit. Cette idée sera de plus en plus développée au fur à mesure que les progrès de la "médecine" prédisent une quasi immortalité. Avec pour corollaire le fait qu'il y aura un jour trop de monde sur Terre. Cette conséquence prépare des jours funestes.
Réponse de le 16/02/2017 à 13:12 :
L'essentiel pour lui comme pour toute l'"élite" qui nous dirige, c'est qu'il nous reste juste assez d'intelligence pour donner notre numéro de CB et nos données personnelles sans se poser de question, le reste, c'est du superflu dangereux :-( !
a écrit le 16/02/2017 à 9:16 :
Si on ne peut pas battre la machine, on peut peut-être la débrancher.
Elon Musk nous vend aussi la voiture autonome pour bientôt : mais qui voudra renoncer au plaisir de conduire sa voiture ?
Bref : ne jamais sous-estimer le facteur humain. Et sa poésie infinie.
a écrit le 16/02/2017 à 8:50 :
Il vit dans une bulle, loin de la réalité du monde, j'ai pitié de lui.
a écrit le 16/02/2017 à 8:20 :
Oui ils sont vraiment inquiétants ces milliardaires du net c'est un fait, à chaque fois qu'ils ont une idée ils ont l'impression d'avoir été inspiré par dieu ou d'être dieu eux-mêmes et donc détenteurs tacites des paroles de vérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :