Publicis rachète des actions à la famille Badinter

 |   |  277  mots
L'opération ramènera la participation de la philosophe et essayiste Elisabeth Badinter et de son groupe familial de 8,67% à 7,58% du capital et de 15,87% à 13,88% des droits de vote.
L'opération ramènera la participation de la philosophe et essayiste Elisabeth Badinter et de son groupe familial de 8,67% à 7,58% du capital et de 15,87% à 13,88% des droits de vote. (Crédits : Reuters)
Le groupe a acquis un bloc de 2.406.873 de ses propres actions auprès de la famille Badinter pour un montant total de 175,8 millions d'euros afin de payer des obligations. La famille restera toutefois première actionnaire du groupe.

Le groupe Publicis a annoncé mardi avoir acquis un bloc de 2.406.873 de ses propres actions auprès de la famille Badinter pour un montant total de près de 175,8 millions d'euros, soit 73,03 euros par action.

Le groupe publicitaire précise dans un communiqué que la totalité de l'achat des titres est financée par sa trésorerie disponible.

Elisabeth Badinter reste actionnaire numéro 1

L'opération ramènera la participation de la philosophe et essayiste Elisabeth Badinter
et de son groupe familial de 8,67% à 7,58% du capital et de 15,87% à 13,88% des droits de vote. La famille Badinter reste toutefois le premier actionnaire de la société.

Publicis utilisera les titres rachetés aux Badinter pour procéder au remboursement anticipé d'une émission obligataire Orane 2022 (pour "obligations remboursables en actions nouvelles ou existantes").

Remboursement des obligations Orane

Pour éviter une dilution des actionnaires existants, Publicis, qui a choisi de ne pas émettre de nouvelles actions pour rembourser ses Orane, devait trouver 12,7 millions de titres.

Le groupe détient déjà en autocontrôle la moitié des titres nécessaires. Avec les titres rachetés aux Badinter, il ne faut plus trouver que 3,9 millions d'actions, lesquelles seront acquises sur le marché. Tous ces rachats seront effectués sur la trésorerie du groupe, a indiqué Publicis.

Dans son texte, Publicis s'est félicité "de cette opération qui permet à la société de maîtriser l'évolution de son actionnariat sans affecter sa structure financière tout en assurant le remboursement anticipé des ORANE". L'opération viendra améliorer le résultat net par action, de l'ordre de 2,4% en année pleine, a-t-il assuré. Vers 9h20, le titre Publicis cédait 0,7% à 76 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 19:27 :
Eh bien ! j'en ai les bras sciés et la tête coupée !
a écrit le 17/03/2015 à 16:39 :
Philosophe ? Non rentière.
a écrit le 17/03/2015 à 16:08 :
Des gens de gauches très près du peuple, vraiment le P S est a vomir. Mais ils vous feront la leçon !!!!!
a écrit le 17/03/2015 à 15:32 :
Pauvre famille Badinter de gauche, c'est pitié de voir ainsi ses membres stigmatisés par un versement de 176 millions d'Euros, eux qui ont tant fait pour les classes populaires avec leur amis socialistes, et leur pote Hollande. Ce n'est plus la gauche caviard, c'est la gauche iridium-platine.
Réponse de le 17/03/2015 à 16:22 :
Pour une fois, vous êtes injuste avec la gauche. Mme BADINTER n'y est pour rien dans cette histoire. Elle est tout simplement la fille de BLEUSTEIN-BLANCHET, le fondateur de Publicis. Elle atouche les parts léguées par son à son décès. Ces parts lui revenaient de droit avec sa soeur. Aujourd'hui Publicis décide de les lui racheter. Mais il est vrai que l'article de la Tribune ne remonte pas loin dans le passé. Et voilà comment naissent les à priori.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :