Qualcomm repousse l'offre faramineuse de son rival Broadcom

 |   |  341  mots
Qualcomm est déjà lui-même engagé dans le rachat de son concurrent néerlandais NXP, une transaction valorisant ce dernier à 47 milliards de dollars.
Qualcomm est déjà lui-même engagé dans le rachat de son concurrent néerlandais NXP, une transaction valorisant ce dernier à 47 milliards de dollars. (Crédits : Mike Blake)
Cette proposition, qui s'élève à 130 milliards d'euros, serait l'une des plus grosses de ce type dans les nouvelles technologies. Mais le conseil d'administration de Qualcomm a jugé que l'offre sous-évaluait "significativement" l'entreprise.

Le conseil d'administration du groupe de semi-conducteurs Qualcomm a rejeté lundi l'offre non sollicitée de son concurrent Broadcom, évaluée à 130 milliards de dollars. Cette proposition, qui serait l'une des plus grosses de ce type dans les nouvelles technologies, avait été faite le 6 novembre. Broadcom proposait alors 70 dollars par action Qualcomm auxquels se rajoutent 25 milliards de dollars de dette.

"Le conseil d'administration est unanime pour estimer que la proposition de Broadcom sous-évalue significativement Qualcomm au regard de sa position dominante sur le marché des technologies mobiles et nos perspectives de croissance", a affirmé Paul Jacobs, PDG de Qualcomm, cité dans un communiqué.

Suite à cette décision, l'action de Qualcomm progressait de 1,05% à 65,25 dollars vers 14h15 GMT dans les échanges de pré-ouverture à Wall Street alors que Broadcom perdait 0,74% à 263 dollars.

Qualcomm est déjà lui-même engagé dans le rachat de son concurrent néerlandais NXP, une transaction valorisant ce dernier à 47 milliards de dollars. Broadcom avait précisé en présentant son offre que sa proposition de rachat était valable que Qualcomm réussisse ou non à racheter NXP.

Les mariages s'enchaînent dans le secteur

Cette tentative de rapprochement intervient alors que le secteur des semi-conducteurs est en pleine consolidation en raison du développement des technologies liées aux véhicules autonomes et aux objets connectés. Ce mouvement est amplifié par le le passage de la 4G à la 5G avec la co-existence des ordinateurs et des smartphones.

| Lire aussi : En guerre contre Qualcomm, Apple pourrait se priver de ses puces

Le japonais Softbank a ainsi racheté récemment le britannique Arm Holdings pour 28,5 milliards d'euros, tandis que le géant des puces informatiques Intel a dépensé 16,7 milliards de dollars pour le groupe américain Altera.

En 2015, Broadcom était lui-même né du rachat du groupe américain du même nom par le groupe américano-singapourien Avago Technologies pour 37 milliards de dollars. La nouvelle entité avait conservé le nom de Broadcom mais le siège avait été établi à Singapour. Qualcomm a son siège à San Diego (Californie).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2017 à 16:53 :
Rien à voir avec les objets connectés par contre beaucoup avec les smartphone puisque dans ceux-ci dans lesquels il n'y a pas de carte graphique, bien pratique sur un PC, toute la puissance de calcul passe par le processeur et comme les jeux sont de plus en plus évolués sur nos téléphones qualcomm qui a déjà prit de l'avance sur tout le monde est tout seul sur le marché.

C'est le monopole que cherche à acquérir qualcomm mais du coup ces derniers ne sont pas fous hein, ils savent très bien que le marché des portables va encore durer longtemps.
Réponse de le 13/11/2017 à 19:15 :
"Rien à voir avec les objets connectés" ?
Et l'optoélectronique c'est du boudin ?
OSD, ça vous parle ?
Juste un marché qui dépassera certainement les 100 milliards d'ici quelques années.
Réponse de le 14/11/2017 à 8:55 :
"Et l'optoélectronique c'est du boudin ?"

OUi il est évident que j'ai oublié cet enjeu industriel majeur non mais où avais je la tête !

"Juste un marché qui dépassera certainement les 100 milliards d'ici quelques années."

Un marché qui ne favorise que les industriels au détriment des consommateurs est un marché de l'offre, pour ma part n'étant pas industriel je pense en tant que consommateur.

Les consommateurs n'en veulent pas mais uen fois dep lus l'auront quand même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :