Quand la 5G bombe le torse

 |   |  572  mots
"Nous prévoyons cette année un accroissement spectaculaire de nos investissements en 5G", a déclaré Rajeev Suri, le PDG de Nokia, lundi à Barcelone.
"Nous prévoyons cette année un accroissement spectaculaire de nos investissements en 5G", a déclaré Rajeev Suri, le PDG de Nokia, lundi à Barcelone. (Crédits : ALBERT GEA)
Au Mobile World Congress de Barcelone, les leaders mondiaux des télécoms ont multiplié les démonstrations et annonces autour de la prochaine génération de communication mobile.

Elle est partout. Au Mobile World Congress de Barcelone, impossible d'échapper à la déferlante d'expérimentations et de démonstrations consacrées à la 5G. Cette prochaine génération d'ultra-haut débit mobile devrait voir le jour en 2018 en Corée du Sud pour les JO d'hiver. Mais, d'après les experts, le grand public ne devrait en profiter au mieux qu'en 2020. Au coeur du développement de cette technologie, les opérateurs et équipementiers télécoms mettent les bouchées doubles pour démontrer sa supériorité par rapport à la 4G.

De l'ultra-haute définition aux hologrammes en 3D...

D'après eux, cette génération de réseaux devrait ouvrir la voix à de nouveaux usages, des plus classiques comme le visionnage de vidéos en ultra-haute définition, aux plus fous, comme l'arrivée d'hologrammes en 3D, qui "sortiraient" du terminal. Sachant que la 5G aura aussi un rôle prépondérant dans la révolution annoncée de l'Internet des objets.

Parmi les acteurs engagés dans ces développements, Nokia figure en bonne place. A son stand au Mobile World Congress de Barcelone, un petit groupe de curieux regarde des petites voitures semblables à des jouets pour enfant rouler automatiquement sur une table. Elles avancent le long d'une route, en effectuant un "8". Et lorsqu'elles se croisent, au centre de celui-ci, elles s'arrêtent pour ne pas provoquer d'accident. Cette démonstration de voiture autonome repose sur la 5G. Rainer Liebhart, un des responsables du projet, explique comment ça se passe:

"Les voitures équipées de capteurs envoient [les données de] leur vitesse à un serveur. Et une caméra, située au-dessus de la table, scrute en continu la position des voitures. Toutes ces informations sont compilées dans un logiciel, qui demande aux voitures de freiner quand il faut."

La vitesse de la 5G, un atout pour la voiture autonome

D'après lui, ce type de technologie pourra peut-être à l'avenir permettre l'émergence de la voiture autonome. "Mais au lieu d'une caméra pour connaître en temps quasi-réel la position des voitures, on pourrait imaginer le déploiement de balises le long des routes", précise-t-il. Ici, la 5G s'avère essentielle, puisqu'elle offre une latence de l'ordre d'une milliseconde, bien plus faible que celle de la 4G. En d'autres termes, une demande de freinage d'urgence met donc beaucoup moins de temps à arriver à bon port...

A Barcelone, Rajeev Suri, le Pdg de Nokia, a affirmé vouloir mettre les bouchées doubles dans la 5G.

"Nous prévoyons cette année un accroissement spectaculaire de nos investissements en 5G et de déployer tout le potentiel de notre puissant moteur d'innovation", a-t-il lâché.

Le défi de "gérer 100 milliards de connectivités "

Les autres grands noms des télécoms ont eux aussi multiplié les annonces et déclarations. A l'instar du géant américain Cisco, qui a levé le voile sur une collaboration avec Ericsson et Intel pour créer le premier routeur 5G, pour faire transiter une grande quantité d'informations. Le géant chinois Huawei, dont 300 chercheurs planchent uniquement sur la 5G, n'est pas en reste. A Barcelone, Guo Ping, son Pdg, a rappelé qu'avec cette technologie, le défi sera "de gérer 100 milliards de connectivités parmi lesquelles les connexions entre humains ne représenteront que 10% du total". La course à l'ultra-haut débit mobile se poursuit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2016 à 13:50 :
Vivement la 6G.
Réponse de le 23/02/2016 à 15:53 :
Et encore, on peut déjà se demander s'il ne faudrait pas attendre au delà :-)
Pendant ce temps, on n'a toujours pas de couverture 3G partout... donc plus on monte en génération, et moins on a de couverture... les licences étant de moins en moins respectées... En fait, la 8 G existe déjà... ca s'appelle WiFi.. On a tout le débit qu'on veut, chez soi :-)
Réponse de le 24/02/2016 à 11:17 :
Ah la la oui... C'est beau la il y a un an la 4G, maintenant la 5G, et demain la 6G... Pourtant on a si peu de zone couverte et le peu qui le sont il y a si peu de portable compatible, du coup la plupart on se connecte toujours en 3G voir même en EDGE... Mais bon ils sont content de leurs nouvelles technologies
a écrit le 23/02/2016 à 12:29 :
Il faudra intégrer la sécurisation des la voix et la data sur mobile Cômme le fait une Pme de Suresnes !
Squareway de Vivaction C est la sécurité pour les entreprises dans la mobilité de leurs cadres !
La 5. G représente un plus car la sécurisation demande de la bande passante et de la qualité
Réponse de le 04/03/2016 à 20:53 :
La sécurité, cette chose tant recherchée mais qui existe si peu... Comment voulez vous parfaitement sécuriser les appelle de A à B sans que ces deux entité est des code de codage à s'échanger et surtout comment les échanger en toute sécurité dans la téléphonie ?
a écrit le 23/02/2016 à 12:13 :
Ouais, on raconte toujours autant de conneries... la 5G pour les voitures autonomes... quand le réseau plantera ou qu'il n'y aura plus de couverture, on fera comment ? on poussera la voiture ? il faudra monter sur le toit pour capter ? bonjour les accidents et les embouteillages... Les routes balisées : quand on voit l'état des autoroutes sous gestion privée, ça fait peur... quand on voit l'état de nos routes, ça fait encore peur... Bon, je vote pour une centrale autonome embarquée communicante dans un rayon de 100m (pouvant communiquer avec les autres centrales), le reste est superflu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :