Samsung et Axel Springer lancent leur fil d'infos pour mobiles, en réponse à Apple

 |   |  618  mots
L'équipe française de Upday, installée dans les locaux parisiens de la filiale d'Axel Springer Aufeminin.com, comprendra 7 personnes dont 6 journalistes.
L'équipe française de "Upday", installée dans les locaux parisiens de la filiale d'Axel Springer Aufeminin.com, comprendra 7 personnes dont 6 journalistes. (Crédits : REUTERS/Kim Hong-Ji)
Le groupe allemand de médias Axel Springer, en partenariat avec Samsung, lancera courant mars un fil d'infos pour mobile, "Upday", en France, Grande-Bretagne, Allemagne et Pologne.

Face au "News" d'Apple et à l'"Instant Article" de Facebook, Samsung dégaine "Upday". Annoncée en septembre, l'application gratuite sera préinstallée sur tous les nouveaux appareils du géant sud-coréen. Elle proposera une sélection d'articles choisis par la rédaction dans les médias, ainsi qu'une sélection automatique par un algorithme, a précisé Pierre-Anthony Canovas à l'AFP,  le rédacteur en chef d'Upday France.

Pour l'occasion, Axel Springer s'est associé au fabricant sud-coréen de smartphones qui tournent sous Androïd, le système d'exploitation de Google. Le groupe allemand, éditeur du tabloïd Bild et du quotidien Die Welt, avait en 2014 tenté d'empêcher la firme californienne d'utiliser certains de ses contenus gratuitement, avant de capituler face à la toute-puissance du moteur de recherche.

Des applications mobiles pour de l'info sur mesure

Les lecteurs pourront personnaliser leur sélection en fonction de leurs centres d'intérêt, et chaque titre renverra vers les articles des éditeurs. L'initiative n'est pas sans rappeler celles de Facebook et Apple, qui ont chacun récemment développé leur outil incorporant des articles de presse. En se rendant sur les applications News ou Instant Article, le mobinaute peut certes lire un article mais ne fréquente ni le site ni l'application du média en question. D'où la nécessité d'un partenariat, comme c'est le cas entre Samsung et Axel Springer.

L'application permet de voir des articles en entier sans passer par le site du média qui l'a publié. Crédits : Upday.

L'enjeu pour les deux géants est de conserver l'audience plus longtemps sur leur plateforme, ce qui leur permet de la monétiser grâce aux données récoltées et aux publicités. LeNew York Times, BuzzFeed, NBC News, Bild ou encore National Geographic participent à Instant Article, tandis que News a séduit notamment la chaîne sportive ESPN, le New York Times(toujours lui) et le groupe de presse Condé Nast (GQWired,VogueVanity Fair).

Récemment, tous les géants de la high-tech se sont découverts une passion pour la presse. En janvier 2015, l'appli de messages éphémères Snapchat a lancé Discover, un portail qui permet à 11 médias très populaires, dont CNN, MTV, Cosmopolitan, le National Geographic, People et Vice, de partager des photos, vidéos et articles avec les utilisateurs de l'appli. Même le leader mondial du streaming musical Spotify s'y est mis en s'ouvrant aux vidéos d'actualités.

Acquisitions en série dans le numérique pour Axel Springer

De son côté, l'éditeur allemand Axel Springer a donné ces dernières années la priorité au numérique en cédant de nombreux magazines et journaux pour financer des acquisitions, qui en ont fait l'un des leaders des medias numériques en Europe. En France, il a notamment acquis Seloger.com pour plusieurs centaines de millions d'euros, ainsi que Lacentrale.fr (71 millions d'euros). Dans le secteur du marketing et de la publicité, il a investi dans le comparateur de prix Idealo et la plate-forme Zanox.

Propriétaire depuis 2007 du portail Aufeminin.com, il a récemment financé à 50% le lancement de la déclinaison européenne du site Politico et injecté avec le New York Times 3 millions d'euros dans la start-up néerlandaise Blendle, qui vend des articles de presse à l'unité. Le groupe a aussi racheté pour 300 millions d'euros environ le site économique américain Business Insider, qui sera décliné en allemand, un rachat décidé après l'échec de sa tentative de reprendre le Financial Times l'été dernier.

>> Aller plus loin Les géants Apple et Facebook vont-ils "vampiriser" la presse en ligne ?

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :