SFR à l’assaut de Netflix et de Canalplay avec Zive

 |   |  940  mots
Patrick Drahi, le patron d'Altice, poursuit sa stratégie de convergence entre les tuyaux et les contenus en se lançant dans la vidéo à la demande sur abonnement (SVOD) avec SFR.
Patrick Drahi, le patron d'Altice, poursuit sa stratégie de convergence entre les tuyaux et les contenus en se lançant dans la vidéo à la demande sur abonnement (SVOD) avec SFR. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
L’opérateur télécoms compte profiter de sa manne d’abonnés pour s’imposer sur le marché prometteur du streaming vidéo, dominé en France par Canalplay et Netflix. Sa plateforme Zive sort le 17 novembre, en même temps que sa nouvelle "Box Fibre Zive". Elle mise sur la ultra haute définition et sur les contenus pour enfants pour se différencier.

Maintenant, on sait pourquoi Numericable a toujours refusé de distribuer Netflix ! SFR, qui n'utilisera plus la marque Numericable, a créé la surprise lors du lancement de sa nouvelle box Fibre Zive. Fidèle à la stratégie de diversification dans les contenus impulsée par Patrick Drahi, l'opérateur télécoms a décidé de s'attaquer au marché prometteur de la vidéo à la demande sur abonnement (SVOD). La chasse-gardée de Canalplay et de Netflix en France.

La plateforme de SFR, intitulée elle-aussi Zive, sera lancée, comme la nouvelle box, le 17 septembre.  Exclusivement destinée aux abonnés du groupe (xDSL, fibre et cable), elle coûtera 9,99 euros par mois pour une utilisation sur un maximum de cinq écrans. Un prix similaire à ceux pratiqués par la concurrence. Au début, 5.000 programmes seront accessibles, soit moins que Canalplay (9.000) et Netflix (11.000). Mais SFR promet d'enrichir le catalogue pour arriver à 10.000 titres d'ici au mois de juin et à 15.000 d'ici à la fin de l'année 2016.

Evangéliser les consommateurs à la SVOD

Pour garantir son succès -au moins dans les chiffres-, SFR offrira Zive à tous les abonnés de l'offre "Power", qui coûte 48,99 euros par mois. Ce qui le propulserait directement comme le premier service de SVOD français, devant Canalplay et Netflix, selon l'opérateur.

"Une bonne stratégie" selon Stéphanie Baghdassarian, analyste chez Gartner:

"Le streaming vidéo est un marché naissant qui n'a pas encore rencontré son public. Non seulement utiliser sa colossale masse d'abonnés permet à SFR de s'imposer directement comme un acteur qui compte, mais cela permettra d'accélérer la mutation des usages en faisant découvrir la vidéo à la demande à un large public qui ne s'y intéressait pas jusqu'à présent", estime-t-elle.

SFR s'incruste donc dans le marché du streaming vidéo avec un avantage certain par rapport à Netflix, qui était parti de zéro lors de son lancement en France, en septembre 2014. Mais pour Zive, l'enjeu est ailleurs. Le succès se mesurera surtout au taux de conversion de ses abonnés « Power » en utilisateurs réguliers du service de streaming.

>> Lire : Pourquoi Netflix n'a pas encore laminé la concurrence en France

Le pari de la 4K et des programmes enfants

Pour cela, Zive mise sur un catalogue "différenciant, y compris par rapport aux autres opérateurs européens des télécoms", selon les mots Eric Denoyer, le directeur général de SFR, lors de la présentation. La première originalité est d'ordre technique. Zive sera la première offre de SVOD du marché à proposer plus de 400 programmes en 4K. L'ultra haute définition est considérée par les opérateurs télécoms comme la technologie d'avenir, puisque 30% des nouveaux téléviseurs en 2016 devraient être équipés.

>> Lire : Ultra HD, bientôt le grand décollage ?

Le deuxième pari est d'ordre éditorial. Visiblement, Zive ne cherche même pas à jouer dans la même cour que ses principaux concurrents concernant son offre dans les séries télévisées. Difficile de rivaliser avec Canalplay, qui dispose en exclusivité de la plupart des séries de prestige diffusées sur HBO, ni avec l'offre originale de Netflix et ses partenariats multiples avec les studios américains.

Ainsi, sur les 5.000 titres initiaux de l'offre Zive, 3.000 correspondent à des programmes pour enfants, issus de partenariats avec des studios qui ont pignon sur rue dans ce domaine (Disney, ABC Studios, Warner Bros, Europa, Miramax, Sony Pictures Télévision, France Télévisions). En plus "des plus grands films du catalogue Disney", Zive proposera des "programmes ludo-éducatifs" avec les éditions Nathan portant sur des livres animés, des comptines et même des romans pour enfants de 4 à 10 ans.

L'opérateur ne révèle pas le montant de ses investissements dans les contenus, pourtant un bon indicateur de la qualité et de la diversité de l'offre. Chaque année par exemple, Netflix consacre plusieurs milliards de dollars à ses partenariats avec les studios.

Pour étoffer son catalogue, en plus d'obtenir de nouveaux partenaires "grâce à la puissance d'Altice [la maison-mère de SFR, NDLR] à l'international", Zive annonce d'ores et déjà vouloir adopter la même stratégie que Netflix, à savoir la production maison de séries, documentaires, programmes jeunesse et films. "On voit apparaître de nombreux services de SVOD actuellement mais seul un nombre limité de plateformes se maintiendront. Nous pensons qu'en produisant également des contenus en propre, nous en ferons partie", estime Eric Denoyer.

Gagner des abonnés grâce à davantage de contenus

Cette stratégie de différenciation vise aussi et surtout à se démarquer des autres opérateurs télécoms. "Altice veut retenir ses abonnés en faisant converger les réseaux et les contenus", décrypte l'analyste Stéphanie Baghdassarian.

Une stratégie que Patrick Drahi met déjà en oeuvre dans les médias suite aux rachats de Libération, du Groupe L'Express et du groupe NextRadioTV (BFMTV, RMC). Cette "convergence" entre tuyaux est contenus, parfaitement incarnée par Zive, fonctionne aussi entre d'autres filiales d'Altice. En octobre, Altice a annoncé que les clients de l'offre mobile 4G de SFR pourront, à partir d'un forfait Power 5Go, bénéficier d'un an d'abonnement au magazine en version numérique.

Disponible dans un premier temps uniquement en France, Zive sera ensuite offerte aux clients des autres opérateurs télécoms détenus par Altice en Israël, au Portugal et en République dominicaine. Gagner des abonnés est toujours plus facile quand on peut leur proposer une panoplie toujours plus large de services.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2015 à 21:02 :
Donc donner les vrais chiffres du taux d'équipement 4K (environ 1,5% - chiffres du CNC) fait que mon post a été effacé ?
OK
Je vous laisse donc raconter n'importe quoi pour suivre la mode...
a écrit le 13/11/2015 à 9:57 :
30% de foyers équipés 4K en 2016?
On est à 1,5% environ fin 2015, ça me parait clairement bien optimiste !!!
En revanche on est déjà à plus de 30% de foyers équipés de TV3D, là oui.

De plus la 4K super, mais pour qui ? En dehors de la fibre, personne ne peut y avoir accès... Et la fibre chez SFR est pratiquement inexistante. Ou alors il faut compresser l'image à mort et là on perd tout le bénéfice de la 4K. Cette bonne blague de la 4K diffusée à 10Mbps alors qu'il en faut gun minimum 3 fois plus pour que ça soit acceptable (j'ai bien dit "acceptable", pas "de qualité")
a écrit le 12/11/2015 à 17:31 :
17 Novembre pas septembre
a écrit le 12/11/2015 à 17:31 :
17 Novembre pas septembre
a écrit le 12/11/2015 à 15:07 :
L'avis donné par Goldmann Sachs sur le risque de la dette d'Altice a mis fin au jeu de monopoly. Il s'agit maintenant de rationaliser la gestion et d'intégrer concrètement les stratégies du groupe. Avant que la base client de SFR s’effrite.
a écrit le 12/11/2015 à 9:11 :
Facile d'investir quand on est délinquant fiscal.... ça me rappelle VW au temps de sa splendeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :