Comment la "French Tech" s'exporte (2/3) : l'Etat à la manœuvre

 |   |  1152  mots
Plus de 12 hubs French Tech ont déjà été inaugurés pour faire rayonner l'écosystème entrepreneurial français à l'étranger.
Plus de 12 hubs French Tech ont déjà été inaugurés pour faire rayonner l'écosystème entrepreneurial français à l'étranger. (Crédits : Décideurs en région)
[ Série d'été ] Programmes de financement, accompagnement sur de nouveaux marchés, construction de réseaux internationaux d'entrepreneurs, l'écosystème entrepreneurial des startups françaises s'étend peu à peu au monde entier. Deuxième épisode: l'internationalisation des startups françaises passe aussi maintenant par les services publics. Depuis quelques années, les initiatives gouvernementales visant à ouvrir les marchés internationaux aux pépites françaises se sont démultipliées.

"Positionner la France au niveau mondial comme une nation de startups, voilà l'objectif" affirme David Monteau, directeur du dispositif public French Tech. On connaît depuis peu la France qui brille au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, avec Emmanuel Macron comme porte-étendard, mais on ignore encore beaucoup de ces structures gouvernementales qui mettent en valeur les start-ups françaises à l'étranger.

     > Lire: CES 2016 : le marathon de Macron, VRP des startups françaises

Pourtant, elles sont nombreuses à ouvrir des incubateurs et accélérateurs français à l'étranger, à pourvoir en mentor et autres experts les pépites de l'Hexagone souhaitant s'attaquer aux marchés internationaux et même à attirer les entrepreneurs étrangers sur les terres françaises! Quand la France s'éveillera...

Une initiative publique

S'il faut reconnaître un mérite au quinquennat de François Hollande, c'est d'avoir su dynamiser un écosystème entrepreneurial français encore peu mature et quasi inexistant, dans des structures officielles, à l'international. De nombreuses initiatives ont été lancées ces cinq dernières années pour faire rayonner "la France qui entreprend" dans le monde entier.

L'objectif c'est "la visibilité et l'attractivité" témoigne ainsi David Monteau. Aujourd'hui à la tête de la French Tech, cet ancien ingénieur formé à Centrale Paris a à cœur de connecter les startups françaises à l'international. Pour que la France soit considérée comme une "Startup Nation", il faut que ses pépites deviennent des leaders mondiaux et donc qu'elles s'internationalisent. Or, pour cela, rien de tel qu'un réseau international bien constitué.

Un réseau et des relais à l'international

La France des startups à l'international, c'est d'abord un ensemble de relais qui s'est construit lentement et de manière rigoureuse. "On est les rois du networking", n'hésite d'ailleurs pas à dire Xavier Wartelle, CEO du French Tech Hub aux Etats-Unis, un réseau de structures d'accompagnement des startups françaises qu'on retrouve à Boston et San Francisco.

Le French Tech Hub, inauguré en 2014 par François Hollande lui-même, est un "écosystème entrepreneurial" structuré pour accélérer le développement des startups françaises souhaitant s'implanter et renforcer leur attractivité aux Etats-Unis auprès des entrepreneurs, investisseurs ou média locaux. Aujourd'hui installé à San Francisco et Boston, ce hub est une filiale de la structure Paris Région Entreprises, l'agence de développement économique de l'Ile de France, et vise à fournir aux startups une aide administrative mais aussi un accompagnement avec des mentors, des entrepreneurs experts des marchés locaux, des business angels ou encore des fonds d'investissement privés. "Nous sommes avant tout dans la fourniture de services" explique Xavier Wartelle. Depuis 2012 plus d'une centaine d'entreprises ont bénéficié de cette structure de développement, dix d'entre elles ont levé plus de 100 millions de dollars.

La French Tech a ainsi créé un réseau de hubs à l'international dans plus de 12 pays : à Abidjan, Barcelone, Moscou, Londres ou encore Séoul. Autre initiative internationale de ce programme, financer les "ambassadeurs French Tech", autrement dit tous les projets susceptibles de mettre en valeur l'écosystème entrepreneurial français à l'étranger telles les désormais célèbres conférences Hello Tomorrow et French Touch Conference.

De solides structures d'accompagnement du service public

En complément de ces différents succès Bpifrance propose un accompagnement financier sans précédent. Cette banque publique d'investissement mobilisera d'ici 2019 200 milliards d'euros pour financer et accompagner les pépites françaises dans leur développement. En 2014, 86.000 entreprises ont été "coachées" et 21,7 milliards d'euros ont été mobilisés en financement, investissement en capital et crédits bancaires garantis. En février dernier, Nicolas Dufourq, directeur de Bpifrance, avait d'ailleurs annoncé la couleur devant un parterre d'entrepreneurs français tout ouïe:

"Aujourd'hui, une entreprise qui réussit a besoin d'avoir un pied en France et l'autre à l'international. Maintenant que BPIFrance s'est imposée comme un acteur incontournable pour le financement des entreprises de l'Hexagone, il est temps devenir aussi la banque des entrepreneurs conquérants à l'international, et même des Français de la diaspora !"

De son côté, Business France, issu de la fusion entre Ubifrance et l'Agence française pour les investissements internationaux (Afii), a été lancé par l'Etat en 2015 pour accélérer le développement et la réussite internationale des entreprises françaises en les accompagnant du début à l'aboutissement de leurs projets. Business France dispose d'un réseau de 92 bureaux à l'étranger répartis sur les cinq continents et de nombreux programmes spécifiquement dédiés aux start-up de la French Tech ont été lancés. A titre d'exemple Ubi i/o est un programme d'accélération dans la Silicon Valley et la Silicon Alley. Lancé conjointement par Bpifrance et Business France, il propose aux startups françaises souhaitant s'implanter sur le marché américain de suivre une formation de dix semaines en business development, coaching et networking. Ubi i/o revendique aujourd'hui 88% d'entreprises implantées aux Etats-Unis, 50 millions d'euros levés par les start-ups accélérées et plus de 150 contrats signés sur le sol américain.

Un retour sur investissement gagnant

Ces programmes internationaux ont bien évidemment pour objectif de dessiner dans les esprits une image de la France comme un nouvel eldorado pour les entrepreneurs. Internationaliser les start-ups françaises et attirer des entrepreneurs étrangers "sont les deux faces d'une même médaille" rappelle David Monteau.

"Promouvoir les français à l'étranger est une preuve de maturité et de reconnaissance de ce qui fait la richesse de l'écosystème de start-ups français", abonde en ce sens Romain Dillet, journaliste chez TechCrunch.

La France n'a donc pas oublié de mettre en place des programmes destinés à séduire les investisseurs et autres pépites de l'étranger. Prime, structure créée en 2010 et reliée à Paris Région Entreprise, est un service destiné aux entreprises américaines qui souhaitent se développer en Ile de France. Il leur donne accès à un réseau d'experts et d'entrepreneurs susceptible de leur fournir une connaissance approfondie du marché local.

Dans une autre mesure le French Tech Ticket, programme affilié à la French Tech, vise à inciter les entrepreneurs étrangers à venir créer leur start-up en France. L'offre comprend un financement de 45.000 euros par projet, une incubation de 12 mois et bien évidemment une aide approfondie pour toutes les démarches administratives à effectuer.

Entre construction d'un réseau international et mise en place de programmes d'accompagnement des start-ups à l'étranger, les services publics français ont donc à cœur de faire rayonner la "France qui entreprend" à l'extérieur de ses frontières. Prochain et dernier épisode sur les pionniers français de l'accélération qui se sont directement implantés à l'international, sans passer par l'Hexagone.

>> Retrouvez ici les autres épisodes de "Comment la 'French Tech' s'exporte" 
et toutes nos autres séries d'été >>

Serie ETE2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :