Startups : pourquoi Paris n'est pas dans le Top 10 mondial

 |   |  1275  mots
La Numa est le lieu emblématique de l'écosystème des startups parisiennes.
La Numa est le lieu emblématique de l'écosystème des startups parisiennes. (Crédits : DR)
Dans son rapport 2015, la société Compass classe l'écosystème parisien des startups à la 11e place mondiale. Il pointe un manque de main-d’œuvre qualifiée, des problèmes de financement, mais loue la capacité d'internationalisation des jeunes pousses françaises. Ces faiblesses sont connues du gouvernement et des acteurs, qui travaillent à les combler.

Dans la compétition acharnée que se livrent les métropoles mondiales pour attirer les startups, Paris n'est pas (encore) dans le gratin mondial.

Selon le troisième opus de l'étude "Startup Ecosystem Ranking  2015" publié par la société américaine Compass, et réalisé grâce à une consultation auprès de 11 000 startups et 200 entretiens, l'écosystème de la capitale française se classe au 11e rang.

Il se situe derrière des villes européennes comme Londres (6e) ou Berlin (9e), que Paris souhaite concurrencer. Les territoires américains, Silicon Valley en tête, trustent 6 des 10 premières positions, tandis que des "petits nouveaux" percent, à l'instar de la ville indienne de Bangalore (15e), nouveau paradis des startups.

Limite de l'étude, les écosystèmes chinois (notamment celui, foisonnant, de Shenzhen), taiwanais, japonais et coréen du sud ne sont pas pris en compte.

Crise des talents

Le document estime qu'il existe entre 2.400 et 3.200 startups dans l'écosystème tech parisien. Parmi leurs faiblesses identifiées, le rapport met en avant une carence connue des acteurs du secteur : celle de la crise des talents. L'étude place l'écosystème francilien à la 16ème place. Elle estime que "les ingénieurs les plus doués de la ville ont tendance à favoriser les grandes entreprises, les employeurs stables, plutôt que les startups naissantes ou même celles établies". Les salaires parisiens peuvent donner une piste d'explication. En moyenne, un ingénieur d'une startup parisienne touche 53.000 dollars par an, contre 53.500 en Europe et 118.000 à la Silicon Valley. Des montants qui peuvent favoriser l'expatriation des talents outre-Atlantique.

La pénurie des compétences ne touche pas que les ingénieurs. Les développeurs et codeurs sont des denrées rares et fortement demandées. Le gouvernement a conscience de ce problème et a ainsi lancé un plan de 1 milliard d'euros pour une "école du numérique". Il soutient par ailleurs des initiatives privées, à l'image de la fabrique sociale de codeurs Simplon.co.

Outre le manque de main-d'œuvre disponible, Compass souligne un déficit d'expérience chez les fondateurs des jeunes pousses tech. Les créateurs -en moyenne âgés de 33 ans et principalement ingénieur-  qui ont une expérience dans une startup en "hyper croissance" ne sont que 5 %. Ce ratio est de 35 % dans la Silicon Valley et 13 % en moyenne en Europe. Cependant, les collaborateurs des jeunes entreprises parisiennes ont une bonne connaissance de cet environnement professionnel puisque 40 % d'entre eux ont déjà travaillé dans ce genre de structure, un taux proche de la terre promise de l'Ouest américain (48 %).

Des levées de fonds en général plus faibles

Non sans surprise, la question du financement est également épinglée. L'enquête souligne "une réduction surprise de 7 % des investissements en capital- risque », à 1 milliard d'euros. Le cabinet américain estime qu'en moyenne, un tour de table se fixe entre 650 000 et 700 000 dollars, pour une levée de fonds globale, en phase A, entre 4,4 et 5 millions de dollars, derrière les 7 millions de dollars en moyenne pour les jeunes entreprises californiennes. Selon le document,  les acteurs français accusent un manque important dans le financement au stade de développement « later stage ».

Mais l'étude ne semble pas prendre en compte les dernières tendances en termes d'investissements. Celles-ci sont marquées par une forte accélération du financement dans les startups françaises, et notamment parisiennes. Selon le cabinet Clipperton, sur le début de l'année 2015, la France a concentré en Europe le plus grand nombre de levées de fonds de plus de 500 000 dollars : avec 159 opérations, l'Hexagone se place devant le Royaume-Uni (154).

Capacité d'internationalisation

L'augmentation des opérations est notamment due , selon Clipperton Finance, au "très bon tissu de financement en France". Celui-ci est composé de business angels, de capital-risqueurs français dynamiques, d'un soutien important de Bpifrance, et aux grandes entreprises qui n'hésitent plus à prendre des tickets dans les startups. Mais surtout, les investisseurs étrangers ont davantage confiance dans les jeunes startups françaises. Ils sont de plus en plus nombreux à parier sur elles. Ainsi, le chiffre avancé par le rapport américain - 73 % des investisseurs sont d'origine locale -, pourrait être en baisse l'an prochain. Et pour illustrer cette nouvelle tendance, on peut citer le premier investissement de l'américain Fred Wilson de Union Ventures dans la startup La Ruche Qui Dit Oui.

Parmi les points forts franciliens évoqués par Compass, les analystes soulignent la bonne performance des startups locales dans le domaine du "Market Reach", c'est-à-dire, la possibilité pour la startup de toucher ses marchés cibles. Outre un marché local fort - le 4ème le plus important en fonction du PIB sur les 20 de l'étude-, les jeunes pousses franciliennes sont dynamiques à l'export, avec 42 % des clients étrangers, principalement aux Etats-Unis et en Chine. Cette internationalisation est possible par des produits développés quasiment en trois langues (moyenne de 2.8, contre 2.2 pour la Silicon Valley, 2,4 pour l'Europe).

Un changement de mentalité soulignée dans l'étude

Mais si Paris enregistre le deuxième plus faible taux de progression des indicateurs du classement (1,3), le rapport souligne un profond changement de mentalité. Il note que le gouvernement a commencé "à reconnaître l'importance de startups technologiques", engendrant une "hausse de la disponibilité des subventions publiques et des prêts".

L'initiative gouvernementale French Tech, qui vise à fédérer, accélérer et faire rayonner les jeunes pousses, traduit cette mutation. Produit marketing pour certains, élément structurant ou coquille vide pour d'autres, la French Tech possède une enveloppe de financement de 200 millions d'euros.

Les ministres s'activent, à l'image de la secrétaire d'Etat chargée du Numérique Axelle Lemaire. Ou de Manuel Valls lors de son déplacement à Lyon en mai dernier, où il lançait son "J'aime les entreprises du digital". Mais dans les écosystèmes, certains acteurs s'interrogent sur l'efficience de cette action.

Ainsi, plus que les discours, ce sont les actions concrètes qui demeurent le moteur du numérique. A Paris, les structures privées et publiques se multiplient. Peu nombreux en 2008, les incubateurs ou autres accélérateurs de startups sont aujourd'hui une cinquantaine dans la Capitale. Certains, à l'instar du Numa, se structurent en profondeur pour augmenter leur force de frappe.

"Mouvement entrepreneurial vaste"

Le changement de braquet est en cours, comme le démontre les importantes levées de fonds de startups françaises ces derniers mois. En tête de gondole, le site de covoiturage Blablacar et l'opérateur de réseau bas débit pour l'Internet des objets Sigfox, qui ont levé 100 millions de dollars. "Les licornes comme Criteo et Blablacar sont toujours une exception pour la scène tech parisienne, mais ils représentent un mouvement entrepreneurial vaste qui se diffuse dans toute la société française", avance Erika Batista, responsable des partenariats au sein de TheFamily, une structure qui mène des actions multiples pour permettre l'essor des jeunes entreprises.

Cependant, pour devenir une vraie startup nation, il reste certaines barrières à lever. Les deux lois sur le numérique, l'une portée par Axelle Lemaire, l'autre par Emmanuel Macron dans le cadre de la loi Macron II, ont l'ambition d'y contribuer. Les deux textes pourraient être examinés d'ici à la fin de l'année.

Parmi les pistes avancées : une ouverture plus généralisée aux données publiques pour les entrepreneurs, une simplification pour la création numérique, la neutralité du réseau, la loyauté des plateformes...En somme, des premières esquisses avant de voir, peut-être, de multiples licornes se désaltérer dans la Seine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2015 à 14:21 :
C'est oublier que la majorite des gens qualifiés n'ont pas envie de vivre en IDF pour des salaires ridicules et une qualité de vie à la ramasse.
C'est l'erreur des start'ups d'oublier la province et profiter en passant des excellentes universités locales.
Réponse de le 18/08/2015 à 17:50 :
Quelles universités sont excellentes en province ? Y en a très peu. Citez les alors ? Faut arrêter de dire que les facs de province ont un excellent niveau d'études, ce qui est un mensonge pour la plupart, sauf exceptions...
Réponse de le 20/08/2015 à 22:12 :
@provincial, "Quelles universités sont excellentes en province ?" : Combien de provinciaux étudient en région parisienne et se barrent dès qu'ils en ont l'occasion?
a écrit le 18/08/2015 à 14:21 :
C'est oublier que la majorite des gens qualifiés n'ont pas envie de vivre en IDF pour des salaires ridicules et une qualité de vie à la ramasse.
C'est l'erreur des start'ups d'oublier la province et profiter en passant des excellentes universités locales.
a écrit le 18/08/2015 à 12:01 :
Le jour ou il y aura des dépatrements achats qui permettront aux petits de rentrer dans les entreprises et d'y vendre leur produits et conseils... les poules auront des dents mes amis! Et croyez moi, vous tous de l'IT qui avez passé des milliers d'heure sur des produits inovants pour ne jamais réussir à les vendre tout en ayant eu les promesses de gens en cols blancs vous flattant. De toute manière c'est du féodalisme industriel et rien d'autres. Voir les startups indiennes !? Je reve! Ce sont des filiales des groupes francais qui font du cost killing. Mais bon... le jour ou les politiques et les barrons de l'industrie arreterons de tuer la petite entreprise... On respirera mieux
a écrit le 18/08/2015 à 10:03 :
Une Start up qui débute ça attire parfois des clients ,rarement des investisseurs,mais surtout des administrations qui veulent taxer avant même qu'elle n'a gagné son 1er €
a écrit le 18/08/2015 à 8:07 :
simplement que la vision de la aire de paris
est de placer la ville en n1 la plus cher du monde en concurence avec londres
vision partage a droite comme a gauche
apres avoir virer les usines du centre
et meme les imprimeurs chose impensable dan les ville etrangere
a écrit le 18/08/2015 à 7:07 :
Il est vrai que l'article ne va pas très au fond du problème de mentalité européenne, les Allemands ne valent pas mieux, mais leurs ingénieurs sont néanmoins meilleurs sur les produits automobiles et sur la mécanique. Ceci-dit l'Europe est en générale absente des Google, twitter, Facebook, internet, Microsoft apple. ce n'est pas dans les gênes d'un Louvois ou d'un Colbert, on aime mieux un pays centralisé où tout vient d'en haut que tout se fasse en haut et pas en décentralisé or les pays qui fonctionnent le mieux ce sont d'abord les petits pays décentralisés - Singapour, Suisse, Luxembourg, Hollande etc et ensuite, les structures légères administrativement tout le contraire de la France on aime le millefeuille et plus il y a de crème et de pâte feuilletée mieux cela es ! En plus, les politiques sont obèses, il faut de la nourriture light, il suffit de voir le physique des politiques, ils sont tous en surpoids évidemment tout cela est payé par les autres les contribuables, qui ploient sous le fardeau de l'impôt lourd mais c'est une tendance générale à l'hyperfiscalisation sans oublier que la France n'a jamais aimé ses entrepreneurs. Donc, l'état est trop lourd trop pesant et combat les entreprises, par la cartellisation et l'anticoncurrence, donc l'impulsion ne peut venir que du privé au niveau des échelons petits. Je ne crois pas à la capacité française ou européenne à former cela. En plus, il faut aussi le bassin de population orienté vers les nouvelles technologies, on aime mieux en Corrèze le bon vieux téléphone ou le telex..... EN plus, c'est intéressant d'avoir des pédaliers à travers Paris pour livrer les pizzas, mais la mairie rouge met des bâtons dans les roues de tout.... et le vélo même modernisé ce n'est pas vraiment de la start up. Donc l'article aurait dû être "pourquoi Paris ne sera jamais dans le top ten mondial, déjà le titre mentionne que Paris".....
a écrit le 18/08/2015 à 0:26 :
Vous avez vu les taux d'imposition en France ou en Belgique ? Absolument énormes ! D'ailleurs la belgique encore pire ! Qui voudrait investir dans ces pays ?
a écrit le 17/08/2015 à 23:34 :
Faut être inconscient pour créer une start-up dans un environnement socialo-communiste où réussir contrevient à l'idéal égalitariste au nom duquel on spolie par principe ceux qui font mine de s'enrichir. C'est une faute de gestion grave que de s'installer en France....
a écrit le 17/08/2015 à 22:40 :
La France c'est du rêve mais la réalité c'est du purin. Pour dire la vérité, Hollande me fait honte. Les socialos c'est quand même des repoussoirs à start-ups.
a écrit le 17/08/2015 à 19:18 :
Des développeurs et des codeurs... encore faudrait-il que l'on attende autre chose des plus de 35 ans que d'être forcement chef de projet et même plutôt DSi.

Plus de 35 ans en France vous êtes trop vieux pour faire du code... On ne jure que par les jeunes diplômés et stagiaires, on parle de pénurie alors que ça dépend des langages.

Oui il y a pénurie autour du big data et du cloud (sauf que seules les grosses entreprises sont susceptibles de former, au niveau filières universitaires, c'est encore très restreint), pour le reste, c'est faux!

Sinon il faudra m'expliquer pourquoi l'emploi reste stable dans l'informatique voire même suit plutôt une tendance défavorable.
Réponse de le 20/08/2015 à 22:21 :
"Oui il y a pénurie autour du big data et du cloud" : Le premier est un buzz word fourre tout, le deuxième est dans la ligne directe de la virtualisation.
Il y a des gens compétents techniquement dans les deux domaines, mais ils préfèrent s'orienter vers la gestion de projet pour une raison simple : La technique ne paye pas en France, que ce soit sur la fiche de paye ou en terme d'image.
a écrit le 17/08/2015 à 17:20 :
Criteo et blablacar des startups? Va falloir sérieusement réviser vos classiques...
a écrit le 17/08/2015 à 14:30 :
Une étude sans CJK ne vaut rien !
a écrit le 17/08/2015 à 14:18 :
Comment voulez vous qu'un pays socialo-collectiviste, qui se plait à organiser l'extorsion de fonds et la gabegie, puisse être particulièrement efficace sur le plan économique ?
a écrit le 17/08/2015 à 14:05 :
Comparer les salaires sans comparer le coût de la vie n'a aucun sens. Dans certaines villes d'Europe la location d'un 50m2 peut coûter 2000 à 2500 Euros par mois et je ne parle pas de l’éducation et de la santé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :