Telecom Italia : Puyfontaine cherche un terrain d’entente avec Rome

 |   |  532  mots
Concernant le réseau de Telecom Italia, alors que le débat sur son éventuelle cession a été relancé, Arnaud de Puyfontaine a souligné que, pour son groupe, il était stratégique.
Concernant le réseau de Telecom Italia, alors que le débat sur son éventuelle cession a été relancé, Arnaud de Puyfontaine a souligné que, pour son groupe, il était "stratégique". (Crédits : Jean-Paul Pelissier)
Le président exécutif de Telecom Italia, qui est également le président du directoire de Vivendi, a affirmé que son groupe était ouvert au dialogue avec le gouvernement, tant sur le réseau que sur les "pouvoirs spéciaux" exercés par Rome.

L'heure est à la diplomatie. Le président exécutif de Telecom Italia, Arnaud de Puyfontaine, qui est aussi le président du directoire de Vivendi, a affirmé vendredi que son groupe était ouvert au dialogue avec le gouvernement, tant sur le réseau que sur les "pouvoirs spéciaux" exercés par Rome. Le 16 octobre, le gouvernement italien a décidé d'utiliser vis-à-vis de Telecom Italia le "golden power" - des pouvoirs spéciaux pouvant être excercés dans des secteurs stratégiques -, après le resserrement du contrôle du groupe français Vivendi sur l'opérateur italien.

Rome a donné 90 jours à l'opérateur pour se conformer à certaines mesures visant essentiellement à protéger et "italianiser" certaines de ses activités, dont celles de Sparkle, qui gère des réseaux considérés comme sensibles.

"Je partage la position du gouvernement italien sur les problématiques liées à la sécurité nationale", a déclaré Arnaud de Puyfontaine dans une interview au quotidien La Repubblica.

"Nous acceptons le 'golden power' et nous discuterons de ce qui nous est demandé, en prenant soin que les interventions à mener ne nuisent pas à l'activité opérationnelle de l'entreprise", a-t-il ajouté, en précisant que son groupe avait "déjà anticipé" une grande partie des mesures à prendre.

Le réseau est "stratégique"

"Notre intention est de lancer un dialogue pour parvenir à une solution partagée qui clarifie aussi la mise en œuvre de certaines des interventions demandées. Si cela se déroule de cette façon, il n'y aura pas de recours de notre part", a ajouté Arnaud de Puyfontaine. Concernant le réseau de Telecom Italia, alors que le débat sur son éventuelle cession a été relancé, le patron de l'entrprise a souligné que, pour son groupe, il était "stratégique". "Parler de séparation du réseau a un sens si cela a pour objectif d'améliorer encore la neutralité et de parvenir plus rapidement à la digitalisation du pays", a-t-il expliqué.

Le directeur général de Telecom Italia Amos "Genish et moi travaillons sur cette question avec pragmatisme. Nous comprenons l'intérêt national, nous étudierons le dossier avec le gouvernement : l'important est que cela réponde aux intérêts de toutes les parties prenantes. Et cela signifie les consommateurs, nos employés, les autorités de régulation et les actionnaires. Et surtout le pays", a-t-il dit.

Tensions avec Mediaset

 Concernant Mediaset, avec qui Vivendi est en conflit, "je peux seulement dire que nous avons identifié un beau projet stratégique. A l'heure actuelle, une discussion est en cours et pour cette raison je ne peux rien ajouter", s'est limité à dire Arnaud de Puyfontaine.

Les deux groupes sont à couteaux tirés depuis que le Français a décidé en juillet 2016 de revenir sur un accord qui prévoyait le rachat de 100% du bouquet de chaîne payante Mediaset Premium par Vivendi et un échange de participations à hauteur de 3,5% entre les deux groupes. Alors que la tension était déjà vive, le groupe de Vincent Bolloré est monté fin 2016 à 28,8% du capital de Mediaset lors d'un raid éclair qualifié d'"hostile" par la famille Berlusconi.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2017 à 11:26 :
Intéressant article, pour plus d'infos voir : http://www.ave40.com/blog/fr/
a écrit le 27/10/2017 à 21:17 :
Les Italiens ont l'air d'en avoir leur claque des manoeuvres à tiroir de Mr Bolloré.
Qui a tout prévu, comme toujours : Mr de Puyfontaine est le fusible idéal.
J'espère qu'il est vraiment bien payé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :