Telecom Italia : Rome voit des motifs d’exercer ses pouvoirs spéciaux

 |   |  223  mots
Rome a lancé une procédure auprès de Telecom Italia au motif que son principal actionnaire Vivendi, qui détient 24% de son capital, aurait omis de notifier son contrôle de fait de l'opérateur télécoms, considéré comme un actif stratégique.
Rome a lancé une procédure auprès de Telecom Italia au motif que son principal actionnaire Vivendi, qui détient 24% de son capital, aurait omis de notifier son contrôle de fait de l'opérateur télécoms, considéré comme un actif stratégique. (Crédits : Stefano Rellandini)
Le ministre italien de l'Industrie, Carlo Calenda, a dit lundi qu'il voyait des arguments en faveur du recours par le gouvernement à des prérogatives spéciales ("golden power") sur Sparkle, filiale de câbles sous-marins de Telecom Italia (TIM).

Mauvaise nouvelle pour Vivendi, premier actionnaire de Telecom Italia. Le ministre italien de l'Industrie, Carlo Calenda, a dit lundi qu'il voyait des arguments en faveur du recours par le gouvernement à des prérogatives spéciales ("golden power") sur Sparkle, filiale de câbles sous-marins de Telecom Italia (TIM).

Le gouvernement va examiner s'il y a des fondements à l'application de ces prérogatives sur Sparkle, a-t-il dit. "Je pense qu'il y en a en parce qu'elle a un rôle de sécurité nationale." Sparkle est considéré comme un actif particulièrement sensible en raison de son réseau sous-marin reliant des pays européens, méditerranéens et américains.

Telecom Italia, un groupe stratégique

Rome a lancé une procédure auprès de Telecom Italia au motif que son principal actionnaire Vivendi, qui détient 24% de son capital, aurait omis de notifier son contrôle de fait de l'opérateur télécoms, considéré comme un actif stratégique.

Si l'enquête conclut que le groupe français contrôle TIM, le gouvernement peut considérer que les conditions sont réunies pour lui permettre d'exercer des pouvoirs spéciaux. Ceux-ci l'autoriseraient à imposer une amende, à poser des conditions à Vivendi, voire à opposer son veto à des décisions qu'il percevrait comme une menace contre les intérêts nationaux.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :