Telefonica met enfin le grappin sur Vivo

 |   |  285  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Telefonica a confirmé ce mercredi être parvenu à un accord avec Portugal Telecom au sujet du rachat de la participation du groupe de télécoms portugais dans l'opérateur de téléphonie mobile brésilien Vivo. Au prix fort.

La saga opposant l'opérateur espagnol Telefonica à son homologues portugais Portugal Telecom tire à sa fin. L'accord trouvé entre les deux protagonistes en signe l'épilogue. Accord, confirmé ce mercredi par Telefonica et  permettant à ce dernier de mettre la main -enfin- sur l'opérateur brésilien Vivo via le rachat des parts de Portugal Telecom dans leur coentreprise Brasilcel qui contrôle Vivo.

Pour ce rachat, Telefonica va devoir mettre le prix fort. La transaction s'élève à 7,5 milliards d'euros qui seront versés en trois tranches. Ce montant est proche du maximum que pouvait se permettre Telefonica et il est supérieur à la valeur boursière de Portugal Telecom lui-même (7,4 milliards). Sa dernière offre, de 7,15 milliards d'euros n'avait finalement pas été retenue. Ce nouveau refus avait d'ailleurs conduit Telefonica à abandonner. Mais sa détermination à s'emparer du brésilien aura finalement pris le dessus.

Cette opération permet de porter à 69,2 millions le nombre de ses abonnés au Brésil, lui assurant la première place de ce marché très convoité. L'occasion également de s'assurer une autre source de croissance, compte tenu de la maturité du marché espagnol se traduisant par un ralentissement des revenus. En cédant face à Telefonica, Portugal Telecom ne fait pas pour autant une croix sur le marché brésilien, sur lequel il prévoit d'investir 8,4 milliards de réals (3,7 milliards d'euros) pour prendre des participations dans un autre opérateur, Oi, et deux de ses filiales.

Le gouvernement portugais, très impliqué dans l'opération - il a bloqué le mois dernier un précédent accord et ce malgré le soutien des autres actionnaires du groupe- aurait, selon le journal espagnol El Pais, donné son feu vert.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :