Orange intéressé par l'opérateur marocain Meditel

 |   |  289  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La filiale mobile de France Télécom a engagé des discussions avec les actionnaires du deuxième opérateur du Maroc, en vue d'acquérir 40% du capital.

Orange, la filiale mobile de France Télécom , a engagé des discussions avec les actionnaires de Meditel, deuxième opérateur du Maroc, en vue d'acquérir 40% du capital de celui-ci, a rapporté samedi l'hebdomadaire Actuel.

Le magazine en langue française précise que les discussions entre Orange et les propriétaires de Meditel, CDG et FinanceCom, ont atteint un stade avancé.

Il ajoute que l'entrée du français au capital de Meditel pourrait lui coûter 650 millions d'euros.

Un haut dirigeant de Meditel s'est refusé à tout commentaire. Aucun représentant de CDG, FinanceCom ou France Télécom n'était disponible dans l'immédiat pour un commentaire.

A l'occasion de la présentation de ses résultats semestriels jeudi, France Télécom a confirmé vouloir mener "une politique d'acquisition sélective visant principalement à doubler le chiffre d'affaires du Groupe sur les trois à cinq ans à venir dans les marchés émergents (notamment en Afrique et au Moyen-Orient)".

Meditel, opposé sur le marché marocain à l'ex-monopole Maroc Telecom , dont Vivendi est actionnaire, et à Inwi, propriété du conglomérat ONA , a perdu l'an dernier deux actionnaires de poids: l'espagnol Telefonica et le portugais Portugal Telecom .

Leurs participations, de 32,2% chacune, ont été cédées aux groupes privés marocains FinanceCom et CDG, une holding d'investissement publique, pour un peu moins de 900 millions d'euros.

A l'époque, FinanceCom et CDG n'avaient pas exclu la possibilité de faire entrer un nouvel actionnaire au tour de table si cela permettait d'augmenter la valeur de Meditel. Ils ont aussi envisagé une introduction de Meditel à la Bourse de Casablanca.

Emirates Telecommunications (Etisalat) , candidat malheureux à la reprise des parts de Telefonica et Portugal Telecom, s'est déclaré intéressé par le marché marocain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :