La Tribune

Le plan fibre optique à nouveau en chantier

Copyright HAMILTON/REA.
Delphine Cuny  |   -  1181  mots
Le gouvernement va réunir vendredi une table ronde sur le très haut débit pour relancer les investissements. Les élus veulent remettre à plat le cadre du Grand emprunt.

La France est-elle en retard dans la fibre optique ? Le débat refait surface depuis quelques semaines. Le 3 juillet, des élus s'inquiétant que « les opérateurs réduisent actuellement leurs investissements » ont lancé l'« appel de Valence », un plaidoyer pour « une modification profonde des orientations du programme national très haut débit par une stratégie ambitieuse au plus haut niveau de l'Etat. » Parmi ses promoteurs, le sénateur (UMP) de la Moselle, Philippe Leroy, co-auteur avec Hervé Maurey, d'une proposition parlementaire de loi sur l'aménagement numérique. Une semaine plus tard, les industriels de la filière (FIEEC) ont à leur tour lancé un appel « pour passer au très haut débit en fibre optique : un impératif pour la croissance », s'alarmant que « la France prend actuellement du retard : nous rendons à peine 400.000 logements raccordables à la fibre optique chaque année. » Selon nos informations, le gouvernement ne devrait pas rester sourd à ces appels.

« Le cabinet de Fleur Pellerin [la ministre déléguée à l'Economie numérique] entend lancer une table ronde sur la fibre à la fin juillet pour fixer une feuille de route » rapporte un opérateur. La réunion devrait se tenir vendredi prochain, comme l'indique l'agenda d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, communiqué ce vendredi soir. L'idée serait de « réunir toutes les parties prenantes, en particulier les élus. » Le tout « dans un esprit de concertation et de réconciliation » confie un haut fonctionnaire. « Le cadre actuel ne nous satisfait pas complètement, ni les collectivités territoriales » a déclaré Fleur Pellerin mercredi lors d'une audition devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale. « Est-ce qu'on remet tout à plat, quitte à perdre deux ans, ou est-ce qu'on continue en corrigeant certaines choses ? » s'interroge-t-on à Bercy.

"La fibre pour tous" ou pas ?
Selon une source proche du dossier, cette table ronde sera articulée autour de quatre chapitres : « les objectifs, la gouvernance, le financement et l'écosystème. » Elle devra ainsi « définir clairement les objectifs »à long terme par rapport au plan Très haut débit élaboré sous Nicolas Sarkozy qui avait l'ambition de couvrir 70% de la population en 2020 et 100% en 2025. « Ce ne sera probablement pas de la fibre pour tous » estime un opérateur. C'est l'un des points de friction entre élus et opérateurs. Dans cet appel de Valence, également promu par deux présidents de syndicats mixtes, Hervé Rasclard pour Ardèche Drôme Numérique, et Alain Lagarde, pour Dorsal (Limousin), les élus affirment la nécessité de « bâtir un nouveau partenariat public-privé », en particulier de réaffirmer « le choix de la fibre pour tous. » I

ls s'inquiètent de la prochaine commercialisation du VDSL2, sorte de super ADSL plus rapide, qu'ils perçoivent comme « la poursuite de la pérennisation du réseau téléphonique filaire en cuivre » et « conforte l'idée que les opérateurs retardent le FTTH [la fibre jusqu'à l'abonné] au profit de la rente du cuivre. » Ils demandent aussi d'organiser « le basculement du modèle économique du secteur, du réseau cuivre vers le réseau fibre, en fixant une date-butoir. » C'est le concept d'extinction du cuivre, à l'image de celle de la télévision analogique : il faudrait obliger France Télécom à « éteindre » le bon vieux réseau du téléphone encore utilisé pour l'ADSL. Mais les opérateurs sont vent debout contre cette idée.

Une instance de pilotage national du plan Très haut débit
Au chapitre de la gouvernance, la table ronde gouvernementale se penchera sur l'articulation entre public et privé, entre Etat et collectivités. La ministre a affirmé mercredi la nécessité d'une « institution, d'une instance de pilotage national, pouvant apporter de l'assistance à maîtrise d'ouvrage aux collectivités. » L'appel de Valence réclame justement « un pilotage public national fort avec les élus du Parlement et des collectivités », estimant que les priorités du déploiement de la fibre « ne peuvent être imposées unilatéralement par les seuls opérateurs issus de l'ADSL. » Ici se trouve le principal reproche des élus : ils craignent d'être otages des intentions de déploiements des opérateurs et n'acceptent pas que le programme des Investissements d'avenir (le Grand Emprunt) ait réservé les zones rentables (les villes) aux opérateurs privés, déjà dénoncés l'été dernier par l'appel d'Aurillac, lors de la conférence Ruralitic.

La proposition de loi Maurey-Leroy, adoptée au Sénat en février, prévoit d'ailleurs de donner la possibilité aux collectivités de « déployer des réseaux à très haut débit sur l'ensemble de leur territoire » et de « contractualiser les engagements de couverture des opérateurs » : l'appel de Valence demande qu'elle soit mise à l'ordre du jour de l'Assemblée très rapidement. Fleur Pellerin a déclaré mercredi que le gouvernement souhaite que les opérateurs soient davantage contraints par les calendriers de déploiements et « qu'en cas de carence, les collectivités puissent se substituer à l'opérateur privé. » Bercy serait aussi sensible à la demande des collectivités que les opérateurs s'engagent à utiliser les nouveaux réseaux d'initiative publique. Sans être pour autant favorable à une remise en cause du « monopole » du privé sur les zones rentables. René Ricol, le précédent Commissaire général à l'investissement voulait "éviter les erreurs du plan câble."

Réaffecter le milliard d'euros de prêts aux réseaux publics
La problématique du financement est liée : les élus, qui voudraient déployer ailleurs que dans les zones non denses, demandent de réaffecter le milliard d'euros, prévu pour des prêts non bonifiés de maturité longue aux opérateurs (volet A), mais « non sollicité par les opérateurs », au volet B dédié aux collectivités locales (900 millions de subventions aux réseaux d'initiatives publiques venant complétant les déploiements d'initiative privée). La ministre a effectivement relevé mercredi que le milliard n'était « pas du tout consommé. »

Elle a aussi observé le « manque d'un dispositif de péréquation » et le fait que le FANT (le fonds d'aménagement numérique du territoire) n'était toujours pas abondé. L'Avicca, l'association des villes et collectivités locales pour les communications électroniques et l'audiovisuel, demande de son côté « le déblocage rapide des dossiers instruits au Commissariat général à l'investissement depuis de longs mois, et la notification des aides du Fonds national pour la société numérique. » En effet, l'association relève qu'il est « important de ne pas retarder ce qui peut démarrer. Les indicateurs industriels montrent que l'investissement est en chute libre depuis un an. » Le rythme du déploiement s'est en effet ralenti, passant de 140.000 nouvelles prises au troisième trimestre 2011 à 125.000 au quatrième et 105.000 au premier trimestre 2012. Le nombre de logements éligibles à la fibre optique n'a progressé que de 7% en un trimestre, pour atteindre 1,58 million. Et le nombre d'abonnés à la fibre (FTTH) ne s'élève qu'à 220.000 à la fin mars, selon les derniers chiffres du régulateur des télécoms, l'Arcep.
 

Réagir

Commentaires

sylvain  a écrit le 07/08/2012 à 17:55 :

Pourquoi les opérateurs câbleraient de bon coeur une technologie qui leurs coutera cher? même si nous en payons le prix ! ?

Prenons les technologies xDSL.

Suivez la rêgle de calcul suivante :

80% des abonnés régionaux francais sont à plus d?une certaine distance du central de distribution.

Donc la bande passantes utilisable sera automatiquement réduite (limite physique de la paire de cuivre) de 50 à 75%

Soit une économie de bande passante de 50% à 75% donc un profit de 50 à 75% supérieur.

Alors qu?avec la fibre optique la bande passante sera/devra être là et utilisable. pas de limitation physique et là les opérateurs devront mettre un peu plus la main au portefeuille donc rogner sur leur marges.

et oui quand on est habitué à 400% de profit pourquoi renoncer à tondre ses moutons !

Oui Google commence des tests sur 1 villes avec 1Gb/s à des tarifs qui restent plus que raisonnable si l?on regarde le prix/bande passante?

Mais en regardant de plus prêt il y a aussi le troisième forfait google? celui à 25$(21?) pour 5Mb/s soit ce que les 80 % des provinciaux francais ont pour un forfait compris entre 35 et 45$ (42$/55$)

et celui qui ose chipoter sur les chiffres n?a qu?a prendre une carte régionale et faire quelques cercles pour vérifier? (rires)

Alors? ou sont passées les fonds public pour le développement de la fibre optique ? (en réunion, en colloque, en consenssus, en comité d?études, en frais d?avocats oui, oui vous savez bien les contrats qui n?ont pas déterminés à qui reviendrai

indiquez moi quelle ville a été cablé (attention à la langue de bois des opérateurs) à 100 % en horizontale et à plus de 5% en verticale ?

Billet d?humeur

iCitoyen  a écrit le 23/07/2012 à 13:34 :

De la fibre... pour quel service que le cuivre ne rend pas??!!
Un investissement doit avoir un but réel et non investir pour investir... et faire des transferts d'argent qui permettent aux petits ruisseaux de grandir dans les collectivités locales.
Tous ces élus sont tellement fort pour dépenser l'argent des autres sans jamais rien payer.. eh! oui! ils ne payent pas d'impôts!
Le cuivre couvre 80% des cas. La fibre a un intérêt pour désenclaver des régions en complément de technologies comme le wifi, la 4g ou le FEMto. De plus, les usages plafonnent avec la video. Une famille moyenne, soit 4 personnes (en étant généreux), c'est 4 fois de la vidéo soit de 5Mb/s à 3 Mb/s car la loi de Moore s'applique aussi à la compression. donc avec 20Mb/s le débit est TRES largement suffisant.
De plus à quoi sert d'avoir 100Mb/s quand les réseaux et les serveurs ne peuvent fournir ce débit???

DsiCol  a répondu le 24/07/2012 à 9:39:

Dont acte : tous pourris, tous achetés par le "lobby de la fibre optique" (bien sûr, au passage, le "lobby du cuivre", opérateurs historiques en tête, cela n'existe pas...).

Dans 5 à 10 ans tout au plus, les élus qui auront gaspillé leurs dernières cartouches financières pour mettre le réseau "cuivre" sous perfusion à fonds (publics) perdus, au lieu d'engager la mutation inéluctable vers la fibre, seront conspués par les citoyens/usagers/électeurs et autres acteurs économiques parce qu'ils auront négligé de préparer l'avenir de leur(s) territoire(s).

Je prends donc date, cher iCitoyen, ô parangon de vertu républicaine : dans quel camp de te rangeras-tu ?

as16  a écrit le 23/07/2012 à 10:32 :

La décision d'arrêter l'ADSL par "le cuivre" est une aberration économique et technologique ; remarquez : c'est n'est pas la première fois que nos politicards arrivent à nous surprendre par leur incompétence ! Il ne savent plus comment dépenser l'argent du grand emprunt, une aberration sarkoziste, comme si cet argent tombait du ciel ; cet argent vient de nos poches et toutes ces dettes, dette de l'état, dette de la sécurité sociale ou le grand emprunt, vont devoir être remboursées par nos enfants ; mais les politicards s'en moquent tant que les commissions pour l'octroi des marchés publiques vont tomber dans leurs poches, qu'ils soient des élus locaux, territoriaux ou parlementaires.

Pete  a écrit le 22/07/2012 à 8:33 :

100.000 1.000.000 ?
Pratiquement, plus on en parle et plus il y a d'intervenants, moins il y à d'information !
Secret défense autour du déploiement !
On se croirait revenu au début des années 70 avec le téléphone.
Quand, où, comment !!!
Quelle opacité !
Quelle désorganisation !

Kilou  a écrit le 22/07/2012 à 2:10 :

j'ai 17Mbits de débit en ADSL avec Free, donc la fibre ne me manque pas....

A340AMIRI  a écrit le 21/07/2012 à 22:22 :

Mon immeuble a été "fibré" par Orange il y a 6 mois....les boitiers sont là, la fibre aussi, et puis? nous n' avons reçu aucune offre commerciale, aucun prospectus pour nous expliquer ce que ça apportait....a coté de ça j' ai internet par le cable 8-10 mega, pourquoi devrais-je changer? non je ne veux pas télécharger 50 films par journ je ne veux pas avoir en même temps youtube, facebook et googleplus sur 5 écrans differents, et mon frigo et ma machine a laver ne se connectent pas (encore) a internet pour telecharger des updates ou des instructions 10 fois par jour. Personne ne comprends ce qu' apporterait ma fibre mis a part les geeks qui uploadent des films debiles vers youtube ou qui jouent 15h/jour en réseau tout en regardant un film HD en piratant de la musique en peer to peer. Je suis d'accord avec d'autres commentateurs, c'est une chimère et les réseaux existants ne sont pas optimisés, pourquoi se lancer dans ces dépenses grotesques par les temps qui courent?

marco  a écrit le 21/07/2012 à 21:03 :

la fibre n'est qu'un marché pour engraisser quelques entreprises et satisfaire des décideurs en place. l'ADSL actuel n'est pas optimisé, et de loin. la solution économique et rapide (pour les con tribuables) consiste à réaliser cette optimisation et utiliser le réseau cablé actuel qui est disponible partout.
mais est-ce le bon sens qui dirige le monde ?

samarinda  a écrit le 21/07/2012 à 17:21 :

Ah les éluqs l'équipe d'incompétence et surtout peu pardon pas gestionanire. Les élus ont trouvé" une façon d'exiqster car ils ne sont rien le trois quart de lois sont Européenne ils sont juste la pour les mettre à la sauce françAaise. Dans cvette afafire encore une contribution du citoyen sur sa fezuille d'impôts pour un résultat assez moribond. Les insdustriels évidemment ils sont pour et pour cause le pb de la rentabilté et du besoin réel du citoyen /contribuable leur importe peu.

jeff  a écrit le 21/07/2012 à 17:07 :

Pourquoi dans les villes où la fibre est déployée les abonnements haut débits ne décollent pas? Les gens n'ont peut être pas envie de payer 5 à 10 euros de plus par mois pour un gain à peine perceptible

billroland  a répondu le 17/11/2012 à 21:57:

Les opérateurs ont choisi de developper la fibre là ou cela leur semblait le plus rentable à trés court terme :résultat seulement 7% des fibrés ont pris un abonnement correspondant et abandonné l'ADSL .A Chevry-cossigny ville pilote du 77 environ 1100 demandeurs d'une prise optique sur 1500 foyers ,975 raccordés à ce jour et plus de 70% des raccordés déjà abonnés.quand on ne dispose que d'un mb ,on ne raisonne pas de la même manière!

Supreme  a écrit le 21/07/2012 à 11:04 :

Pourquoi dans les campagnes on paye 30€ un forfait adsl haut debit qui plafonne a 512kb, où le débit ne permet pas de recevoir la tv?? On paie autant pour moins de services et personne ne dit rien!

Stef  a répondu le 21/07/2012 à 13:05:

Je suis dans le même cas. Les équipements Télécom devraient quand même bénéficier d'une péréquation équitable, ou alors, le client bénéficie d'une ristourne proportionnelle à son débit.

vb  a répondu le 21/07/2012 à 20:40:

pas seulement à la campagne: ça existe aussi en région parisienne !

urbain  a répondu le 21/07/2012 à 22:52:

Installez vous en ville et rendez la campagne à la forêt et à la nature.

Snowkitesurf  a répondu le 22/07/2012 à 9:33:

@urbain : toi t es pas rancunier , la nature elle t a pas raté pourtant question réflexion

as16  a répondu le 23/07/2012 à 10:36:

Il existe des offres ADSL sans télévision, donc moins chères ; il suffit de chercher un peu pour trouver. Arrêter de vous plaindre et faites jouer la concurrence !

Aménagement  a écrit le 21/07/2012 à 7:49 :

Un des gros avantages de la fibre est de ne pas etre sensible a la distance. Ce serait donc un excellent moyen de fournir un débit élevé aux foyers les plus éloignés des DSLAM. En effet, dans une zone plus dense, pas trop éloignée de ces DSLAM, il est possible de récupérer de 30 a 100Mb/s de débit en VDSL2, mais cela chute très vite avec la longueur de la paire métallique. Hors on déploie de la fibre essentiellement en remplacement des lignes courtes, laissant de fait les plus éloignés en rade de débit... Ne faudrait-il pas inverser et financer d'abord le remplacement des lignes longues par de la fibre, et ensuite revenir vers le centre ? Ha, on me signale dans l'oreillette que c'est moins rentable pour les actionnaires.. Désolé.. :-)

Laurent  a répondu le 21/07/2012 à 9:52:

Il faut que l'Etat et les collectivités s'en mêlent. Si l'on veut aider les déserts ruraux ou en périphérie, les nouvelles technos peuvent aider. Ça poussera la visio conférence et le télétravail. On pourrait imaginer beaucoup de services publics qui seraient présents grâce à cela. Il y a des gisements d'emplois et d'économies gigantesques à faire avec les nouvelles technos.
J'espère bien que Mme Pellerin va s'y atteler et ne va pas se contenter de faire de nouvelles taxes dans le secteur. Si le secteur va mal ce n'est pas à cause de Free Mobile mais d'un sous invesistssement dans les nouvelles technos comme la 4G ou la fibre ces dernières années.

Chich  a répondu le 21/07/2012 à 9:58:

Bien sur que la fibre est sensible à la distance ! Beaucoup moins que les câbles utilisés communément mais quand même. D'ailleurs sont installés des amplificateurs tous le long des câbles optiques sous marins qui relient les contients entre eux.

Aménagement  a répondu le 21/07/2012 à 15:27:

@Chich : le record de fibre sans répéteur est a ce jour de 13 000 Km... Les statistiques sont en notre faveur :-)

bertrand  a écrit le 21/07/2012 à 2:52 :

quelle est l'intérêt de cette fibre optique : que créera-t-elle comme richesse ???
la fibre optique pour tous, très bien, mais quel avantage immédiat ?? moins de déplacement du fait que l'on pourra travailler de chez soi ? parfait, donc on va diminuer les ventes de voitures et supprimer un ou deux constructeurs !
hum, ce plan ne me dit rien qui vaille pour l'avenir !!!

Laurent  a répondu le 21/07/2012 à 9:49:

Avantage immédiat tout le monde aura accès à une grande vitesse contrairement à l'ADSL. Donc les gens pourront avoir de nouveaux usages comme la VOD, le cloud etc. Ça devrait augmenter les revenus par abonné des opérateurs, créer des start Ups innovantes dans ces domaines ou dans de nouvelles apps, améliorer le télétravail, la médecine à distance, jeux vidéos en streaming etc.
Il y a bien plus à gagner et la France doit se bouger. Elle était très en pointe en ADSL et en 3G, elle est entrain d'en perdre en 4G ou en fibre.
C'est une bonne nouvelle car en France la fibre n'avance pas, même habitant dans une grande ville nous n'y avons pas accès.

Embedded  a écrit le 20/07/2012 à 23:43 :

J'ai bien peur que faute d?heures de vol sur le sujet, le Pilote et l?Hôtesse de l'air de l'avion THD, ne se fassent embarquer dans les turbulences des lobbyistes les plus puissants (Orange et l'oligopole ADSL) et oublient l'essentiel : l'aménagement numérique territorial et la péréquation...