SFR ne devrait supprimer « que » 1.000 emplois pour devenir « opérateur numérique engagé »

 |   |  654  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'opérateur présente mercredi son plan de départs volontaires détaillé aux représentants du personnel. Ce plan social devrait porter sur un millier d'emplois selon les syndicats, mais inclure aussi des créations de postes. Au cœur de la réorganisation qui sera dévoilée, un programme d'accélération sur le Web.

Nom de code ONE, l'acronyme d'« opérateur numérique engagé. » C'est le grand projet du PDG Stéphane Roussel pour adapter SFR « aux nouveaux enjeux du marché. » Selon nos informations, le dirigeant a expliqué en interne que, « avec le bouleversement de ses repères, SFR doit s'ouvrir au numérique pour devenir opérateur numérique engagé » à l'horizon 2014. « D'opérateur de réseau, SFR doit devenir davantage un opérateur de services en recentrant tous les canaux de vente sur le Web » décrypte un cadre au fait du projet. « Le numérique bouleverse le processus établi de la relation client et de la distribution, il faudra donc adapter tous les modes de distribution et les centres d'appels » rapporte un participant à l'une des réunions. « Nous serons les premiers à le faire, France Télécom mettra trop de temps à nous imiter » a lancé Stéphane Roussel à ses troupes. Plutôt que l'impact de Free Mobile, c'est cette mutation qui sera présentée comme étant au coeur de la réorganisation qui sera présenté la semaine prochaine. 

Le plan concernerait 1.100 emplois plus 300 créations
Le plan de départs volontaires, annoncé en juillet, sera en effet détaillé le 28 novembre, mercredi prochain. Les principales organisations syndicales sont d'accord : le plan social ne devrait porter que sur environ un millier de départs (sur un effectif d'environ 10.000 salariés), contre près du double redouté il y a quelques mois. Est-ce l'effet post-élections professionnelles ? Ou les pressions du gouvernement, en particulier du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et de Fleur Pellerin, la ministre de l'Economie numérique ? Olivier Lelong, de la CFDT, anticipe « entre 800 et 1.200 emplois » concernés. Vanessa Jereb, de l'Unsa, attend aussi « plutôt dans les 1.000. » Jean-Luc Martin, à la CGC, table sur « 1.100 personnes visées dans le plan de départs volontaires, mais en net cela fera moins puisque la direction devrait annoncer autour de 300 créations d'emplois. » Il y aura des propositions de reclassement dans le cadre de cette mutation vers le numérique, ce recentrage sur les canaux de vente Web. En net, le plan pourrait ainsi prévoir autour de 800 suppressions d'emplois, comme le précédent dans le cadre de la fusion entre Neuf Cegetel et SFR. Stéphane Roussel aurait parlé de « frugalité : faire mieux avec moins. »

« Deuxième effet kiss cool en 2013 en cas de vente de SFR »
Mais les syndicats redoutent déjà « un deuxième effet kiss cool l'année prochaine, un deuxième volet à la rentrée 2013 selon le profil de celui qui nous rachète » selon la déléguée de l'Unsa. Car le PDG a encore dit en interne il y a deux semaines que « une vente ou une fusion ne sont pas à écarter, surtout si GVT ou Maroc Télécom (autres filiales de Vivendi) ne sont pas cédées. » Du coup, la direction de SFR veut aller vite, avec une date en ligne de mire « il faut que tout soit réglé avant l'assemblée générale de Vivendi, en juin 2013 » explique un délégué syndical. L'idée du PDG est même d'ouvrir le volontariat avant Noël « techniquement, avec tout le circuit de consultations, ce ne sera pas possible » font valoir les représentants du personnel. En attendant, les salariés assistent déjà à une « valse des managers », certains menacés par la réorganisation étant déjà nommés ailleurs, d'autres « qui ne sont pas dans la photo finale » préférant partir. Les managers encadrant moins de 5 personnes sont considérés comme un niveau superflu. Les fonctions supports (finances, communication, etc) devraient être touchées « entre 15% et 50% selon les équipes » estime un délégué syndical, mais aussi les « équipes marketing de Frank Cadoret », qui seront resserrées, et les agences SFR Business Team, la branche Entreprises, où l'on redoute des fermetures de site (Toulouse, Bordeaux, etc).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2012 à 1:52 :
SFR fournissait avec sa box un service correct qui fonctionnait. J'avais souscrit à un abonnement de téléphonie mobile de 24 mois que j'ai voulu résilier par avance car je partais travailler à l'étranger, cas de force majeure reconnu par la loi. SFR a fait la sourde oreille et a perçu des mois d'abonnement indus malgré deux passages en boutique et de nombreux emails. Les misères de ces délinquants me réjouissent au plus haut point. Quel plaisir !
a écrit le 28/11/2012 à 13:12 :
les bénéfices ont déminué donc licenciement dans petites mains qui rapportent , le patron devrait ce mettre sur le tas pour récupérer, il ne doit pas savoir faire et doit avoir 2 mains gauches
a écrit le 27/11/2012 à 13:12 :
C'est juste pour assainir le bilan avant la vente ...
a écrit le 25/11/2012 à 20:44 :
Opérateur numérique engagé..............
Ils sont incapable s de pondre une offre concurentielle alors ils de viennent. ONE
C bo la com lol
a écrit le 25/11/2012 à 6:14 :
Ca sent le sapin pour SFR.
Ca sent bon pour Free qui peux racheter un reseau et bcp d abonnés en 2013.
a écrit le 24/11/2012 à 23:14 :
C'est pas ce que Free fait déjà avec moins de cadres que la concurrence. Comme toutes les grandes sociétés, SFR a trop de strates hiérarchiques. Ils ne sont plus agiles et réactifs. L'encadrement trop nombreux est avec le temps en général un indicateur de mauvaise santé d'une entreprise.
Simplement, SFR veut réduire le nombre de strates et être réactif.Après, c'est du bla bla pour pouvoir virer du monde.
a écrit le 24/11/2012 à 15:02 :
En tout cas chez Bouygues ils harcèlent les détenteurs d'anciens abonnements pour les faire résilier car sans doute peu rentables. Ils se permettent même d'exiger des explications quand on refuse leur box. Evidemment en cas de changement on ne peut récupérer que 50 Euros tout le reste allant dans leur poche en cas de réserve non utilisée de 200 Euros par ex. Drôles de méthodes qui devraient interpeller la ministre.
a écrit le 24/11/2012 à 12:06 :
Cela ressemble à un plan pour rendre la mariée plus belle pour 2013 !
Réponse de le 26/11/2012 à 16:13 :
+1 !
Réduction des frais fixes + dégraissage = meilleur prix pour Vivendi qui ne cache pas vouloir vendre SFR avant juin 2013 ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :