La Tribune

La Mission Très haut débit dévoile son plan pour la fibre optique

Copyright HAMILTON/REA
Delphine Cuny  |   -  1130  mots
La structure de pilotage national de ce grand chantier consulte actuellement les collectivités et les opérateurs sur ses pistes de modifications du précédent plan très haut débit. Ce « projet de feuille de route », que La Tribune a pu consulter, propose par exemple d'asseoir sur le Livret A les prêts aux réseaux d'initiative publique.

« On ne renverse par la table, mais il y a des pistes intéressantes », résume un représentant des collectivités territoriales ayant lu le « projet de feuille de route » de la Mission Très haut débit gouvernementale. Cette structure de pilotage national des déploiements de fibre optique, dirigée par Antoine Darodes et lancée en novembre par les ministres Cécile Duflot (Egalité des territoires), Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Fleur Pellerin (Economie numérique), consulte actuellement les différents acteurs concernés, opérateurs privés et collectivités, sur son « projet de feuille de route » qui doit aboutir à l?adoption d?un « schéma complet de déploiement du très haut débit sur le territoire » en février. Dans ce document d?une quarantaine de pages, que La Tribune a pu consulter, la Mission Très haut débit donne ses orientations sur les priorités à donner en matière d?aides en particulier et sur l?organisation générale des déploiements. « Mais cela demande à être chiffré et précisé », analyse un spécialiste de l?aménagement numérique des territoires.

Des prêts assis sur le Livret A
La Mission Très haut débit a évalué à 8 milliards d?euros l?investissement à réaliser entre 2013 et 2017 dont « près de 4 milliards » par les opérateurs privés, dans les zones denses et très denses, et « plus de 4 milliards » par les collectivités, dont une partie en co-investissement avec les opérateurs : au total plus de la moitié de la population française aurait ainsi accès au très haut débit dans cinq ans. Le projet de feuille de route indique que « l?Etat mobilisera deux outils financiers pour les investissements des collectivités locales », le premier étant « l?accès aux prêts des fonds d?épargne dans le cadre de la mise à disposition de l?enveloppe de 20 milliards d?euros dégagée par l?augmentation des plafonds de l?épargne réglementée », c?est-à-dire le Livret A. « C?est une bonne mesure, même si on ne connaît pas encore le taux, qui devrait être peu élevé vu la source, ni la maturité, sans doute longue », commente un professionnel du secteur.

L?acte de décès du fonds d?aménagement numérique du territoire ?
L?autre outil sera « l?alimentation d?un fonds de subventionnement à partir de 2014 pour pérenniser l?accompagnement mis en place par le Fonds pour la société numérique », précise le document. Aux yeux d?un spécialiste des déploiements, « c?est la mort du FANT », ce fonds d?aménagement numérique du territoire dont la création était prévue par la loi Pintat mais qui n?a toujours pas vu le jour et n?était pas abondé. Le gouvernement veut symboliquement rompre avec le précédent programme très haut débit d'Eric Besson dont « l?échec » est évoqué dans le document. Le montant des aides de l?Etat n?est pas détaillé mais sera « en moyenne de près de la moitié du besoin de subvention » des déploiements éligibles. Une prime sera accordée aux projets de grande envergure « de taille supra-départementale. »


L?extinction du cuivre « centrale et stratégique »
Le principal motif de satisfaction des collectivités locales viendra sans doute du long chapitre consacré à la « question centrale et stratégique pour la soutenabilité financière des projets de déploiements de réseaux FTTH (fibre jusqu?à l?abonné) notamment publics » que constitue le sort du réseau cuivre de boucle locale historique, celui de France Télécom, le bon vieux réseau téléphonique qui sert actuellement de support à l?ADSL. Car le projet de feuille de route dit explicitement qu?« il n?est pas économiquement pertinent de maintenir durablement deux réseaux parallèles », le cuivre et la fibre, et qu?il faudra examiner avec l?opérateur historique « les conditions opérationnelles, juridiques et financières de telles opérations d?extinction du cuivre », laquelle se fera « de manière progressive et organisée. » Le sujet est compliqué et délicat : « Il va falloir déterminer la valeur de ce réseau qui rapporte beaucoup et fait travailler des milliers de personnes mais ne vaudra plus rien dans quelques années », souligne un proche du dossier. Or « poser l?extinction du cuivre comme une condition, comme l?objectif, est crucial pour les collectivités qui veulent déployer : si une prise à raccorder coûte par exemple 1.000 euros et que l?on est sûr que les opérateurs privés utiliseront le réseau à hauteur de 400 euros, cela sécurise les ressources du projet, diminue le besoin de financement public et permet d?assurer des capitaux de long terme », décrypte un fin connaisseur du sujet.


Un observatoire des déploiements, du national au communal, chaque semestre
Second point majeur de satisfaction pour les défenseurs de l?aménagement numérique des territoires : un suivi précis des déploiements, publics et privés. Ainsi la Mission Très haut débit propose la création de « Comités locaux d?aménagement numérique » (CLAN) rassemblant les collectivités d?une zone et la signature de Conventions de programmation et de suivi des déploiements (CPSD)  entres les opérateurs privés, les collectivités et l?Etat, comportant des engagements précis et un calendrier détaillé. Les CLAN pourraient ensuite saisir le préfet de région « en cas de défaillance présumée » et lancer ensuite un réseau d?initiative publique pour couvrir les zones concernées. La mission mettra aussi en place un observatoire des déploiements, des intentions, des débits et des services offerts, au niveau national mais aussi régional, départemental et communal, qui sera publié chaque semestre. La Mission Très haut débit, qui souhaite étoffer ses équipes et ses moyens et être rattachée au ministère de Fleur Pellerin, « en étroite association » avec celui de Cécile Duflot, envisage aussi de rédiger un rapport annuel qu?elle remettrait au Parlement. Elle propose aussi de prendre en charge l?instruction des dossiers de financement, dont serait donc progressivement déchargé le Commissariat général à l?investissement? Il s?agit d?« orientations » sur lesquels les acteurs concernés peuvent formuler des observations ou amendements d'ici à la fin du mois. Les ministres doivent organiser une « réunion finale de concertation » avec les acteurs intéressés, sans doute la première semaine de février, avant des annonces courant février, en amont du séminaire gouvernemental sur le numérique?.

Réagir

Commentaires

Directeur régional FT  a écrit le 23/01/2013 à 15:31 :

On va faire court ( pour info , je suis issu du monde des ingénieurs et suivi une carrière plutôt technique)
1 : y compris du temps du ministère des PTT ( que j'ai connu) le budget était un budgget annexe indépendant et équilibré alimenté par effectivent des "taxes de base" et abonnements mais uniquement par les clients qui avaient le téléphone ou le télex
la partie telecom comblait le déficit de la poste à l'époque.
FT n'a donc jamais été financé par l'état mais bien par les " usagers " du téléphone et du télex

2.FT appartient aujourd'hui à ses actionnaires dont à peu prés et de mémoire 27% encore à l'état et 5% aux salariés de FT dont je suis ( très mauvaise affaire pour mes économies) le reste en flottant
je suis d'accord à l'origine FT appartient à l'état mais , il n'y pas de cadeau à FT, ça ne veut rien dire , si cadeau il aurait ce serait aux acheteurs, effectivement on valorise la valeur de l'entreprise ( dont son réseau cuivre et ses conduites) et on la divise en actions que l'on vend.
Pourquoi vouloir sous évaluer la valeur de FT? l'état à au contraire interet à ce que ca se vende bien et de plus de mémoire il y avait une offre grand public
à l'époque tjs de mémoire j'ai du acheter mes actions autour de 20? ! je suis passé par des hauts et des bas
C'est VENDU même si l'état est resté longtemps majoritaire

3 par contre un réseau ça s'entretient, ça se maintient, ça se dégrade ( vous ne les voyez pas les voitures bleues, ou la sous traitance à chaque intempérie et ça coute très très cher...) donc en le louant au prix coutant FT assure simplement une obligation de libre concurrence.
Cela ne constiue nullement un avantage et encore de mémoire le DG de l'époque souhaitait en effet que chaque opérateur puisse acheter et entretenir son cuivre.
Avec le recul il vaut mieux avoir garder cela au sein de FT dont c'est un des métiers qu'il sait parfaitement faitre et encore une fois qu'il fait pour les autres A PRIX COUTANT c'est ça rentabiliser les réseaux.

3Vous avez tout à fait raison sur les affaires hazardeuses de M Bon dont Mobilcom et donc de l'endettement de FT mais qui va tout à fait dans mon sens car nous continuons à payer aujourdhui ces errements.ce qui veut bien dire que FT n'a aucun avantage .et assume ces erreurs.
4 : Pas de rêve sur le remplacement du cuivre par de la fibre chez les clients.
je suisentre autre sur des dossiers d'effacement des zones d'ombre ( il y en a encore !)
amenons simplement la fibre sur les commutateurs numériques de classe 4


Simplet  a répondu le 23/01/2013 à 16:37:

@ Directeur régional FT: vous n'êtes pas encore à la retraite ?

Directeur régional FT  a répondu le 24/01/2013 à 11:05:

@Simplet : pardon j'avais pas vu votre question : Si je suis en retaite depuis 5 ans donc un peu deccroché de l'actualité au sein de FT par contre je suis avec les élus locaux la couvertures numérique de mon secteur et la mise en service des communtateurs numériques pour effacer les zones d'ombre.( investissements communs CG et FT)

Zone d'ombre en banllieue parisienne  a répondu le 24/01/2013 à 15:51:

bonjour @Directeur régional FT,
merci de votre commentaire, qui remet les choses à leur place.
Alors moi, juste comme cela, au hasard, j'habite à 30 km de Paris... En bout de boucle (donc mauvaise réception téléphone et Internet... Heureusement, la télé ne m'intéresse pas, parce que... ) Et nous sommes sur la zone de recouvrement de deux antennes 3G... Donc internet en mobile très mauvais... Je ne compte pas le temps perdu à télécharger un document .pdf de seulement 30 pages... (heureusement, les films et la musique, cela ne m'intéresse pas non plus... :-). Bref, pour une entreprise, la France, ce n'est pas le 21ème siècle... et quand je lis des articles sur le haut débit, j'ai toujours très mal à mon téléphone et à mes ordinateurs... :-(

THD  a répondu le 13/02/2013 à 22:55:

tous les débits sont desservis sur le territoire, toute entreprise est raccordée en posant le support fibre s'il y en a besoin. Les tarifs sont en cohérence avec les coûts. Par contre, les services supportés par l'adsl n'ont pas une couverture à 100% (98) et le débit diminue avec la longueur de la ligne. Le problème est que la péréquation est imposée, alors que les coûts augmentent si on voulait compenser le débits par des modifications de réseaux (câbles de plus gros calibre..), c'est l'effet pervers de la péréquation, comme si le prix du taxi était indépendant de la distance parcourue. La solution est de créer de petits centraux plus prés des clients, ce qui est 10 fois moins cher que le FTTH, et pour des débits de 20 à 100M. La collectivité finance les coûts fixes et les opérateurs installent leurs équipements. Mais les partisans du tout FTTH à prix d'or ont jusqu'à présent découragé cette solution, c'est le délire des élus, et du régulateur qui sont en cause.

pm  a écrit le 23/01/2013 à 14:07 :

La remarque de sourisverts est la plus pertinente. A quoi ? à qui ? la fibre est utile ? Hormis quelques "download addicts" qui passeront leur temps à télécharger des fichiers (qu'ils ne liront pas, pour la plupart), la masse des utilisateurs se satisfait des débits du cuivre pour: lire ses mails, regarder les nouvelles, et "streamer" de temps en temps. Que la fibre soit utile aux gestionnaires de réseaux, fort bien; qu'ils la déploient. Mais qu'ils ne prennent pas le prétexte d'un "meilleur service" à des utilisateurs qui n'en n'éprouvent pas le besoin, pour "charger la barque" en matière de financement. Si tout le monde (gestionnaires de réseaux et FAI) jouaient le jeu de l'utilisation réelle des "tuyaux" et faisait payer au prorata, on réaliserait que l'urgence de la FTTH n'est pas de mise.

pipantal  a répondu le 23/01/2013 à 15:01:

Je ne suis pas d'accord. L'augmentation du débit est une nécessité pour l'avenir, car c'est la possibilité de plus de service, et pas seulement du téléchargement.
Aussi, lorsqu'on dit que les débits actuels sont suffisants, c'est d'une part une position très conservatrice qui ne prend pas en compte les évolutions, d'autre part, les débits actuels sont suffisant pour ceux qui ont la chance d'avoir une ligne téléphonique pas trop longue.
Je ne sais pas s'il faut de la fibre, mais une chose est sûr, le réseau doit évoluer.
Faudrait-il simplement rapprocher la fibre de l'abonné en laissant de la paire de cuivre plus courte ? Faut-il le faire à la numéricable, c'est à dire conserver les derniers mètres existantes de cuivre et relayer ensuite sur de la fibre ... ?

bon sens économique  a répondu le 13/02/2013 à 23:05:

yaka fokon... mais qui paye ? le contribuable! si les opérateurs n'investissent pes plus à tarif constant, c'est que ce n'est pas rentable, donc soit il faut augmenter les tarifs pour avoir plus de débit, soit comme actuellement, on laisse les prix constants, mais on fait payer le contribuable sur des projets locaux , mal maitrisés, qui coûtent des fortunes, 5 milliards déjà gaspillés pour peu de clients !! la solution optimale est bien sûr de créer des centraux plus prés des clients, 10 fois moins cher que le FTHH, mais tel que dit plus haut, les lobbys de la dépense maximale sont contre !!

pipantal  a répondu le 14/02/2013 à 17:57:

En fait, nous arrivons avec l'émergence des nouveaux services vers un changement d'habitude.
On peut toujours demander aux contribuables de participer au financement des nouvelles infrastrucutres, mais là n'est pas finalement le fond du problème.
Il existe un besoin de plus en plus important en débit, et nous allons de plus en plus nous consommateurs choisir nos fournisseurs en fonction des débits que nous avons besoins. Et comme l'avais prédit/voulu Orange/SFR, les clients payeront en fonction de leur besoin.
Nos abonnements triple play disparaitrons dans un avenir prochain, au profit de service de streaming. Nos chaines TNT seront diffusées via internet. La TV replay aussi, ainsi que la musique etc. etc.
Ces diffuseurs contrairement à avant, ne paieront plus de moyen de diffusion, ce sera le consommateur qui paiera à travers son abonnement. Et celui qui voudra du Youtube, du deezer, du webtvHD, etc. prendra un abonnement "garanti" mais plus cher, lui assurant le débit qu'il faut.

Bubu  a écrit le 23/01/2013 à 13:36 :

Où en sont les opérateurs dans leurs choix techniques de raccordement des clients en fibre optique ? En 2010, Orange SFR et Bouygues avaient choisi le FTTH GPON (fibre mutualisée sur 64 clients) et Free le FTTH point à point (fibre dédiée).

Directeur régional FT  a écrit le 23/01/2013 à 11:21 :

@ coupez : il faudra vraiment prendre des leçons d'économie !
oh la la que d'énormités !
1 : Tout le réseau cuivre de FT a été constrruit avec des investissements de FT issus des revenus des clients de FT et des emprunts contractés par FT. il n'y a jamais eu de la part de l'état de subvention mais au contraire des ponctions pour renflouer le budget de l'état ( raopellez-vous)
2- Une privatisation conssiste à vendre la propriété d'une en entreprise en parts appelés actions, il n'y pas eu de " cadeau " mais les actionnaires ont bien déboursé de l'argent sonnant et trébuchant pour constituer le capital. ce capital permet ensuite d'éviter d'emprunter dans les opérations qui peuvent aussi se faire par échanges d'actions etc.
3: rien ne sert de posséder le cuivre il faut l'entretenir , à la rigueur je peux vous suivre sur une gestion centralisée, ce qui est fait en effet il faut savoiir que FT à obligation de louer son cuivre à prix coutant, investissements raménés aux prix d'aujourd'hui sachant qu'en haute technologie les prix ont tendance à diminuer les conccurrents n'y ont qu'à gagner.
si vos informations sont justes sur la valorisation ( a vérifier ) . vous ne comptez pas le cout de la maintenance et d'entretien du réseau je rapelle PRIX COUTANT
4: pour la fibre FT n'a pas l'exclusivité par contre FT gére les conduites et on s'apercoit malheureusement d'une certaine anarchie et d'occupation pirate.
5 permettez moi d'être très très septique sur le cout de 2G? pour remplacer l'ADSL par de la fibre et de toute façon sur l'immence opération logistique ( partie terminale ) que cela représenterait
6 fonds propres : ??? réserve que doit constituer une banque pour garantir ses clients ( 6% accords de Bâle 3) - je ne comprends pas ce que voulez dire !
Fonds propres concédés par état magouille à FT pour payer réseau cuivre sur le dos des autres ????? voir mon point 1


Coupez !  a répondu le 23/01/2013 à 12:01:

Cher DR, je sais (par expérience) que les DR FT ne sont en général que des gestionnaires de ressources humaines, bypassés par toutes les lignes de produits... mais admettons ;-)
1 : Tout le réseau cuivre de a été construit avec des investissements de la DGPT bien avant que cela ne s'appelle FT, et issus des revenus des administrés au tarif unique non concurrentiel imposé par l'Etat, lui permettant de faire les ponctions nécessaire dans son ministère.
2 : La privatisation s'est faite par l'Etat en revendant des parts qu'il n'avait pas payées, puisqu'il les a créées ex nihilo en déterminant la valorisation de l'infrastructure de FT. Il a donc bien fait cadeau du réseau cuivre a FT dans cette valorisation. Ce n'est pas FT qui a payé ce réseau a l'Etat, ce sont les investisseurs institutionnels initiaux. Ne parlez pas d'échanges d'actions, puisque FT a payé en vrai cash Orange, sans parler de l'aventure Mobilcom ;-) .. sinon FT ne serait pas endetté comme cela.
3 : Le cuivre est en effet entretenu, avec 1 milliard d'? par an facturés aux concurrents, et (en théorie) un autre milliard prélevé sur les lignes de produits internes au groupe pour ce même usage du cuivre. Et si en matière de technologie, il y a baisse des couts, le cuivre et les ressources humaines ne suivent pas cette pente, mais 2 milliards par an permettent tout de même de financer 40000 employés FT, ou la moitié en conservant un milliard en matériel de remplacement.
4 : Les fourreaux de FT ont également été cédés par l'Etat, et si vous étiez un nouvel opérateur, essayez d'obtenir auprès des collectivités les mêmes droits aujourd'hui. Ce que l'Etat s'imposait a l'époque a lui même n'est plus possible. Aujourd'hui, FT ne pourrait pas reconstruire un tel réseau, c'est tout simplement impossible administrativement parlant, d'où certains abus dans certains fourreaux, que je ne cautionne pas pour autant.
5 : On estime qu'il faut moins de 20 milliards pour fibrer le territoire SI! on possède déjà tous les fourreaux et droits de passage. 1 milliard par an sur 20 ans correspond exactement au financement nécessaire au renouvellement des infrastructures sur une génération (notez qu'on a déjà perdu 10 ans en baratin stérile?). On peux éventuellement forcer le trait, mais il n'est pas sur que ce soit nécessaire si on déploie la fibre là ou elle est pertinente, en laissant du bon vieux VDSL dans les zones cuivre de qualité, au moins au début... C'est justement cette masse financière que FT prétend tirer de ses fonds propres, mais qu'il prélève sur les revenus de l'entretien du réseau cuivre, en profitant au passage pour "améliorer" ce dit réseau en le fibrant. Par le dégroupage du cuivre, on permet donc a FT de se payer son réseau Fibre en plein propriété, chose dont les concurrents ne peuvent pas bénéficier de fait.... Je peux ?

Coupez !  a répondu le 23/01/2013 à 13:03:

Cher DR, pour compléter mon propos précédent, il vous aura peut-être échappé que notre belle monarchie cooptative est (heureusement) encore régie par une Constitution, dont voici la partie du préambule nous concernant particulièrement sur ce sujet? "Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004. Donc : préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, article 9 : Tout bien, toute entreprise, dont l?exploitation a ou acquiert les caractères d?un service public national ou d?un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité !!!" Avez-vous vu que l'Etat avait cédé les aéroports Francais a Air France en leur demandant de les louer a leur concurrents ? Avez-vous vu que l'Etat avait donné les routes a Calberson en leur demandant de les louer aux utilisateurs ? Avez-vous vu que l'Etat avait cédé les Voies Naviguables de France a une société de batellerie en lui demandant de les louer aux péniches privées ? Non. Il n'y a que dans le cas de France Telecom que l'Etat a effectué une privatisation anti-constitutionnelle, qui a en prime créé une grande schizophrénie au sein même de FT, sans compter la distorsion de fonctionnement liée a la masse des fonctionnaires non virables, impliquant un ajustement des RH uniquement sur le dos des salariés de droit privé? Il est urgentissime de remédier a ceci si nous voulons revenir dans un mode de fonctionnement normal.

monopole  a répondu le 13/02/2013 à 23:21:

si le monopole a été cassé c'est pour créer une dynamique concurrentielle qui a été positive. Ce n'est surtout pas pour retourner dans un nouveau monopole et donc le bourbier du domaine public qui nous coûte une fortune et avec des résultats en baisse perpétuelle, cf les rapports de la cour des comptes, ocde..l'OH entretient le réseau qu'il a financé d'ailleurs dans un budget annexe (équilibre des recettes et des dépense, pas d'impôts), et il en facture les charges aux occupants. a noter que les autres opérateurs ont largement déployé leurs réseaux sans avoir d'obligation symétrique ce qui est inéquiltable, il faut ouvrir les réseaux de façon symétrique pour aller au bout d'une vraie concurrence

Coupez !  a écrit le 23/01/2013 à 10:26 :

Appelez-moi le Directeur !! Le financement du réseau fibre aurait été grandement simplifié si au lieu de faire cadeau du réseau cuivre, propriété publique, a France Telecom lors d'une proivasitation par étapes on l'avait laissé dans une société mixte Etat/Privé d'infrastructure. Aujourd'hui, France Telecom facture 1 milliard d'euros par an a ses concurrents , et valorise en comptes internes un autre milliard pour son usage propre. 2 milliards d'euros par an représente exactement ce qu'il faudrait pour rénover ce réseau cuivre en le remplaçant a l'occasion par de la fibre. C'est d'ailleurs ce que fait Orange, en prétendant le financer sur fonds propres. Ces fameux fonds propres ne sont que la rente de situation qui lui a été concédée par l'Etat magouille, permettant ainsi a FT de se payer ce réseau cuivre sur le dos des autres... En voila une belle notion de mise en concurrence d'un marché... Merci... Je peux ???

tout faux  a répondu le 13/02/2013 à 23:16:

de quoi parle t on ? du génie civil ou du support cuivre ? le GC est loué à prix coutant aux opérateurs tout en faisant bénéficier de l'expérience des agents de l'OH à chacun, donc il n'y a aucun problème d'équité ni de compétitivité. Créer un nouveau monopole pour recruter, inflationner les besoins comme dans tout le domaine public, les effectifs les plus élevés d'europe et des guichets qui ferment le vendredi à 17h, c'est ça le but ??? par ailleurs, 80% du réseau est aérien ! donc il faudra milliards qu'il faudrait mettre faire une boucle locale entièrement en fibre, rien à voir avec les 2 milliards annoncés. 2 milliards c'est le coûts du déploiement de l'adsl en utilisant le cuivre (investissement dslam, fibres en amont..) pour raccorder 15 millions de clients sur fonds propres de l'OH et au bénéfice de tous les FAI. Le coût de facturation de l'utilisation du cuivre recouvre les charges, le financement de la fibre n'a rien à voir avec le cuivre avec le chiffres d'affaires

iCitoyen  a écrit le 23/01/2013 à 10:24 :

Il y a un non-sens de départ dans le traitement de ce sujet.
Il ne s'agit pas de "faire vivre deux réseaux en parallèle", bien le contraire et pour deux raisons.
1) La fibre et le cuivre sont complémentaires. Le VDSL permet d'équiper les zones denses en débit équivalent, au minimum suffisant. Et la fibre permet d'équiper les zones plus lointaines des centres techniques, que l'on peut compléter par du wimax.
2) Tout bon gestionnaire, surtout en période de crise, se doit de limiter ses investissements et ré-utilisant ses actifs en place. Les nouvelles technologies permettent de redonner une nouvelle vie au cuivre.

LASOURISVERTE  a répondu le 23/01/2013 à 11:01:

Bonjour,
très intéressant, ta proposition. Mais en ce qui concerne le Wimax, il faudrait augmenter les débit jusqu'à 30 méga. Je suis en wimax depuis 3 ans à 2 méga. Le réseau appartient au département et ne souhaite pas pas faire d'investissement sur le réseau wimax existant.
La communauté de commune dont je dépend, souhaite fibré d'abord les village puis ensuite les plus grosses commune. Le cout estimé pour la communauté de commune est estimé à 6 millions d'euros à rentabilisée sur 25 à 30 ans. je pense que pour certain village le fibrage serait plus intéressant et laissé le cuivre pour les grosses villes avec le VDSL et le VDSL2, pour ensuite les fibrés. Mais les opérateur en ont décidé autrement. Qu'ils ne se plaignent pas ,si peu de personnes qui ont déjà du 20 méga ne s'abonnent pas à la fibre.

thd08  a répondu le 23/01/2013 à 14:01:

1) Fibre les petites communes oui et principalement en priorité effectivement aux villes.
2) sans vouloir être méchant, le wimax il faut oublier, solution d'un autre age et qui fonctionne par intermittence.
3) Fibre oui mais il faut rattraper les 15 année déjà perdues. il faut sortir 20 milliards d'euros sur les 5 prochaines années pour revenir dans un déploiement cohérent.
4) Pour FT, tous les internautes et usager du Web remercieront Mr Jospin initiateur de la privatisation du dit établissement, j'abonde en ce sens aux commentaires de Mister Coupez!
5) le premier objectif doit être fin des fractures numériques et mettre l'accès internet/tel/etc en priorité rural.

iCitoyen  a répondu le 23/01/2013 à 18:06:

@thd08: Il ne faut pas confondre ce que vous utilisez par un prestataire donné avec ce que fait la technologie.
Le wimax est tout à fait capable de faire le dernier kilomètre avec un très bon débit et en tout cas suffisant pour un foyer. De plus les prochaines évolutions de la compression des images (ce qu'il y a de plus gros) font que 20Mb/s est très largement suffisant.
Bref le wimax est une bonne alternative pour réduire les coûts de déploiement dans les zones difficiles.

thd08  a répondu le 26/03/2013 à 21:34:

le wimax pour avoir des clients qui l'utilisent, je vous certifie que c'est une pure"Daube" débit partagé, connexion aléatoire et j'en passe et des meilleurs. 20 mb/s, c'est de la préhistoire, le débit symétrique (ou debit up/down a peu prêt équivalent) c'est l'avenir, pour des services autres que le téléchargement de films.... et pour info, certains E-citoyens ruraux aimeraient avoir autres choses que les poubelles des autres, car dans leur métier ils ont besoin d'un peu plus que de 20mbs et 870 kb (envoi d'appli saas, logithèque métier qui font alègrement plus de 20 go). on ne souhaite pas la charité mais l'E-EGALITE;

jeff  a écrit le 23/01/2013 à 8:23 :

Des pistes intéressantes. Mais la question de fond est de savoir si les gens auront envie de payer plus cher (10, 20, 30 euros) pour du très haut débit. Dans les villes comme Paris où la fibre est presque partout disponible, ça n'est pas vraiment le cas....
Les seuls endroits où la fibre est plébiscitée sont les les campagnes puisque c'est là que les débits existants sont les plus faibles.

Titeuf  a répondu le 23/01/2013 à 14:27:

Oui et non.

En général, le débit le plus faible se trouve en périphérie des villes moyennement denses ...

Rvissimo06  a répondu le 23/01/2013 à 21:57:

A suivre...

Moutillon  a écrit le 23/01/2013 à 7:40 :

Il faudrait egalement penser a numericable qui est un acteur majeur dans le tres haut debit avec un reseau fibre qui couvre deja 10 millons de foyers. Si on doit tout attendre de france teleom, on peut toujours ...

Mordrakheen  a répondu le 23/01/2013 à 9:15:

me faites pas rigoler la qualité de service de numéricable est juste médiocre et encore je suis charitable je viens de résilier chez eux aprés presque 15 ans C etait de pire en pire

Moutillon  a répondu le 23/01/2013 à 11:24:

Pour un avis objectif sur la qualité de service de numericable et autres opérateurs, autant se rendre sur le site de l'arcep qui publie régulièrement les mesures.

nero51  a écrit le 23/01/2013 à 0:51 :

il serait temps qu'orange se remue les bretelles !! en effet,j'habite maintenant, dans un quartier de reims assez prestigieux ou se trouve des caves de champagne et on n'est meme pas capable de me fournir du haut debit avec la HD en 2013 !!!

Titeuf  a répondu le 23/01/2013 à 14:23:

Bin, la préfecture avant ouarf

letroll  a écrit le 22/01/2013 à 22:04 :

à noter une initiative intéressante : chez nous , les paysans du fin fond de l'Ain, .. nous avons commencé à installer la fibre depuis pas mal de temps et l'ensemble du département sera couvert rapidement ( ( 2014-2015 ) ... on a fait ça tous seuls, sans le gouvernement, avec un syndicat intercommunal qui a déjà assuré l'électrification du département en 1950 ... sans l'aide de Paris .
on va pas tarder à faire sécession :-))

Dd  a répondu le 23/01/2013 à 6:44:

Tres interessant. Habitant une commune rurale et bien evidemment tres mal desservi en internet, pouvez vous expliquer votre demarche et procedure pour arriver a ce resultat?
D avance merci

letroll  a répondu le 23/01/2013 à 7:26:

toutes les communes de l'Ain ont créé un syndicat intercommunal en 1950 dont l'objectif était la création d'un réseau électrique sur l'ensemble du département. Depuis, ce syndicat a également participé à la mise en place d'autres infrastructures. Il s'occupe de déployer la fibre optique. A noter que ce syndicat est toujours propriétaire du réseau électrique.
les infrastructures de réseau appartiennent donc aux citoyens

pour la fibre voir sur : http://www.reso-liain.fr/

Dd  a répondu le 23/01/2013 à 7:37:

Merci beaucoup, la visite du site web sera surement tres instructif et surement a donner en exemple. Et felicitations pour cette reussite ......

noximus  a répondu le 23/01/2013 à 11:02:

Ce n'est pas une fibre FTTH ou FTTB. Mais plutôt l'acheminement d'internet par la fibre et redistribué souvent par Wifi. Par exemple à Thil, la fibre achemine la connexion jusqu'à des serveurs.Et sur le cloché de l'église une antenne Wifi permet de diffuser la connexion à tout les riverains.
Ce n'est en rien équivalent au raccordement par Fibre jusqu'au domicile, mais il est vrai que cette initiative à permis à nombreuses zone délaissé par une illisibilité à ADSL !

letroll  a répondu le 23/01/2013 à 12:18:

oui , la fibre devrait couvrir l'ensemble du département jusqu'au domicile mais à priori il y a des endroits ou ça peut se terminer via WiFi.
chez moi ça arrive jusqu'au domicile, le plus dur c'est ensuite de recâbler à l'intérieur des maisons .. - c'est du pisé chez nous et c'est pas pré-câblé :-))

Noatroll  a répondu le 23/01/2013 à 12:43:

La fibre optique ne coute pas si cher, la ville de sainte-anne (ville rurale de guadeloupe(pléonasme)) a déployé un réseau FTTH qui couvre 100% de la population pour 450 ? par foyer. On est loin des estimations à 2000 ou 3000 euros fournies par des cabinet d'experts.... Les opérateurs louent ce réseau tout fibre au même prix qu'ils paieraient l'utilisation des lignes cuivre.
Ce réseau est la propriété de la commune et il n'y a pas de délégation de service public qui enrichi un opérateur ....

thd08  a répondu le 23/01/2013 à 14:04:

tous dépend de la méthode :
enfouissement ou non des fibres et ce n'est pas seulement la ligne jusqu'au domicile.

un_heureux_cablé_fibre_optique  a répondu le 23/01/2013 à 17:16:

J'habite dans l'Ain près de Genève et je fais partie des heureux bénéficiaires du déploiement de la fibre optique (et le triple play qui va dessus) depuis deux ans. Je paie le même prix que chez les opérateurs ADSL précédents avec une bande passsante montante et descendante de 100 Mbits/s (théorique parce qu'il y a des fluctuations, mais rien à voir avec l'ADSL). En lisant l'article je me demande s'il ne suffit pas de donner l'impulsion et peut-être une subvention minimale pour inciter les collectivités locales à le faire (via des syndicats intercommunaux ou via les conseils généraux car toutes les communes ne sont pas forcément très enthousiastes pour le faire), plutôt que de faire des usines à gaz (les CLANS) pilotées par l'état avec de multiples interlocuteurs. Le modèle économique du département de l'ain semble fonctionner correctement. alors pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
Quant à Orange et les autres opérateurs, ils pourraient jouer le rôle de FAI (j'ai entendu dire que dans l'ain ils n'ont pas accepté de le faire) car les collectivités locales ne sont plus autorisées à vendre le service à l'abonné. Si ces opérateurs ne le faisaient pas, à terme, leur réseau de cuivre leur restera sur les bras. je peux vous dire que dans l'ain les gens se désabonnent au fur et à mesure que le réseau fibre se déploie.

Paris 16ieme et Alsace  a répondu le 31/01/2013 à 0:06:

Il faut arrêter de prendre les rêves pour des réalités et aussi de mentir aux consommateurs. Le déploiement d'un réseau trés haut débit est une chose extrêmement complexe et par conséquent un domaine réservé avant tout aux experts. Il faut aussi arrêter d'affirmer que la seule solution économiquement ou techniquement valable est de couvrir toute la France de fibre en 10 ans.

Pour être honnête j'ai toujours défendu qu'il était et sera totalement inutile de tirer une fibre jusqu'à l'abonné final. Nous venons tous juste de lancer le 4G hier à Paris.
ëtes-vous seulement conscient que nous avons pris 2 ans de retard sur les pays les plus avancées. Je voudrais juste rappeler que l'Europe a été leader mondial incontestable jusqu'au début des années 2000 dans les technologies télécoms avec des marques leader comme Alcatel Nokia Siemens Network. .

La triste réalité les enfants c'est qu'en ce début 2013 nos nous retrouvons concernant l'industrie télécoms devant un champs de ruine . Et autant vous alerter que la disparition de NOKIA ALCATEL et Nokia Siemens Networks ne sont plus qu'une question de qqs trimestres. En effet ces sociétes ne pourront survivre dans la lutte pour la domination mondiale que se livrent les marques leaders tels que
Huawei ZTE Samsung Apple Google Cisco .

Vous allez sans doute me dire mais quel rapport avec la fibre. Et là je vous répond et ben justement.!

Le leader mondial Alcatel n'étant plus que l'ombre de lui-même il faut savoir que les choix technologiques qui nous seront imposés ne seront plus du tout influencés par les besoins des Français. Et autant vous rappeler qu'aucun actionnaire n'acceptera de financer à perte pour déployer la fibre optique pour faire plaisir à Mme Michu du Cantal. l'idée de plumer les épargnants en siphonant le livret A nous achévera car nous auront tout simplement investi notre épargne dans des technologies sans avenir.

Mon conseil est d'oublier très vite la fibre jusqu'à l'abonné et de faire l'impasse sur la bataille de la 4G et de lancer immédiatement un grand programme européen alimenté par un un budget ambitieux de 10mlliard ?/an sur 10an afin de redevenir leader sur les technologies sans fil 5G et 6G.
Savez-vous qu'Orange Autriche propose des abonnements 3G 15Go/mois à 15? soit 1?/GO.( www.orange.at)
le concurrent www.drei.at propose carrément la 3G 10Mbup/5Mb down en vrai illimité à15?/mois et sans engagement ( et la 4G dans certaines villes)

pour finir je souhaiterais rappeler que le passage 3G vers 4G permet un gain d'un facteur 10x

Je rappelle qu'a l'époque de la 2G les firmes européennes maitrisaient 75% du marché.

Fanatiques de la fibre optique:
attention ne nous trompons pas d'objectif et de combat car nous jouons non seulement l'avenir de nos enfants mais aussi l'avenir de nos retraites !


Ma prévision:
Pour 2010
========
100% penetration 2G/3G ( 65mio cartes sim)
85% pénétration ADSL/ foyer ( 21 mio lignes adsl)

2020:
=====
20mio 5G/6G+ 80mio 4G + 10mio 3G = 110mio Abonnés sans fil
Docis 4/3+ VDSL 3 + VDSL 2 = 20 Mio Abonnés cuivre
Fibre optique jusqu'a l'abonnée = 3 à 5 mio max ( et en voyant large grand max 7mio !! )

Cordialement
( 18 ans d'expérience ds l'industrie télécom dont 5 années en veille et stratégie )








Hugofibre  a répondu le 06/02/2013 à 0:23:

@ Directeur Régional FT

En retraite élu et financé tes par FT pour prêcher la bonne parole !

On connaît les magouilles de FT, ses réseaux pour pérenniser le cuivre ! Car redites moi combien rapporte la rente cuivre à FT ?

Celle que l on ne souhaite pas perdre, car avec la fibre plus de revenus !
Comment vous, maintenant en tant qu'élu ,magouillez pour orienter les CG et ceux elus qui n y comprennent rien.

Combien cela vous rapporte t-il ou bien les vacances à l étranger payé par ?

C est bizarre mais je vous voit bien dans le sud ouest comme Élu ! Maire, Conseiller General et ancien ingénieur FT. N'est il pas ?

dominique  a répondu le 09/02/2013 à 18:04:

Il faut bien engraisser les actionnaires, pour qu'ils puissent manger a leurs faim......
J'habite dans le jura et je peux vous dire que c?est la guerre avec le CG qui va leurs donner des sous pour réaliser les travaux, c'est un scandale de voir ça, payer une entreprise pleine de sous pour qu'elle en face plus Elle est pas belle la vie....................................

bilan économique  a répondu le 13/02/2013 à 23:31:

il n'y a aucun miracle, la fibre coûte cher en dehors des zones urbaines, et donc tous ceux qui déploient sans avoir les économies d'échelle des grands opérateurs le font payer au contribuable au prix fort !!! que quelqu'un ose me montrer une compte de résultat complet et sans magouilles, renvois d'ascenceurs pour financer les partis locaux....(c'est ça la première motivation à tous ces coûteux projets..). la solution logique est d'avoir le meilleur rapport delta coût/delta débit, et donc se rapprocher des clients en créant des centraux. On arrive à un rapport 5 à 20 avec la fibre où il faut refaire tout le réseau? Et si cette montée en débit n'avance pas c'est à cause de tous les lobbys de la dépense maximale qui veulent tuer le cuivre parce qu'il est trop performant sur le plan économique.

pipantal  a répondu le 15/02/2013 à 17:10:

Je suis tout à fait d'accord, les opérateurs font tout pour que cela ne se développe pas !
Il faut "donner des concessions" aux opérateurs créer le réseau et l'entretenir. Et finalement peu aussi importe la technologie. L'état veut un réseau rapide, pas un réseau de fibre optique (ça c'est le coté communication !).
Actuellement ça ne fonctionne pas. Les opérateurs tire des lignes dans des logements ou des immeubles sans abonné, et lorsqu'un opérateur à monter un réseau vertical, il faut que l'autre opérateur se raccorde en horizontal !
Il n'y a qu'une solution, c'est que l'état donne une concession sur une zone, avec un débit de pointe (100Mbit par exemple) avec un point de concentration (type NRO). Au moins dans une zone, il est facile de trouver l'opérateur de boucle locale, et le raccordement est plus rapide, et le réseau est utilisé !

THD08  a répondu le 26/03/2013 à 21:45:

Hum 5g/6g 60 ? le forfait + 50 ? option 10go de down + 10? par 200mo de depassement... alors que l'internet mobile ne "sert pas a grand chose", reseaux sociaux, mail, ou comment plumer les clients..... aucune raison valable de deployer du 5g/6g plus que la fibre au domicile des gens même moins.