La Tribune

Free Mobile accélère (un peu) le déploiement de son réseau

L'association Robin des toits demande le retrait de cette publicité de Free Mobile "hors-la-loi."
L'association Robin des toits demande le retrait de cette publicité de Free Mobile "hors-la-loi."
Delphine Cuny  |   -  662  mots
Selon l'Agence nationale des fréquences, le 4e opérateur a mis en service plus de 100 nouvelles antennes 3G en un mois. Certains utilisateurs constatent qu'ils sont connectés plus de 30% du temps sur le réseau propre plutôt que sur celui d'Orange. L'installation d'antennes-relais reste compliquée et les associations "anti-ondes" sur le pied de guerre.

« Free Mobile a pris du retard dans ses déploiements » avait jugé la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, à la mi-janvier. Un mois plus tard, les chiffres de l'Agence nationale des fréquences (ANFR), qui vient de publier discrètement son observatoire au 1er février, révèlent que Free Mobile a semble-t-il accéléré le déploiement de son réseau. Ainsi, au début du mois, l'ANFR a recensé 1.456 antennes-relais actives en 900 Mhz contre 1.143 au dernier pointage au 1er janvier (+27%) et au total 1.884 sites (en 900 Mhz et en 2,1 Ghz), soit 105 de plus qu'un mois plus tôt. Free Mobile dispose de 2.316 autorisations (39 de plus qu'au début janvier). « On se rapproche des 2.500 sites annoncés pour fin 2012 » observe un haut fonctionnaire. Le fondateur et principal actionnaire de Free/Iliad, Xavier Niel, avait en effet évoqué il y a un an un objectif de 2.500 antennes-relais en service en fin d'année. « On pourrait installer des dizaines de sites appartenant à TDF où il y a peu de trafic, mais quel intérêt ? » fait-on valoir en interne chez Free, qui cherche avant tout à densifier son réseau. L'UFC -Que choisir a porté plainte contre Free Mobile pour la piètre qualité de sa 3G, mais plutôt en itinérance. 

Une couverture « encore modeste et discontinue » selon Free lui-même
Cette montée en puissance tient notamment au fait que Free Mobile a obtenu début janvier l'autorisation d'utiliser des fréquences 900 Mhz en 3G dans les grandes villes (autour de Paris, Lille, Strasbourg, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse et Bayonne). « Les fréquences 900 Mhz permettent de garder l'appel plus longtemps sur notre réseau, sans basculer en itinérance sur celui d'Orange, et d'élargir un peu l'empreinte de la couverture. Mais avec environ 2.000 sites [contre 10 à 15.000 chez les concurrents, NDLR], notre couverture reste modeste et discontinue » tempère cependant un dirigeant de Free. « Tant que nous n'aurons pas de couverture homogène, la part du trafic restera inférieure au taux de couverture » prévient-il. En novembre dernier, le régulateur de télécoms, l'Arcep, avait estimé à 37% de la population la couverture de Free Mobile au 1er juillet 2012. Les dernières estimations faisaient état de plus de 90% du trafic des clients Free Mobile transitant sur le réseau d'Orange. Néanmoins, les abonnés ont relevé des changements notables depuis quelques semaines. Des applications mobiles leur permettent de vérifier sur quel réseau ils captent au long de la journée. Ainsi le taux d'utilisation du réseau en propre de Free Mobile aurait grimpé à plus de 31% selon les abonnés l'ayant mesuré, comme le rapporte le site spécialisé UniversFreebox : une statistique à prendre avec précaution au vu de la taille de l'échantillon, mais concordante avec de nombreux commentaires sur les forums et réseaux sociaux.

Une publicité de Free mobile « hors la loi » selon Robin des toits
Même si la proposition de loi de la députée écologiste Laurence Abeille - qui visait à encadrer plus strictement les implantations d'antennes - a été renvoyée en commission des affaires économiques, autant dire aux oubliettes, l'installation de stations de base demeure compliquée pour les opérateurs mobiles et certaines associations sont sur le pied de guerre. Ainsi Robin des Toits vient d'écrire à la DGCCRF et à l'autorité de régulation professionnelle de la publicité pour demander le retrait d'affiches de Free Mobile avec une photo de fillette portant un écriteau « merci Free » pour le forfait mobile à 2 euros : « en sous-entendant que ce produit est particulièrement adapté pour les enfants, cette publicité contrevient directement à la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 » qui prévoit l'interdiction « de promouvoir la vente, la mise à disposition, l'utilisation ou l'usage d'un téléphone mobile par des enfants de moins de quatorze ans » fait valoir l'association dans cette lettre datée de mardi et envoyée à la presse, demandant le retrait immédiat de cette publicité « hors-la-loi. »
 

Réagir