La fin du téléphone cher à l'étranger dès 2014, le pari fou de Neelie Kroes

 |   |  798  mots
Neelie Kroes, Commissaire européenne en charge de l'Agenda numérique de l'Union. Copyright Reuters
Neelie Kroes, Commissaire européenne en charge de l'Agenda numérique de l'Union. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La commissaire européenne en charge du numérique vient d'annoncer aux eurodéputés qu'elle voulait supprimer les frais de « roaming » au sein des pays de l'Union. Ce qui fait grincer des dents les opérateurs. Free Mobile a récemment permis à ses abonnés d'utiliser leur forfait sans surcoût au Portugal.

A un an des élections européennes, la commissaire en charge du numérique Neelie Kroes vient de faire une proposition alléchante aux eurodéputés. « Je veux que vous puissiez dire à vos électeurs que vous avez été capables de faire disparaître les frais de roaming mobile », a-t-elle déclaré ce jeudi devant le Parlement européen. Le « roaming », ce sont les frais d'itinérance facturés dès que l'on quitte son pays de résidence, par l'opérateur mobile étranger qui achemine l'appel. « Tout le monde apprécie les effets de la baisse des prix du roaming décidée par l'Europe. C'est la seule chose que même les « eurocritiques » s'accordent à mettre au crédit de l'UE. Et cela n'aurait jamais pu arriver sans l'Union européenne », a fait valoir Neelie Kroes. « Débarrassons-nous des coûts de roaming mobile une bonne fois pour toutes ! Travaillez avec moi pour y arriver », a-t-elle poursuivi sur son compte Twitter, en interpelant l'initiative citoyenne européenne One Single Tariff, fondée par deux jeunes Français, et qui plaide depuis décembre dernier pour cette cause.

« La date d'abolition du roaming reste ouverte »
Depuis 2007, la Commission a plafonné le prix des appels émis et reçus en itinérance, baptisé « eurotarif. » De 49 centimes en 2007, ce dernier a baissé de 40% en cinq ans à 29 centimes à l'été 2012 et diminuera encore à 24 centimes le 1er juillet prochain, puis 19 centimes l'année prochaine et les trois suivantes (la réception d'appels coûte deux à trois fois moins cher). Les SMS et l'Internet mobile sont aussi plafonnés (voir le détail ici). Or Neelie Kroes propose d'aller beaucoup plus loin et plus vite, en appelant à finaliser au printemps prochain, Pâques 2014 (lire son discours anglais), le « paquet » télécoms, le cadre réglementaire général du secteur, qui déciderait donc cette suppression totale des frais d'itinérance... « La date d'abolition reste une question ouverte. Elle dépendra des eurodéputés et des dirigeants de chaque pays », nuance l'entourage de Neelie Kroes.

Plus de 1 milliard d'euros de recettes en France
La commissaire de 71 ans, dont le mandat arrive à échéance l'an prochain, a repris le cheval de bataille de Viviane Reding, qui avait mené une véritable croisade contre cette rente des opérateurs mobiles (de la pure marge). Le roaming a rapporté à l'ensemble des opérateurs mobiles dans le monde plus de 46 milliards de dollars en 2012 selon Juniper Research (plus de 4 milliards estimés en Europe). En France, les quatre opérateurs mobiles ont engrangé près de 1,2 milliard d'euros de recettes d'itinérance (401 millions de « roaming-in » des clients étrangers en visite en France et 790 millions de « roaming-out » c'est-à-dire des clients français en déplacement). Stéphane Richard, le PDG d'Orange, avait plaidé devant la Commissaire l'an dernier que les opérateurs des pays du Sud de l'Europe, plus touristiques, étaient davantage pénalisés par la baisse du roaming que leurs homologues du Nord. Le lobbying des opérateurs devrait reprendre de plus belle à Bruxelles afin de freiner les velléités de la Commissaire et des eurodéputés en mettant en avant la récession du secteur en Europe.

Free Mobile pionnier de la fin du roaming au Portugal
Quel que soit le sort réservé aux nouvelles propositions de Neelie Kroes, ces revenus pourraient à nouveau baisser dès l'été prochain lorsqu'il sera désormais possible de choisir un opérateur spécifiquement pour le « roaming » au cours d'un déplacement dans l'Union, comme le prévoit le règlement de l'an dernier. Actuellement, un consommateur ne peut choisir son tarif à l'étranger, il est dépendant de l'accord de roaming que son opérateur national a conclu avec un acteur du pays visité. « La proposition de la Commission sur la fin du roaming apparaît étonnante », a réagi jeudi Orange, rappelant que « les opérateurs ont lancé des investissements lourds », en informatique notamment, pour se mettre en conformité avec cette nouvelle obligation de « découpler » prestations nationales et d'itinérance. « Il nous semble qu'il faut avant tout mettre en ?uvre ce troisième règlement et effectuer le bilan de cette mise en ?uvre, avant de penser à de nouvelles mesures », observe l'opérateur français, qui reconnaît cependant que « augmenter la consommation des consommateurs finaux est dans l'intérêt bien compris des opérateurs. Le mois dernier, Free Mobile a annoncé que ses clients pouvaient utiliser leur forfait depuis le Portugal sans surcoût, dans la limite de 35 jours par an. Les concurrents de Free incluent souvent les appels vers l'Europe dans leurs forfaits haut de gamme (plus de 80 euros par mois). Orange réfléchit également à des offres destinées aux diasporas et aux voyageurs internationaux.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2013 à 10:33 :
Pourquoi FOU ? je n'ai jamais compris cette affaire de roaming. Nous habitons une UNION EUROPEENNE que je sache....c'est comme si les prix des communications entre mobile variaient aux USA d'un état à l'autre....c'est le roaming qui est fou ! (à moins que ce ne soit de l'arnaque pure et simple)....mais pas simple pour les frontaliers !
a écrit le 31/05/2013 à 22:12 :
In fine, on détruit le modèle économique des uns au profit de celui des autres. Qu'y gagnerons nous vraiment à terme? La création ou le renforcement de monopoles ou quasi monopoles européens? Quant à l'opportunité de nous occuper les esprits avec ce type de sujet, on se demande quel projet ils cherchent à nous cacher ou problème à ne pas traiter.
a écrit le 31/05/2013 à 21:58 :
Y aurait-il des élections en vue ?
a écrit le 31/05/2013 à 16:14 :
je vois déjà les agences de lobbying à Bruxelles, travailler d'arrache pied pour saboter ce projet
a écrit le 31/05/2013 à 15:21 :
On est dans une crise économique majeure et voilà le combat de nos eurocrates . C 'est vrai que pour téléphoner moins cher à la maison et demander si son chat va bien, nos bruxellois d'adoption sont prêt à aller jusqu'au bout .
a écrit le 31/05/2013 à 14:26 :
C'est une bonne idée si on avait 3 ou 4 opérateurs pan-européens avec leurs propre réseau sur toute l'Europe.
Or la commission veut aussi un marché concurrentiel et morcelé, il va falloir faire un choix. La situation n'est pas viable pour les opérateurs européens qui vont se faire défoncer par ceux qui on déjà une taille critique (USA, Chine, Mexique etc...). Soit la commission veux pleins d'opérateurs soit elle veux des économies d'échelle. A vouloir les 2, le secteur va passer sous pavillon étranger dès que les valorisations des opérateurs européens sera au plus bas (on en est plus très loin).
a écrit le 31/05/2013 à 14:14 :
Excellente démagogie, qui essaie de réconcilier tout et son contraire. On veut que les opérateurs investissent dans le très haut débit partout en Europe (plus de 200 milliards d'euros d'investissement); on veut qu'ils assurent la couverture des zones peu denses en haut débit et donc qu'ils investissent dans la 4G; on veut qu'ils ouvrent leurs réseaux à des concurrents (comme si un taxi passait sa voiture à un concurrent pour qu'il puisse faire des courses). Avec ça, les opérateurs ne peuvent pas délocaliser puisque l'infrastructure est dans le pays, pas comme Google qui peu placer ses serveurs là ou les taxes sont basses. Pas possible pour un commutateur réseau. On veut rogner leurs marges alors que aux USA (concurrence ... ) les tarifs d'accès internet sont beaucoup plus haut qu'en europe. Allons y gaiement pour couler l'industrie des télécoms. ca pourra toujours être racheté à bas coût par China Mobile..Arrêtons ce délire.
a écrit le 31/05/2013 à 13:43 :
D'autant plus qu'avec le "direct call" dans systèmes, le surcoût de roaming se résume à un coût de transport vers le pays de l'abonné, ce qui est extrêmement faible.
Le reste est identique.
a écrit le 31/05/2013 à 13:26 :
Enfin du bon sens, les monopoles nationaux n'ont plus lieu d'être dans une Union Economique. A quand un marché du travail, une tva, une fiscalité des entreprises et des charges sociales identique au niveau européen ?
Ce qui coule l'Europe entre autre, c'est le dumping entre Etats de l'Union, ce qui favorise la politique économique actuel au plus grand profit de la Grande Bretagne (pas d'Europe unie) et de l'Allemagne
a écrit le 31/05/2013 à 7:41 :
L'Europe qui commence enfin à faire du protectionnisme, qui défend le citoyen....Je crois rêver!
Bonne décision en tout cas!
a écrit le 31/05/2013 à 4:11 :
Nous allons enfin savoir si la commission européenne est la commission des lobbystes ou celle des citoyens...
a écrit le 30/05/2013 à 23:53 :
pour résumer, grâce à la politique économique de la commission, il y a de plus en plus de chômeurs en Europe mais ils pourront payer moins chères leurs communication au sein d'un autre pays de la communauté. Sauf qu'étant chômeurs, ils n'ont pas les moyens de voyager, ce qui ne leur sert donc à rien. Sauf pour l'extrême minorité qui émigre en Allemagne. De là à penser que c'est encore une demande Allemande ^^
a écrit le 30/05/2013 à 23:01 :
Un parfait example d'une reussite européen
Il en faut d'autre bank , impot
Aller l'europe
Réponse de le 30/05/2013 à 23:55 :
posséder un iphone n'est pas gage de réussite intellectuelle apparemment...
a écrit le 30/05/2013 à 22:25 :
2,35 euros/mn des Etats-Unis en passant par AT&T...... si ce n'est pas du vol?..
a écrit le 30/05/2013 à 19:55 :
Titre faux, archi faux!!!! Il faut dire dans l'UE et non à l'étranger car seuls les états de l'EU sont concernés! dans le titre on peut penser étranger = hors de France = le Monde entier hors cela est faux! Revoir le terme étranger car à l'heure de l'EU, y a comme un problème...
a écrit le 30/05/2013 à 19:39 :
Je ne peux écrire plus car je suis en larmes en raison des malheurs dont sont affligés les opérateurs... Ils vont bientôt faire la manche.
Réponse de le 31/05/2013 à 11:33 :
Pas grave, ils se rattraperont hors de l'UE... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :