Free Mobile débouté de son référé contre la 4G de Bouygues Telecom

 |   |  462  mots
Bouygues pourra bien lancer son réseau 4G au niveau national le 1er octobre. DR.
Bouygues pourra bien lancer son réseau 4G au niveau national le 1er octobre. DR. (Crédits : DR)
Le Conseil d'Etat a rejeté la demande de l'opérateur qui voulait suspendre l'autorisation donnée à son concurrent de réutiliser ses fréquences GSM pour du très haut débit mobile. Le régulateur des télécoms et le numéro trois français du mobile, qui lancera sa 4G au niveau national en octobre, sont soulagés.

« Il n'y a plus aucun obstacle » réagit, dans un souffle de soulagement, un dirigeant de Bouygues Telecom. Le numéro trois français du mobile va pouvoir lancer le 1er octobre son réseau 4G avec une couverture nationale, de l'ordre de 40% de la population, 25 millions de Français. Son concurrent Free Mobile avait attaqué devant le Conseil d'Etat la décision du régulateur des télécoms, l'Arcep, d'autoriser Bouygues à réutiliser ses fréquences GSM (1800 Mhz) pour faire du très haut débit mobile (en LTE la technologie 4G qui succède à la 3G).

Mais le juge des référés vient de rejeter sa demande, estimant qu'il n'y avait « pas de situation d'urgence » justifiant la suspension de la décision. Il a jugé que « la décision de l'Arcep ne présentait pas d'effets anticoncurrentiels, dès lors que chaque opérateur mobile est en mesure de déployer un réseau 4G grâce aux fréquences dont il dispose déjà ou dont il pourra disposer dans la bande 1800 MHz » s'est félicité le régulateur dans un communiqué. Free a obtenu des fréquences 4G dans la bande 2,6 Ghz pour 271 millions d'euros.

« De bon augure pour le recours au fond d'Orange »

Plus exactement, dans son ordonnance, le Conseiller d'Etat, Nicolas Boulouis, écrit que « à supposer que Bouygues Telecom dispose d'un avantage concurrentiel sensible sur ce marché [de la téléphonie mobile dans son ensemble, celui-ci] ne résulte pas exclusivement et directement de la décision contestée mais également des choix stratégiques, technologiques et économiques des opérateurs au cours de ces dernières années. »

Dans le camp de Bouygues, on en conclut que « c'est de bon augure pour le recours au fond d'Orange », qui a aussi saisi le Conseil d'Etat début juin. SFR avait renoncé. L'Arcep est également confiante, considérant que le rejet de la requête de Free « conforte [sa] démarche équilibrée » : le régulateur avait pris soin d'exiger de Bouygues la restitution d'une partie de fréquences en question, progressivement entre septembre 2013 et mai 2016.

Free n'aura « pas un tel réseau 4G avant juillet 2015 »

Free Mobile affirmait que cette autorisation donnée à son rival aurait « des effets anticoncurrentiels affectant durablement la structure du marché » de la 4G et porterait « préjudice de manière suffisamment grave et immédiate » à ses intérêts. Il arguait aussi que la décision de l'Arcep ne visait « qu'à retarder son entrée sur le marché » et qu'il ne pourrait lui-même exploiter dans des conditions satisfaisantes un tel réseau 4G sur l'ensemble du territoire « avant au mieux le 1er juillet 2015. » Il a été condamné à verser 3.000 euros à Bouygues Telecom au titre des frais de justice.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2013 à 23:22 :
En efffet n'a aucune statégie pour son réseau mobile en dehors du fait qu'il profite au maximum du réseau de Orange, donc opérateur en partie virtuel. Et en plus pour ses clients d'internet il leur fait une offre à 0 ?uro ou deux ?uros pour les nouveau arrivants. Monsieur Xavier Niels n'a aucune compétence économique pour cela car c'est le seul opérateur mobile qui na aucun retour de bénéfice. J'ai quelques amis qui passe par ce quatrième et quel désastre, des grésillements, des coupures régulières, des portables au son horibles, bref ils ont free et non rien compris!! Même le groupe opérateur virtuel premier en France est celui d'une banque Crédit-Mutuel et CIC qui font des bénéfices progressifs sur le réseau SFR, la banque à qui parler donnerait -elle le moyen de se parler et se comprendre au téléphone. N'oublions pas que Monsieur Niels (free) à un deuxième téléphone mobile sur un service pour VIP avec la seul souscription annuelle de 1000 ?uros sans la communication (Montparnasse du réseau Orange), et oui son réau fait un bide de temps à autre alors faison confiance au premier opérateur!! Pour info en respectant le choix de chacun je suis client mobile chez Bouygues depuis presque 13 ans et satisfait. Une Dacia (free qui n'a aucun service box ou mobile pour les professsionels) ne sera jamais une Nissan (Bouygues).
Réponse de le 22/07/2013 à 19:43 :
tu es juste un pigeon parmi temps d autre qui pense paye plus pour avoir plus ...
je sui cher free et tout ma famille aussi on a eu des petit probleme au debut que parsque orange foute la merde !!!
mes maintenan tout fonctionne tres bien et on paye juste 3a5fois moin que il y a 1 ou 2ans et comme par hasar il se son tous mi au forfait 19.90 sans engagement bref que dire d autre a par

MERCI FREE
Réponse de le 29/07/2013 à 15:10 :
Alors toi tu est un de ceux qui n'ont toujour rien compris à FREE !!!! Tu ne paye pas 3 a 5 fois moin cher mais tu paye juste le meme prix qu'ailleurs....... J'ai déja fait plusieur calcul est free n'est jamais en dessous des autres de beaucoup ( tout au plus 5 euros a l'année ... ) donc pour payé pareil je prefere avoir un service de qualité....
a écrit le 12/07/2013 à 17:24 :
manque pas d'air pour se faire sa pub (aurait tort, ça marche, personne n'explique rien) : free a bénéficié de la licence mobile à un prix d'ami, il bénéficie surtout de la surfacturation des terminaisons d'appel qui font que son forfait à 19e est subventionné de fait à hauteur de 10e par les autres opérateurs, et il attaques bouygues qui après que les licences aient été achetées à prix d'or, a l'autorisation d'utiliser une fréquence qu'il a déjà déployé pour la 2G, donc avec un énorme avantage concurrentiel !!! sur le fond, la faute à la régulation qui s'amuse à donner des avantages inqualifiables et suivant son bon vouloir absolu : absence de contrepouvoir ! face à ce système anticoncurrentiel en bande organisée, la seule question qui vaille est quels sont les retours d'ascenceur, pour qui et de quelle nature ?
Réponse de le 12/07/2013 à 18:45 :
On n'aurait pas ces embrouilles de tous cotés si l'on n'avait qu'un seul réseau radio mutualisé et semi-public (pour ca marche tout de même...), qui couterait moins cher a tout le monde, sur lequel nombre d'opérateurs de services pour commercialiser leurs bonnes idées, et non pas vivre d'une rente d?infrastructure rare...
Réponse de le 12/07/2013 à 19:42 :
un réseau mutualisé semi public ? pourquoi pas à condition qu'il soit bien géré ! quand on voit le mode de fonctionnement du secteur public, pas de mesure de performance ni d'efficacité, jamais de bilan, une seule logique de dépense politicienne ! pas de fatalité non plus, la suéde sait trés bien gérer le secteur public avec pragmatisme, efficacité, et de meilleurs résultats que nous tout en dépensant moins ! le réseau c'est aussi la stratégie de couverture, de choix, de ciblage... quid d'un nouveau monopole ? est ce que l'opérateur investirait sur la 4G s'il finance aussi le FTTH, et inversement...quand à la bonne solution, une vraie concurrence entre opérateurs, sans la sécu de sparts de marchés qui n'a plus aucune justification, ces avantages du fait du prince sont inouis, une vraie république bananière !!
a écrit le 12/07/2013 à 16:55 :
Bon, maintenant si tous ces guignols cessaient un peu de perdre leur temps au tribunal, et passaient plus de temps a faire mieux marcher leurs réseaux respectifs, ca nous ferait des vacances :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :