« Si on veut un seul marché européen des télécoms, il faut un seul régulateur »

 |   |  639  mots
Joaquin Almunia, commissaire européen à la Concurrence.
Joaquin Almunia, commissaire européen à la Concurrence. (Crédits : Reuters)
Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, met en garde les gouvernements nationaux et leurs champions : tant qu’ils maintiennent des barrières entre marchés nationaux des télécommunications, les opérateurs européens continueront à tomber dans l’escarcelle de groupes étrangers.

On savait que le job de gendarme de la Concurrence européen n'était pas facile. L'actualité des fusions dans les télécommunications le confirme. Non que Joaquin Almunia, le socialiste espagnol qui occupe le poste depuis 2009, aie la main lourde quand il s'agit de peser au trébuchet les fusions qui se présentent à lui. Toutes ont été autorisées jusqu'à présent. C'est plutôt qu'il a les mains liées.

Le vrai marché unique européen n'est pas pour demain

Lui voudrait voir émerger des opérateurs transnationaux pour faire jouer la concurrence à une plus grande échelle. Mais « les prix sont nationaux, les services que l'on offre pour chacun des opérateurs sont nationaux. Les opérateurs sont nationaux même si certaines appartiennent à des groupes internationaux. Le régulateur est national. L'allocation du spectre est faite par chacun des États membres. Le marché est national », rappelle-t-il dans un entretien avec La Tribune. Le « vrai marché unique européen, avec une seule allocation de spectre, un seul régulateur, des possibilités pour chacun des usagers d'obtenir des services n'importe où en Europe et pour chacun des opérateurs d'offrir ces services n'importe où en Europe » n'est pas pour demain. L'émiettement des autorités de régulation reste le principal obstacle à une offre de services paneuropéens, comme on en trouve aux États-Unis. « Si on veut un seul marché, il faut un seul régulateur », dit-il.

Eliminer le "roaming" est un pas vers le marché unique

La proposition ne figurera pas toutefois dans le nouveau « paquet » télécommunications qui sera adopté la semaine prochaine par la Commission européenne. « On ne va pas présenter de proposition révolutionnaire en fin de mandat. Mais les choses peuvent s'accélérer sous la prochaine commission », explique l'Espagnol avec pragmatisme. Lui n'est en charge que de la concurrence. C'est Nelly Kroes, la commissaire à l'Economie numérique qui est aux commandes. Mais il veille.

Et le roaming - la surtarification des communications transfrontalières en Europe - auquel Bruxelles fait la guerre depuis plusieurs années sera en ligne de mire. « Eliminer ce type de surcharge entre services offerts dans des différents pays de l'UE, c'est un pas vers un marché unique », explique Joaquin Almunia, prenant ouvertement parti dans un débat qui est loin d'être tranché au sein même de la Commission européenne.

En attendant les fusions se poursuivent. Et il n'a rien contre. « Telefonica veut acquérir KPN en Allemagne. Hutchinson veut acquérir O2 qui appartient à Telefonica en Irlande. Hutchinson a acheté Orange en Autriche, et ainsi de suite. Ce qui est parfaitement possible sans créer de problème de concurrence sérieux, ce sont les opérations transfrontalières. Je ne mène pas un combat contre une entreprise de part sa dimension globale… Je n'ai pas de position dogmatique sur le nombre des opérateurs : 3, 4 ou plus. Mais deux, non. Le duopole n'est pas admissible », juge-t-il. Et de rappeler que l'entrée de Free sur le marché français avait été suivie d'une nette hausse du niveau des investissements.

L'arrivée des investisseurs étrangers comme Hutchinson ou le Mexicain Carlos Slim le soucie-t-elle ? Plus qu'on ne pourrait penser. « Je crois que l'Europe doit être ouverte : nous vivons dans une économie globale et nous devons nous habituer aux investissements étrangers. Ma seule remarque plus politique est que si l'on ne peut avancer vers un marché unique européen dans les télécommunications, on aura de plus en plus de visiteurs étrangers. Parce qu'ils peuvent considérer qu'ici on peut faire de bonnes affaires. C'est un argument supplémentaire pour faire le marché unique », dit-il.  De là appeler les gouvernements européens et leurs champions à mettre un peu d'eau dans leur vin, il n'y a qu'un pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2013 à 15:37 :
contre une entreprise de part sa dimension globale ou de PAR ???
a écrit le 05/09/2013 à 14:00 :
ce Monsieur est à la tête de la direction auquels nos gouvernements avaient confiés la négo sur l'OMC avec comme résultat nos frontières poreuses à des produits bas coûts fabriqués par la Dictature Chinoise qui exploite des quasi esclaves et des enfants !
Qu'il se taise, ces menteurs ne devraient même plus avoir le droit de parler
a écrit le 05/09/2013 à 13:40 :
Tout ce qui est "national" ennuie ce monsieur qui ne défend que les intérêts de ceux à qui il doit son job surpayé.
a écrit le 05/09/2013 à 13:06 :
Ces gens veulent tous être Calife a la place du Ccalife. Il est parfaitement concevable d'avoir un régulateur dans chaque pays, qui mettent en commun des services (à la mode GIE) pour s'assurer d'une convergence sur les sujets sensibles... et nécessitant vraiment cette convergence. Tous n'a pas besoin d?être cadré par une dictature centralisée... Un peu de regulo-diversité ne fait pas de mal ;-)
Réponse de le 16/09/2013 à 15:57 :
Dans ce cas, ne serait-ce pas mieux d'avoir une régulation dans chacune de nos 22 régions? Comme ca on aurait plein d'opérateurs régionaux et, si d'aventure un national émergeait, il aurait la joie de devoir aller frapper a 22 portes pour pouvoir exploiter son service. Super, non? Et avec ca, beaucoup d'argent économisé car il faudrait faire instruire 22 fois le meme dossier par 22 administrations différentes. Ca vous parait absurde? Ben c'est pareil au niveau européen.
a écrit le 05/09/2013 à 12:55 :
Est-il sincère ? Car dans la politique les pots de vin ne sont pas rare ?
Réponse de le 05/09/2013 à 13:19 :
Le danger d'un point de décision unique est qu'il est plus simple a corrompre, et que ses décisions sont nettement plus influençables. Il suffit de voir comment on va se faire mettre par les ricains sur l'accord de libre échange maintenant qu'ils -savent qu'il n'ont qu'un seul point d'influence a faire sauter...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :