Bruxelles épingle Altice sur le rachat de Portugal Telecom

 |   |  366  mots
Patrick Drahi, le propriétaire d'Altice, la maison-mère de SFR.
Patrick Drahi, le propriétaire d'Altice, la maison-mère de SFR. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
La Commission européenne a estimé jeudi qu'Altice avait enfreint les règles européennes en procédant à la prise de contrôle de l'opérateur Portugal Telecom avant d'avoir obtenu le feu vert à son rachat.

Rebelote. La Commission européenne a estimé jeudi qu'Altice avait enfreint les règles européennes en procédant à la prise de contrôle de l'opérateur Portugal Telecom avant d'avoir obtenu le feu vert à son rachat. C'est la deuxième fois que le groupe de Patrick Drahi est épinglé à ce sujet. En novembre dernier, il a été condamné par cette même Autorité de la concurrence à payer une amende de 80 millions d'euros  pour avoir lancé une fusion avec SFR et Virgin Mobile sans attendre son feu vert.

Si le régulateur européen confirme cette accusation, pour l'instant préliminaire, il pourrait infliger à la holding du magnat du câble Patrick Drahi une amende pouvant aller jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires annuel mondial. En 2016, l'opérateur de médias et de télécoms a dégagé des revenus de 23,5 milliards d'euros.

L'influence « déterminante » d'Altice

« Dans la communication des griefs de ce jour, la Commission estime à titre préliminaire qu'Altice a effectivement procédé à l'acquisition avant l'adoption d'une décision d'autorisation par la Commission et, en partie, avant la notification de l'opération en question », déclare la commission européenne dans un communiqué à propos de Portugal Telecom.

Altice, qui a conclu en décembre 2014 un accord avec le brésilien OI pour racheter Portugal Telecom, a notifié son projet à l'exécutif européen en février 2015. La Commission a donné son feu vert sous conditions à l'opération en avril 2015. Pour Bruxelles, Altice était en mesure d'exercer une influence déterminante sur l'opérateur portugais avant même que l'opération en question ne soit notifiée ou autorisée.

Altice conteste la décision

Altice conteste ces accusations et a fait savoir dans un communiqué qu'il prévoyait d'adresser une réponse détaillée au régulateur. L'enquête ne remet pas en question le feu vert donné à cette acquisition, ont souligné Altice et la Commission européenne. A 12h20, l'action Altice, cotée à la Bourse d'Amsterdam, affichait une baisse de 2,08% à 21,43 euros  alors que les principales valeurs néerlandaises affichent un repli de 1,56% au même moment.

>> Lire aussi L'amende de 80 millions à Altice est-elle vraiment « très dissuasive » ?

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2017 à 20:41 :
encore epingle?
fichtre, il vont demander 2.7 milliards de plus a orange pour financer ca aussi, alors?
ils devraient songer a demander un package global, genre 200 milliards, parce que la, on ne s'en sort plus a faire du decompte d'epicier!
a écrit le 18/05/2017 à 18:11 :
Altice, devrait s'appeler Alice. Au pays des Merveilles.
Nous verrons à moyen terme, cette boite sans fond, que les banquiers suivent les yeux bandés, explosé en plein vol.
Je propose, pour commencer, une pétition (en pièces jaunes) pour aider Sfr, qui se vide de ces clients, tel un ballon de baudruche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :