Orange et Bouygues confirment discuter d'un rapprochement

 |   |  457  mots
Orange souligne que, même s'il explore les opportunités du paysage français des télécoms, ses investissements et ses positions lui permettent une totale indépendance.
Orange souligne que, même s'il explore "les opportunités du paysage français des télécoms", "ses investissements et ses positions lui permettent une totale indépendance". (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
"Un accord de confidentialité a été signé ce jour par Bouygues et Orange", précise le groupe industriel et de construction dirigé par Martin Bouygues, alors qu'Orange évoque "la reprise de discussions préliminaires avec le groupe Bouygues".

| Article publié à 09h04, mis à jour à 19h09.

Orange et Bouygues ont confirmé mardi 5 janvier dans deux communiqués distincts être en "discussions" en vue d'un rapprochement entre l'opérateur historique et Bouygues Telecom, ouvrant la voie à une consolidation du secteur des télécoms en France.

"Un accord de confidentialité a été signé ce jour par Bouygues et Orange", précise le groupe industriel et de construction dirigé par Martin Bouygues, alors qu'Orange évoque "la reprise de discussions préliminaires avec le groupe Bouygues".

"À ce jour, aucune décision n'a été prise et rien ne garantit l'issue de ces discussions préliminaires", assure toutefois Bouygues dans son communiqué.

Pas de calendrier particulier pour Orange

"Ces discussions ne sont pas contraintes par un calendrier particulier et ne s'engagent pas sur un schéma prédéfini", écrit par ailleurs Orange. Toutefois, plus tard dans la journée de mardi, le PDG Stéphane Richard a assuré à l'antenne de RTL que les discussions entre Bouygues et Orange sont "une affaire de quelques semaines". "Je ne sais pas si ce sera un mois ou deux mais dans tous les cas, ça n'ira pas au-delà", a-t-il précisé.

Le groupe rappelle qu'il "n'agira que dans le seul intérêt de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients et sera particulièrement attentif à la création de valeur d'un tel projet". Orange souligne que, même s'il explore "les opportunités du paysage français des télécoms", "ses investissements et ses positions lui permettent une totale indépendance". Stéphane Richard a promis en outre que cet éventuel rapprochement sera socialement "irréprochable".

Passage obligé par les autorités de la concurrence

La réussite d'une éventuelle fusion, suspendue à son acceptation par les autorités de la concurrence en France et à Bruxelles, entraînerait le passage de quatre à trois opérateurs dans l'Hexagone. Le nouvel ensemble qui ferait face à Free et SFR-Numericable sur l'un des marchés les plus concurrentiels d'Europe représenterait plus de 60% de part de marché en valeur sur le mobile.

En cas de succès des discussions, Orange, dont l'Etat est le premier actionnaire, pourrait avoir à se séparer de cinq milliards d'euros d'actifs, et s'engager à limiter les conséquences sociales pour les employés de Bouygues Telecom. Quant à Martin Bouygues, il parviendrait ainsi à conserver un pied dans les télécoms en entrant au capital d'Orange.

A 09h33, Bouygues gagnait 2,37% à 38,03 euros, Orange (+1,64% à 15,45 euros) et leurs concurrents Numericable-SFR et Iliad décollaient respectivement de 5,78% à 35,06 euros et 2,24% à 225,95 euros, dans un marché en hausse de 0,24%.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2016 à 18:08 :
Il restera donc le soldeur Free .sfr avec ces comptes aux Panama Luxembourg etc et Orange France Telecom
C'est la fin de la concurrence !!
Jamais on aurait dû laisser numericable racheter sfr !!
a écrit le 05/01/2016 à 15:32 :
Martin Bouygues avait refusé une offre identique de SFR il y a quelques mois. Mais qu'a donc promis Hollande à Bouygues pour qu'il accepte un rapprochement avec Orange?
a écrit le 05/01/2016 à 14:27 :
France Telecom essaie de reconstituer son monopole du bon vieux temps des PTT et du 22 à Asnières avec l'assentiment des nostalgiques socialistes du tout étatique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :