Stéphane Richard tacle le projet de SFR visant à fibrer seul la France

 |   |  396  mots
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : Reuters)
Le projet de SFR, qui souhaite déployer son propre réseau de fibre optique dans l’Hexagone sans argent public, n’est pas réaliste, a estimé le PDG d'Orange dans un entretien aux Échos.

Stéphane Richard n'y croit pas. Dans un entretien aux Echos, le grand patron d'Orange juge que le projet de SFR, qui a annoncé vouloir fibrer seul tout l'Hexagone sans argent public, ne tient pas la route.

« Je ne crois pas au réalisme et à la crédibilité des annonces de SFR dans ce domaine », canarde-t-il.

« L'investissement que représenterait un tel projet se chiffre en milliards d'euros, poursuit le PDG. Il viendrait dupliquer des réseaux déjà en construction, cela n'a pas de sens, et ne serait pas rentable. Venant d'une entreprise qui a déjà quelques dizaines de milliards de dettes dans son bilan, cela ne me semble pas très sérieux. »

« Les droits sportifs, un métier trop volatil »

Dans les colonnes du quotidien économique, Stéphane Richard revient aussi sur l'offensive de SFR dans les contenus. Alors que beaucoup s'interrogent sur les risques pour l'opérateur historique de perdre la main sur ces actifs, jugés stratégiques avec l'essor de l'Internet à très haut débit, le grand patron se veut confiant :

« Nous sommes depuis des années dans les contenus, simplement notre stratégie repose plus sur des partenariats que sur des achats de droits et de médias. Nous avons OCS, notre offre cinéma-séries, qui a dépassé 2,7 millions de clients. Orange Studio vient de fêter ses dix ans et nous allons augmenter de 100 millions nos investissements audiovisuels pour entrer, par exemple, dans le financement de séries exclusives. »

Tandis que SFR est particulièrement agressif dans le football, notamment après avoir raflé les droits de la Premier League anglaise ou ceux de la prestigieuse Ligue des Champions, Stéphane Richard réaffirme qu'Orange ne sera, malgré tout, pas candidat au prochain appel d'offre de la Ligue 1.

« Nous ne serons pas directement candidat à acquérir des droits sportifs, mais nous allons suivre de près le dossier et en particulier la façon dont les lots seront organisés », dit-il.

« Le problème avec le développement d'une offre propriétaire dans le sport c'est que, tous les quatre ans, vous pouvez perdre l'essentiel des programmes qui font votre attractivité ou vous pouvez voir doubler le prix. Ce métier des droits sportifs est trop volatil et spéculatif pour nous. Je préfère investir dans la fibre que dans le foot. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2017 à 22:33 :
La Direction orange ment tout le temps, elle ne préfère pas du tout investir dans la fibre que dans le foot : elle vient d’acheter le maillot de l’OM plusieurs millions d’euros et créée pour son bon plaisir une filiale rattachée directement à la présidence une filiale spéciale sport cinéma tv pour s’éclater dans la jet set, ce qu’aucun acteur majeur du secteur n’a fait. Au passage en déclassant autoritairement des centaines de salariés orange de maison mère à filiale orange content sans leur demander leur avis et pertes de droits sociaux. Avec la Direction orange au final ce sont toujours les salariés qui paient l’addition de ses plaisirs
a écrit le 30/09/2017 à 20:05 :
J'habite Villiers sur Marne.
La Coopérative d'Electricité procède à l'enfouissement de ses lignes aériennes.

Et nous aurons la chance de garder dans notre paysage les lignes téléphoniques d'Orange . Faute de crédits, c'est l'information reçue par les habitants di Bois de Gaumont, Orange ne procédera à rien....Ni enfouissement des lignes téléphoniques ni installation de la fibre comme cela était promis....

Alors les divagations de ce Monsieur Richard sont amusantes... Certains les trouvent tragiques pour un responsable de ce niveau...
Réponse de le 05/10/2017 à 9:31 :
Ceci ne serait pas arrivé si le législateur n'avait pas fait cadeau du cuivre à France Telecom - pardon Orange - au lieu de le conserver bien public comme la constitution l'oblige, quitte a laisser entrer la totalité des opérateur dans une structure mixte ...
a écrit le 30/09/2017 à 17:12 :
Comment en serait-il autrement? Orange continue sans succès de faire l'histoire des télécom en France sous contrôle de l'Etat. Difficile de changer de méthode après le retard vertigineux du RTC en 1975, après le retard de Transpac en 1980, après le flop du minitel en 1990, après l'étouffement de l'Internet en 1995, après le retard du déploiement des dslam adsl en 2000. Sans parler du mobile. Le retard n'a pu être comblé que par l'ouverture à la concurrence.
Dernier rempart d'Orange, le partage des fourreaux, dans les quels passent les fibres, imposé par l'Arcep.
a écrit le 29/09/2017 à 12:13 :
"tous les quatre ans, vous pouvez perdre l'essentiel des programmes qui font votre attractivité ou vous pouvez voir doubler le prix"

C'est bel et bien ce que je pense aussi, quand on voit l'inflation galopante liée au football et c'est pas les transferts records qui me contrediront, investir là dedans parait quand même bien téméraire, c'est ultra cher, cela rapporte certes mais ne pas oublier quand même que si les commentaires des matchs interdits de diffusion sont de plus en plus écoutés sur internet ou sur l'équipe tv c'est parce que les gens ne sont pas prêt à payer beaucoup pour du foot.

L'avantage c'est que même sur internet on ne trouve pas de matchs piratés c'est extrêmement surveillé, vu que c'est un énorme marché, mais cela ne saurait suffire à parier sur une audience fidèle prête à tout pour voir un match.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :