Twitter chasse les comptes à contenus terroristes

 |   |  378  mots
Les Etats-Unis et une série d'autres gouvernements ont multiplié les appels ces derniers mois à agir davantage pour freiner la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux.
Les Etats-Unis et une série d'autres gouvernements ont multiplié les appels ces derniers mois à agir davantage pour freiner la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le réseau social a indiqué avoir suspendu plus de 125.000 comptes depuis mi-2015.

L'oiseau bleu passe à l'attaque. Twitter a indiqué vendredi avoir suspendu plus de 125.000 comptes depuis mi-2015 dans le cadre de sa lutte contre les "contenus terroristes" sur sa plate-forme, et sur fond de pressions gouvernementales pour freiner la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux. "Rien que depuis le milieu de 2015, nous avons suspendu plus de 125.000 comptes pour avoir menacé ou fait la promotion d'actes terroristes, liés en premier lieu à l'EI", le groupe jihadiste Etat islamique, souligne le site de microblogs dans un message publié sur son blog.

Les Etats-Unis et une série d'autres gouvernements ont multiplié les appels ces derniers mois à agir davantage pour freiner la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux. Twitter note avoir déjà des règles en place pour décourager la propagande terroriste sur son réseau.

"Nous condamnons l'usage de Twitter pour promouvoir le terrorisme et les règles de Twitter indiquent clairement que ce type de comportement, ou toute menace violente, n'est pas permis sur notre service", rappelle-t-il.

"Réduire le temps de réponse"

Il dit toutefois avoir accru ses efforts en augmentant la taille de ses équipes chargées d'examiner les contenus qui lui sont signalés, "réduisant de manière importante [son] temps de réponse". Il précise regarder aussi "d'autres comptes similaires à ceux signalés" et utiliser des outils similaires à ceux qui lui servent pour lutter contre les spams pour repérer et vérifier d'autres comptes violant potentiellement ses règles.

"Nous voyons déjà des résultats, y compris une augmentation des suspensions de comptes et un déplacement de ce type d'activité en dehors de Twitter", assure-t-il.

"Pas d'algorithme magique"

Le réseau reconnaît toutefois qu'il n'y a "pas d'algorithme magique pour identifier les contenus terroristes sur internet, de telle sorte que les plates-formes en ligne mondiales sont obligées de prendre des décisions difficiles, en se basant sur des informations et des lignes directrices limitées". "Malgré ces difficultés, nous continuerons d'appliquer énergiquement nos règles en ce domaine et d'interagir avec les autorités et autres organisations adéquates pour trouver des solutions viables pour éradiquer les contenus terroristes sur internet et promouvoir les discours allant dans le sens inverse", assure Twitter.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2016 à 15:13 :
Ah bon, et sur quoi se basent-ils ? Un programme informatique qui détecte des mots ? Et si une grenade devient une tomate, ou une kalachnikov une Renault, Twitter va supprimer tous les messages contenant les mots tomates et Renault ? Sûr que ça va décourager les terroristes :-) Mais bon, c'est sans doute un bon coup de pub pour relancer Twitter qui perd des clients à la vitesse grand V en ce moment :-)
a écrit le 06/02/2016 à 22:53 :
Eeet.. c'est quoi ce "twitter"..?? Sinon, pour éviter les commères, j'ai l'IRC bien plus efficace mais non commercial, certes. C'est ça qui gène..??
a écrit le 06/02/2016 à 12:20 :
Prochaine étape chasser les nombreux comptes des soldats du net d'extrême droite ?

Parce que ce sont eux qui ont plombé en france twitter, arrêtez de vous faire des illusions les mecs hein...

Aucune chance je le sais bien ne vous en faites pas va, mais veuillez dans ce cas disparaître en arrêtant de faire autant de bruit seulement pour votre pub, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :