Vodafone plombé par une très forte concurrence en Inde

 |   |  347  mots
En Inde, Vodafone est confronté à la concurrence de Reliance Jio, un nouvel opérateur qui compte s'imposer en cassant les prix du mobile.
En Inde, Vodafone est confronté à la concurrence de Reliance Jio, un nouvel opérateur qui compte s'imposer en cassant les prix du mobile. (Crédits : © Andrea Comas / Reuters)
Au premier semestre, l’opérateur britannique a publié une perte nette de 5 milliards d’euros, suite à de très lourdes dépréciations d’actifs en Inde. Dans ce pays où la téléphonie mobile est pourtant en plein boom, Vodafone est confronté depuis peu à la concurrence de Reliance Jio, un nouvel arrivant à l’appétit démesuré et disposant d’énormes moyens.

Le retour de bâton est pour le moins sévère. Ce mardi, Vodafone a fait état d'une perte nette de quelques 5,13 milliards d'euros au titre du premier semestre. Celle-ci a plus que doublé par rapport à la même période l'an passé. Et pour cause : Vodafone a été contraint d'inscrire dans ses comptes d'énormes dépréciations d'actifs à hauteur de 6,4 milliards d'euros pour faire face à ses difficultés en Inde. Celles-ci sont liées à des paiements d'impôts (pour 1,4 milliard d'euros), et surtout à la baisse de la valeur de ses activités sur place (5 milliards).

Confronté à une concurrence féroce en Inde, le géant du mobile s'attend à une importante chute des ventes en Inde, la faute à des prix en forte baisse. Directeur général du groupe, Vittorio Colao ne s'est guère montré optimiste. « La concurrence en Inde a augmenté cette année, réduisant la croissance du chiffre d'affaires et la rentabilité », a-t-il expliqué, laconiquement, dans un communiqué.

L'épouvantail Reliance

Il faut dire qu'en Inde, Vodafone fait face à un nouvel entrant aux allures de rouleau compresseur. Le 5 septembre dernier, le puissant conglomérat Reliance Industrie a lancé Reliance Jio, son tout nouveau réseau 4G. Son idée : proposer des offres Internet à prix cassés, couplées à des appels gratuits. À l'initiative du projet, le milliardaire et première fortune d'Inde, Mukesh Ambani, à tout misé sur une démocratisation à grande vitesse de l'accès à l'Internet mobile. Lequel est, en l'absence de réseaux Internet fixe dignes de ce nom, de loin le premier canal d'accès à la Toile pour les populations.

Pour mener à bien son projet, Mukesh Ambani y a consacré la bagatelle de 20 milliards de dollars. Son ambition : couvrir 90% de la population d'ici à six mois, et atteindre les 100 millions de clients à horizon un an. De quoi faire frémir la concurrence, dont Vodafone, qui a pourtant investi il y a peu quelques 2,74 milliards d'euros dans la 4G en Inde. Tous craignent de ne pas disposer des moyens suffisants pour rivaliser avec ce « Free » aux très gros moyens.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :