Tintin au pays des enchères

 |   |  668  mots
DR
DR
Le 9ème art est aujourd'hui considéré comme un art à part entière. Avec une super-vedette, internationale, Tintin. Une vacation, une de plus, lui est consacrée. Avec 850 lots très divers, tous aux cotes de plus en plus élevées.

Un mois jour pour jour après sa sortie en salles tricolores- une production de 200 millions de dollars, 1240 plans, 900 cinémas de l'hexagone et 3,15 millions de spectateurs rien que la première semaine - Tintin est la vedette unique d'une vente aux enchères. Une de plus, car si Artcurial et son expert, Eric Leroy, organisent deux belles vacations annuelles dédiées à la BD, d'autres, notamment Piasa en France et Rops en Belgique, mettent également à l'encan des livres, statuettes, jeux et affiches mettant en scène le petit reporter du XXème et sa houpette blonde. Il est vrai que le 9ème art est aujourd'hui reconnu comme un art entier et que ses amateurs sont de plus en plus nombreux, de plus en plus jeunes, de plus en plus fortunés aussi.

Le marché de la BD a explosé depuis 2007 avec la vente de 32 dessins d'Enki Bilal pour 1,3 million d'euros et a été reconnu quand Beaubourg a exposé une planche originale de "L'Affaire Tournesol" d'Hergé. Ce que les collectionneurs recherchent en premier sont les oeuvres réalisées par la main même de l'artiste: planches originales, dessins préparatoires, bandes à l'encre de Chine, aquarelles, gouaches et dans une moindre mesure, lettres signées ou multiples dédicacés. Ce sont elles qui obtiennent les prix les plus élevés. Et la locomotive tarifaire qui entraîne tous les autres wagons de la BD est Hergé. En 1983, lors du décès de Georges Remi (son vrai nom), une belle planche originale valait autour de 5.000 euros. Ce n'est plus le cas désormais, le record mondial, battant d'autres records à six chiffres, appartient - provisoirement - à une gouache de "Tintin en Amérique", 1932, adjugée 764.218 euros chez Artcurial en mars 2009.

Chers également, les albums en édition originale avec, pour les plus onéreux ceux comportant des erreurs d'impression. Le record a été établi par une des trois éditions connues de "L'étoile mystérieuse" de 1943, imprimée en noir et blanc d'un seul coté en alternance avec deux pages blanches, achetée 102.935 euros. Mais la majorité des anciens albums cote nettement moins, de 2 à 500 euros: mieux vaut consulter la Bible des collectionneurs, le "BDM" (Editions de l'Amateur), véritable encyclopédie de la bande dessinée remise à jour tous les deux ans.

Depuis peu, les objets dérivés ont leurs amateurs, très regardants sur la qualité de conservation: buvards publicitaires, jeux de l'oie, pots de confitures, stylos, affiches...

Les prix varient de 5 à 1.500 euros, le triple s'il s'agit d'un objet ancien consacré à Tintin, surtout les Pixi, petits personnages édités par le fils du peintre Poliakoff, dont la fabrication a été stoppée par Moulinsart SA ou les véhicules en bois des années 80 créés par Michel Aroutcheff, toujours dédiés au petit reporter.

La vacation qu'organise Artcurial dans ses locaux le 26 novembre comporte deux séances. La première (10h30) est consacrée à 400 objets réalisés par Pixi (une collection de Pixi exhaustive de 250 lots), Leblon Delienne et Aroutcheff. Ces petites sculptures reproduisent, en plomb ou en résine, des scènes des aventures de Tintin. Les estimations varient entre 50 et 1.500 euros.

Artcurial propose des lots plus variés, puisqu'on trouve aussi bien des cartes, des albums, des jeux, des affiches, des objets publicitaires, des oeuvres originales, ces dernières étant les plus recherchées. Parmi les prix élevés, on peut citer une gouache d'illustration du "Secret de la licorne"de 1945 (estimation 40.000 euros), une autre gouache "Vol 714 pour Sydney" (35.000 euros), une encre en couleur, carte de voeux de 1953/54 signée (15.000 euros), un "Tintin et Milou dans une jarre chinoise" (50.000 euros), une rare statue en bronze représentant les deux héros (150.000 euros), et pour les albums, un "On a marché sur la lune" 1954 dédicace et dessin d'Hergé (11.000 euros), une édition alternée "L'oreille cassée" 1943 (18.000 euros) ou une édition rare "Les aventures de Tintin reporter en orient" 1934 (45.000 euros).


Le 26 novembre, Rond Point des Champs Elysées, 75008 Paris, renseignements : www.artcurial.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :