Le rachat de crédits est-il vraiment une solution miracle ?

 |   |  964  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
La loi Lagarde sur le crédit à la consommation devrait générer davantage de rachats de crédits à l'avenir. Le recours à une telle opération doit néanmoins s'accompagner d'une grande prudence.

On l?appelle rachat ou regroupement de crédits, ou encore restructuration de dettes. Il conduit à regrouper l?ensemble de ses prêts en un seul crédit sur une durée plus longue, pour obtenir  une mensualité de remboursement plus faible. Cette pratique permet de pallier un manque ou une réduction provisoire de revenus (suite à des événements type divorce, perte d?un emploi....) pour se donner un peu d?air. Le nombre de cas de retraités ayant recours à cette solution augmente également en raison de la baisse des revenus lors de l'abandon de la vie active.

Vigilance de mise

Ce phénomène a pris de l'ampleur : la production de rachat de crédits s?élèvait à 17 milliards d?euros à fin 2011, dont 9 milliards d?euros pour le rachat de crédits immobiliers et 8 milliards d?euros pour les crédits à la consommation, selon une étude du cabinet Jasmin. Il y a tout juste un an, la loi Lagarde portant réforme du crédit à la consommation a réglementé les activités de rachat de crédits. Elle permet aux emprunteurs d?avoir une meilleure visibilité sur le coût global de leurs crédits, avant et après une opération de regroupement. Et en cas de rachat de crédit renouvelable, l?emprunteur doit se voir proposer de clôturer ce crédit. La grande majorité de ces rachats sont effectués par les banques, mais aussi par les acteurs financiers spécialisés (via les courtiers) et les établissements spécialisés dans le crédit à la consommation. Sachant que la durée maximum pour un rachat de crédits à la consommation est de 12 ans et de 30 ans pour le crédit immobilier.
La plus grande vigilance est de mise lors d?une telle opération : il faut notamment bien avoir conscience de l?allongement de la durée du prêt qu?elle implique.

Le total des intérêts augmente

Dans une note de décembre 2011, la Fédération Bancaire Française indiquait : "Utilisez avec prudence le regroupement de crédits car le montant total à rembourser sera au final souvent plus élevé. Par ailleurs, il doit s?accompagner d?un rééquilibrage plus en profondeur de votre budget. "Effectivement, le fait de constituer une nouvelle opération de crédit peut engendrer des frais de dossiers, d?assurance, ou de pénalités de remboursement.
En juin 2008, la FBF réalisait une étude titrée "Le regroupement de crédits, la solution ?". Elle y remarquait qu' "en remplaçant par exemple 3 crédits en cours, ayant des échéances entre 1 et 3 ans, par un seul crédit à 5 ans, le montant des mensualités peut se trouver d?un seul coup réduit. [?] Ainsi, votre taux d?endettement, c?est-à-dire le total de vos charges financières comparé à vos ressources, sera moins important."
Et la FBF mettait déjà en garde : "Pour autant, ce n?est pas une solution miracle. Votre dette globale sera mieux étalée, mais restera la même en valeur. De plus, l?allongement d?un crédit augmente le total des intérêts et donc le coût du crédit."

Pratique interdite aux surendettés

Le recours à un rachat de crédit est interdit pour une personne identifiée comme surendettée. Eric Ghiringhelli, directeur des crédits spéciaux chez Meilleurtaux.com, ajoute que le seul risque d?une opération de regroupement de crédits, "c?est si le client ne respecte pas ses engagements, car c?est la dernière étape avant un contentieux". Nadia D., acheteuse, est quant à elle passée par le courtier Cafpi pour regrouper ses deux crédits, et a changé de banque pour l?occasion. Elle témoigne que ce regroupement a été positif : "Après avoir racheté les crédits et remis un peu d?argent au pot, j?ai pu renégocier de très bonnes conditions de crédit, par exemple en termes de baisse du taux d?intérêt ou des pénalités de rachat. Au final, en coût global, je suis très gagnante".
Meilleurtaux confirme que le résultat peut être assez spectaculaire. Le courtier donne l?exemple d'un couple de retraités, propriétaires, dont les revenus passent de 2 850 euros à 2 115 euros lors du passage à la retraite. Avec 4 crédits en cours et 1 324 ? à rembourser chaque mois, leur taux d'endettement est passé de 46.5% à 62,5 %. En faisant un rachat de crédits sur 84 mois, le couple rembourse 572 ? par mois et retrouve un endettement de 27 %.

Zone d?endettement limite

Par ailleurs, les banques pourraient même avoir intérêt à ne pas pousser leurs clients au rachat de crédits, parce qu?elles se priveraient alors d?une source de revenus non négligeable. Ainsi, "une personne qui a différents crédits à la consommation peut arriver dans des zones d?endettement limites et va jouer avec les autorisations de découvert. La banque se rémunère alors sur les rejets et les incidents de paiement, sur les agios et sur les frais de tenue de compte. Ce n?est généralement que lorsque la banque remarque que le découvert est en dépassement perpétuel, qu?elle va proposer un regroupement partiel des crédits. Mais le regroupement total n?est pas toujours dans son intérêt", atteste un professionnel du secteur.
Il peut aussi arriver que des demandes de rachat de crédits soient refusées si au final l'emrunteur dépasse le taux d?endettement maximum admis. Au-delà de 42% d?endettement (le taux de 33% est cependant le plus généralement admis) sur la durée maximale autorisée de 12 ans, le dossier sera systématiquement rejeté.

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2016 à 9:45 :
Voulez-vous apprendre à résoudre des problèmes avec des prêts? Je peux conseiller le site:
a écrit le 16/09/2016 à 10:17 :
Voulez-vous apprendre à résoudre des problèmes avec des prêts? Je peux conseiller le site:
a écrit le 04/02/2015 à 11:51 :
Pour savoir comment résoudre ces problèmes de crédits regarder ce petit vidéo très instructif : https://www.youtube.com/watch?v=VqRmPKIPBPw
a écrit le 17/08/2013 à 17:28 :
Moi j'étais passé par un courtier et vraiment je trouve ça avantageux ! ca change des banques qui vous proposent du 3.2% sur 12 ans...
http://www.acethionville.fr/rachatcreditimmobilier.html
a écrit le 28/06/2013 à 19:16 :
Merci pour les conseils et les suggestions! Cet article a l'information et <a href="http://www.rmrsyndics.com/Objectif-nouveau-depart/Les-bonnes-habitudes.php">solution endettement</a> très bons!
a écrit le 15/04/2012 à 9:35 :
Depuis la loi Lagarde, le crédit à la consommation est beaucoup mieux encadré ce qui est une bonne chose.
Réponse de le 16/04/2012 à 15:20 :
Il serait temps d'encadrer votre propagande, alors...
a écrit le 14/04/2012 à 13:27 :
Bonjour,
Pour compléter cet article, il faut signaler qu?il y a des cas où le rachat de crédit est une solution incontournable.
Tout d?abord, un internaute a signalé que la seule solution consistait à ne pas avoir de crédit ! Certes, mais lorsqu?on sait que 70% des personnes souhaitant faire une telle opération sont dans une situation difficile en conséquence d?un ou plusieurs accidents de la vie : Chômage, divorce, etc?
Difficile de leur faire le reproche d?avoir voulu s?en sortir ! Y compris en faisant appel à plusieurs crédits.
Or, dans ces cas de mal endettement, la restructuration des dettes est inévitable et de loin la meilleure solution. Certes, le coût total sera plus élevé ainsi que le relève la FBF mais, au moins, la vie quotidienne sera grandement améliorée.
Pour finir, l?article cite 2 organismes qui sont plutôt des spécialistes du crédit immobilier. Afin d?être certain d?avoir le bon conseil pour un crédit aussi technique, il est souhaitable de s?adresser à l?un des Intermédiaires en Opérations Bancaires (IOB) spécialiste et professionnel du rachat de crédit.

Jean-Bernard Valade
Président de l?AFIB (Syndicat des Intermédiaires bancaires)

Réponse de le 16/04/2012 à 15:22 :
Ou, plus précisément : comment se faire de l'argent sur le malheur des autres..
Réponse de le 18/04/2012 à 9:17 :
Excessif, donc insignifiant
a écrit le 14/04/2012 à 10:35 :
Bonjour.

Le rachat de crédits (regroupement de prêts) a un coût, c'est certain.
Il reprend les crédits revolving, conso, voire immobilier, pour n'en faire qu'un. Le but est d'avoir des mensualités plus basses. Et pour cela il faut rallonger la durée.
Le taux n'est pas négociable, ni bas (autour de 8 % nominal). Plus bas cependant que les revolving repris.
Mais le taux d'endettement après rachat peut varier. Ce n'est pas un refus après 42 %. Voilà une erreur. Comptez entre 40 à 50 % en fonction du profil du dossier.
Les banques de réseau envoient le plus souvent leurs dossiers aux courtiers, là où elles ne peuvent plus intervenir (en consommation, elles vont sur 7 ans). Les banques de regroupement vont jusqu'à 12 ans en consommation. Et 35 ans en hypothécaire. Non 30 ans.
Enfin, se sont des banques spécialisées, certes, mais des banques qui font le regroupement. Mieux vaut donc prévenir que guérir.
Je suis bien contente de voir des banques qui adressent leurs clients avant que ceux ci n'utilisent trop le découvert. Si les commissions d'intervention, les découverts sont repris. Cela devient plus délicat dès lors que nous observons des rejets, des impayés.
Attention donc.
Pour ne pas avoir de rachat à faire, Bastien, pourquoi pas... Pas de crédit, c'est plus simple.
Mais dès lors qu'il y a trop de crédits, penser au rachat peut éviter bien des soucis.
Huissier, vente du bien, fichage, plan de surendettement... Si un rachat est possible, peut-être vaut-il mieux le faire finalement. Cela a un coût. Mais si les personnes qui font un rachat mettent une partie de leur gain mensuel en épargne, ils évitent ainsi de refaire des crédits, peuvent rembourser par anticipation le rachat, voire palier les imprévus (frais de garagiste, électro ménage...).
Il faut de tout pour faire un monde. Si le rachat existe, il aide certaines personnes. Mais il n'est pas obligatoire non plus.
Le plan de surendettement existe (selon moi c'est à prévoir en cas de refus de rachat à plus de 50 % d'endettement après rachat).
La vente du bien immobilier est possible.
Négocier organisme par organisme pour réaménager ses prêts (cela prend du temps, le gain mensuel est moindre, mais le coût global aussi).
Prêt familial, avec un peu de chance.
Ne voyons pas tout en noir.
et surtout n'informons pas à tort.
Cordialement.

Muriel L
Réponse de le 14/04/2012 à 13:16 :
Là, sur le coup, c'est vous qui informez à tort. Le rachat de crédit est une aubaine excellente qui permet à l'organisme de gagner une fortune énorme en intérêts. D'ailleurs, 8% sur 30 ans, voyez combien cela multiplie la somme initiale...
Réponse de le 14/04/2012 à 13:29 :
Vous ne faites que répéter mes chiffres et ce que je disais : le rachat de crédit a un coût, c'est certain...
Réponse de le 18/09/2013 à 13:54 :
De toute évidence, parmi toutes les informations données, vous vous êtes contenté de sélectionner celles qui vous permettent de démonter la démarche du rachat de crédits. Jamais vous n'obtiendrez du 8% sur 30 ans. Sur une telle durée, il s'agit d'un prêt avec garantie hypothécaire, les conditions sont donc différentes. Ce taux de 8% est, me semble t-il, donné à titre indicatif, dans le cas d'une reprise de prêts conso sans garantie.
Bien sûr que cette opération coûte de l'argent, mais ces organismes spécialisés sont bien les seuls à donner la chance et surtout à prendre le risque, de reprendre les dettes de personnes ayant rencontré des accidents de la vie.
Vous, accepteriez-vous de le faire ou travailler pour rien?
Cordialement.
a écrit le 14/04/2012 à 6:52 :
Le seule solution miracle est de n'avoir aucun crédit. Lorsque l'on paie cash, on ne doit rien à personne. Cela demande juste un peu de patience mais c'est ainsi que l'on fait fortune.
a écrit le 13/04/2012 à 20:44 :
solutions qui aide le peuple devant le pouvoir économique sont tj désirables !
a écrit le 13/04/2012 à 19:35 :
Tant qu'un descendant pourra refuser l' "héritage", les investisseurs perdront de l'argent... Le mieux est d'endetter les états sur des centaines d'années. Ha? C'est déjà fait..?!?!
Réponse de le 01/05/2012 à 20:18 :
Sous l'Ancien Régime, la dette pouvait s'éteindre avec le souverain ;)
Réponse de le 04/02/2015 à 11:44 :
Il faut refuser l'héritage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :