La Tribune

Faut-il fermer son PEP (plan d'épargne populaire) ?

Francois Leneveu, président du directoire d'Altaprofits  |   -  288  mots
Francois Leneveu, président du directoire d'Altaprofits, plaide en faveur de ce produit dont la commercialisation a cessé en 2003 mais qui est encore détenu par bon nombre de Français.

Bien que la diffusion des Plans d'Epargne Populaire (PEP) se soit arrêtée en 2003, deux millions d'épargnants en détiennent encore, sous forme bancaire ou assurance, pour plus de 40 milliards d'euros.

Ils ont raison de garder ce produit. En effet, le législateur avait été généreux, notamment pour la version assurance. Car, en plus des atouts de l'assurance vie, ces contrats bénéficient de trois avantages supplémentaires : la garantie en capital pour les sommes versées, l'exonération totale des gain après huit ans et enfin, la possibilité d'obtenir une rente défiscalisée !

Malgré ces atouts, presque tous les établissements délaissent la gestion de leur PEP. D'abord, les rendements sont insuffisants. En 2008, les fonds en euros ont rapporté environ 3,5 % nets de frais de gestion, alors que ceux de l'assurance vie ont souvent offert plus de 4%. Ensuite, trop de PEP sont encore monosupports, c'est-à-dire qu'ils ne proposent pas d'unités de compte (fonds actions, obligataires, monétaires...). Du coup, la CSG-RDS écorne le rendement annuel. Enfin, les PEP bancaires existent toujours, alors qu'ils ne présentent aucun intérêt par rapport au PEP assurance et ne bénéficient pas de l'avantage successoral.

Si votre PEP n'est pas performant, impossible de le fermer pour en ouvrir un autre. En revanche, la loi de 1992 vous autorise à le transférer vers un meilleur gestionnaire sans perte de l'antériorité fiscale ! De même, un PEP bancaire peut être transformé en PEP assurance. A vous ensuite de choisir un bon PEP, avec un solide fonds en euros (minimum 4% nets en 2008), peu ou pas de frais d'entrée, des frais de gestion annuels inférieurs à 1% et une large palette de supports disponibles.

Réagir

Commentaires

FIFI  a écrit le 02/03/2010 à 17:45 :

Sur le dernier semestre 2009, j'ai fait des transferts sur ce compte car son taux était le plus intéressant. Depuis j'ai reçu un courrier le mois dernier me signalant que le taux avait été réajusté à partir de 01/2010 à 2.80 %. Hasard ou piège ? Qu'en est-il pour vous ?

ca rapporte  a écrit le 10/01/2010 à 12:19 :

Article incomplé et pessimiste;
Je possede un pep's jaune au credit agricole ouvert avant 1993 avec un taux brut de 5.25% en 2099 soit 4.61% net.Un des meilleurs placement securitaire qui existe aujourd'hui Qui dit mieux?

L. BODIN  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Oui, il faut conserver son PEP et transférer un PEP bancaire vers un PEP assurance mais la sécurisation de l'épargne vous amène à tout investir sur un actif en euros. Or, tous les actifs en euros ne se valent pas. Il faut étudier les rendements des dernières années et s'intéresser à l'évolution des provisions qui pérennisent le rendement (www.cedrefinance;fr). L'assurance-vie est le seul produit ne pouvant être transféré d'un établissement à un autre... sauf dans le cadre du PEP. C'est une chance !

citizenzen  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

On peut aussi transférer son PEP vers un organisme financier plus dynamique que sa banque ! quelques uns prospectent en ce sens.

ideal  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

En fait le PEP est le meilleur moyen d'investir en actions vu la garantie sur le capital investi!