La Tribune

Assurance auto : comment sont calculés les bonus et malus ?

Bertrand Geoffroy, directeur du pôle assurance chez Assurland  |   -  297  mots
Bertrand Geoffroy, directeur du pôle assurance chez Assurland, explique le fonctionnement du bonus-malus.

Le bonus-malus, ou coefficient de réduction/majoration (CRM ), est un élément central dans la tarification de l'assurance du véhicule. Il s'applique à tous les véhicules de tourisme, camionnettes et motocycles de plus de 80 cm3 et quel que soit l'assureur.

Le principe : lorsque vous ne causez pas d'accident, vous bénéficiez d'un bonus et votre prime s'en trouve, normalement, diminuée. Dans le cas contraire, vous écoperez d'un malus et payerez une cotisation plus élevée. Dans le meilleur des cas, la prime versée peut être réduite de moitié grâce au bonus. En cas de malus, elle peut coûter, à l'inverse, jusqu'à 3,5 fois plus cher. Après deux ans sans sinistre, on revient à une situation sans bonus ni malus. Bon à savoir : aucun malus ne peut intervenir lors du premier sinistre survenu après une période d'au moins 3 ans au cours de laquelle le bonus a été de 0,50.
Chaque année sans sinistre engageant votre responsabilité entraîne une réduction de 5 % de ce coefficient (7% pour un usage professionnel). En résumé, 13 années d'assurances sans accident responsable permettent d'atteindre le bonus maximum (0,50).

En cas de sinistre, on ne tient pas compte dans le calcul du CRM de tout ce qui ne relève pas de la responsabilité de l'assuré (vol, incendie, bris de glace, tempêtes, etc.). Idem si vous êtes victime d'un accident dont vous n'êtes pas déclaré responsable. Vous n'êtes que partiellement responsable ? La majoration appliquée à votre bonus/malus de l'échéance précédente sera de 12,5%. Lorsque vous êtes totalement responsable, elle sera de 25%. Enfin, si plusieurs sinistres interviennent au cours d'une même période, un nouveau coefficient sera calculé à chaque fois.

Cliquez ici pour accéder à l'ensemble des "questions pratiques"

Réagir