Allianz récompense les conducteurs de voitures semi-autonomes

 |   |  455  mots
L'assureur allemand utilise la France comme terrain de jeu pour ses innovations
L'assureur allemand utilise la France comme terrain de jeu pour ses innovations (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Après une assurance connectée qui surveille votre conduite pour vous récompenser si vous êtes responsable, Allianz France continue de se placer sur les nouvelles technologies en proposant une formule moins chère pour les voitures semi-autonomes.

Allianz est le premier à surfer sur la vague. En effet, l'assureur allemand, bien implanté en France, a annoncé le lancement d'une assurance adaptée aux voitures semi-autonome dans un communiqué publié le 8 août 2016. Ainsi, si votre voiture est équipée d'un système de freinage d'urgence autonome, de stationnement automatique ou d'un régulateur de vitesse avec freinage automatisé, vous pouvez bénéficier d'une réduction allant jusqu'à 25% sur le montant de vos cotisations.

Pour justifier ce tarif préférentiel, l'assureur se base sur la prépondérance du facteur "comportement humain" dans les causes d'accident de la route. Inattention, vitesse ou manque de reflexe, 9 accidents sur 10 sont dus à une faute du conducteur, selon les statistiques de la sécurité routière. Les systèmes d'aide au pilotage sont censés réduire ces causes et donc faire baisser le nombre d'accidents. Ainsi, si la sinistralité baisse, les tarifs de l'assurance peuvent baisser également, l'effet inverse étant régulièrement constaté.

Allianz déjà à l'origine de la première formule d'assurance connectée en France

L'assureur allemand place en tout cas beaucoup d'espoir sur ces nouvelles technologies, dont l'efficacité a été "démontrée par les analyses du centre de recherches européen d'Allianz sur les risques automobiles", comme le rappelle François Nédey, directeur technique assurance des biens et des responsabilités d'Allianz France. L'assureur a donc "décidé d'encourager l'usage de ces innovations" pour "contribuer à renforcer la sûreté sur les routes", ajoute François Nédey.

Les récents déboires de la voiture entièrement autonome de Tesla, impliquée dans un accident mortel le 7 mai dernier en Floride, n'ont pas échaudé le géant allemand du secteur de l'assurance, qui a donc choisi la France pour sa nouvelle expérimentation. Et ce n'est d'ailleurs pas la première fois : Allianz France était déjà à l'origine d'une nouveauté importante en matière d'assurance auto en 2015, avec son système d'assurance connectée.

La formule Allianz Conduite permet au conducteur de réduire le montant de ses primes d'assurance jusqu'à 30%. Pour cela, il faut accepter de voir sa conduite constamment surveillée. En effet, le système d'assurance connectée d'Allianz utilise votre smartphone afin de collecter vos données de conduite et relever trois indicateurs en particulier : le style de conduite (freinage, accélération, manière de prendre les virages), le type d'usage (jour/nuit, semaine/weekend) et la fréquence d'utilisation de votre véhicule. Si ces indicateurs s'avèrent satisfaisants aux yeux d'Allianz, vous êtes alors considéré comme conducteur responsable et le prix de votre cotisation baissera au prochain anniversaire de votre contrat. Selon l'assureur, cette formule aurait déjà séduit 13.000 clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 12:48 :
Et 10 ans après, quand ces systèmes tomberont en panne et que les conducteurs auront perdu l'habitude de faire attention, est-ce qu'Allianz remboursera toujours les accidents ?
a écrit le 11/08/2016 à 9:47 :
Bref de quoi vous dégouter de la conduite, prenez le train.
a écrit le 11/08/2016 à 8:56 :
et hop, encore une inégalité de plus. Ceux qui ont des sous pour acheter une voiture neuve vont payer moins cher. Et moi avec ma vieille voiture tous les ans on m'augmente de 8% en prétextant qu'il y a de plus en plus de sinistres. Perso pas 1 seul depuis plus de 10 ans....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :