Assurance auto : pour économiser, mieux vaut être sérieux sur Facebook

 |   |  475  mots
En analysant les profils Facebook de ses clients, la compagnie d'assurance britannique Admiral promettait une remise allant jusqu'à 350 livres par an pour les conducteurs jugés les plus prudents.
En analysant les profils Facebook de ses clients, la compagnie d'assurance britannique Admiral promettait une remise allant jusqu'à 350 livres par an pour les conducteurs jugés les plus prudents. (Crédits : Le Lynx.fr)
La compagnie britannique Admiral souhaite indexer le prix de son assurance automobile sur le profil Facebook des conducteurs. Mais la société de Mark Zuckerberg bloque le projet.

Aux yeux de la compagnie d'assurance Admiral, faire des listes et écrire des phrases courtes sur Facebook fait du client un conducteur prudent. La société britannique a lancé mercredi un nouveau service, First Car Quote, bloqué dans la foulée par Facebook. L'idée : analyser les publications de ses clients sur le réseau social afin d'en déduire leur comportement au volant - et fixer le prix de l'assurance automobile en conséquence. La souscription de ce service se fait sur la base du volontariat.

"Nous voulons nous assurer que les conducteurs prudents ne sont pas pénalisés et qu'ils obtiennent le meilleur prix possible", écrit Admiral sur son site Internet. Le programme s'adresse principalement aux jeunes et aux automobilistes ayant leur première voiture. En fonction du comportement du client, la compagnie accorde une réduction entre 5 à 15%, permettant d'économiser jusqu'à 350 livres sur l'année.

Surveiller son langage

L'algorithme développé par Admiral analyse le vocabulaire de ses clients sur le réseau social, explique The Guardian. Ainsi, un automobiliste sera jugé consciencieux s'il écrit des "phrases courtes et concrètes, utilise des listes et s'arrange pour rejoindre ses amis à un lieu et une heure donnée, plutôt que d'utiliser simplement l'expression "ce soir".

Au contraire, les clients utilisant trop régulièrement les "toujours" ou "jamais", plutôt que "peut-être", seront considérés comme trop confiants. La mise en service de ce programme a été reportée car Facebook l'estime contraire à ses conditions d'utilisations, rapporte The Verge.

Des "pratiques intrusives"

"N'utilisez pas de données obtenues par Facebook pour prendre des décisions sur l'admissibilité d'une personne, notamment concernant l'acceptation ou le refus d'une demande ou les intérêts à facturer pour un prêt", note Facebook. Dans un communiqué, l'entreprise de Mark Zuckerberg précise : "Nous nous sommes assurés que toute personne utilisant cette application soit protégée par nos lignes directrices et qu'aucune donnée ne soit utilisée pour évaluer leur admissibilité. Les comptes Facebook ne seront utilisés qu'à des fins de connexion et de vérification." Selon The Guardian, Admiral et Facebook seraient en négociation.

Open Rights Group, qui milite pour le droit à la vie privée sur Internet, a approuvé la décision de Facebook dans un communiqué. L'association britannique dénonce : "De telles pratiques intrusives pourraient voir les décisions prises contre certains groupes sur la base de préjugés sur la race, le sexe, la religion ou la sexualité - ou parce que leurs publications peuvent les rendre non conventionnels d'une certaine manière." Elle poursuit : "Cela pourrait changer la façon dont les gens utilisent les médias sociaux, encourageant l'autocensure en prévision de décisions futures."

| LIRE AUSSI : Objets connectés : que va changer pour vous la révolution des données ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2016 à 15:53 :
Ben oui mais les assurances et les banques se permettent tout ce qu'elles veulent l'autorité publique leur autorise tout.

Et ils vont de plus en plus loin c'est un fait.
a écrit le 04/11/2016 à 10:09 :
Ne l'ai-je pint dit depuis longtemps ! Face de bouc et les autres collectent vos infos pour les revendre, ce qui permet ce genre de pratique à votre detriment...et ce n'est qu'un début, car à mon humble avis, on va trouver un moyen pour obliger les gens à avoir un compte Face de bouc ou autre pour exiger qu'ils donnent leurs infos :-)
Réponse de le 08/11/2016 à 11:52 :
le jour où les utilisateurs comprendront Facebook peut être comparé aux réseau de voyeurs qui passant devant chez vous, tentent de voir ce qui se passe dans votre vie privée, ils agiront avec plus de clairvoyance. Cela devrait d'ailleurs être enseigné dans les écoles dès que les enfants commencent à jouer sur Internet.
a écrit le 04/11/2016 à 9:04 :
big brother ! ta vie ne t appartient plus! on l avait pensé nous l avons fait !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :