Comment surveiller la hausse de son assurance habitation ?

 |   |  376  mots
(Crédits : Reuters)
Les tarifs d’assurance n’évoluent pas au hasard. L’assurance habitation se base d’une part sur la sinistralité de l’année précédente, sur des critères spécifiques liés à l’assuré mais également sur l’indice du coût de la construction de la Fédération Française du Bâtiment. Explications.

Les éléments qui varient selon le profil de l'assuré

 

Comme chacun sait, le tarif de l'assurance habitation dépend de critères qui ont un rapport direct avec l'assuré :

 

Le lieu de résidence : le tarif d'une assurance logement dépend particulièrement de la localisation de l'habitation. Les assureurs considèrent par exemple qu'un logement situé en zone urbaine est davantage exposé aux risques qu'un autre situé à la campagne. Conséquence : les tarifs d'assurance habitation risquent d'être plus élevés en zone urbaine.

 

La valeur des biens du logement : les compagnies d'assurance couvrent aussi bien la valeur de l'immeuble que celle des biens mobiliers contenus par le logement. Plus la valeur est élevée, plus l'assurance risque d'être chère. C'est pourquoi il est important de bien définir la valeur de ses biens, pour qu'en cas d'indemnisation la prise en charge soit plus juste.

 

Le statut de l'occupant : propriétaire ou locataire, l'assureur ne considère pas ces statuts égaux, la prime d'assurance logement varie donc.

 

La franchise : ce restant à charge a directement un impact sur le tarif d'assurance. Plus la franchise est élevée, plus la prime a de chance d'être vue à la baisse. Et vice versa. Trouver un bon compromis entre les deux est la solution pour bénéficier d'une bonne assurance habitation.

 

Les éléments qui ne dépendent pas des assurés

 

Les assureurs se basent également sur des critères plus généraux qui cette fois ne dépendent pas de l'assuré lui-même, mais plutôt du secteur du bâtiment. C'est ainsi que l'assurance habitation entre dans une sorte de grille tarifaire, permettant d'éviter les débordements dans l'établissement des primes d'assurance.

 

Les compagnies d'assurance habitation s'appuient donc sur l'indice du coût de la construction de la Fédération française du bâtiment (FFB) pour indexer les nouveaux tarifs de l'assurance logement. Cet indice est calculé à partir du prix de revient d'un immeuble à Paris, sans tenir compte de la valeur des terrains.

 

Ce troisième trimestre 2013, l'indice du coût de la construction s'établit à 914,4, soit une baisse de 1,4 % sur un an, ce qui laisse présager une baisse dans les tarifs de l'assurance habitation à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :