Assurance habitation : comment se faire rembourser en cas de catastrophe naturelle

 |   |  526  mots
L'ouragan Irma a déjà provoqué des dégâts matériels qui dépassent le milliard d'euros...
L'ouragan Irma a déjà provoqué des dégâts matériels qui dépassent le milliard d'euros... (Crédits : Handout .)
Ouragans, inondations, sécheresse, glissement de terrain et tremblement de terre. Voici les différentes situations pouvant ouvrir le droit à la garantie de catastrophe naturelle, qui accélère l'indemnisation de l'assuré. Explications.

(Article initialement publié le 16 septembre 2016 et mis à jour le 11 septembre 2017 à 19h23)

1,2 milliard d'euros de dommages... Outre le bilan humain déjà très lourd, l'ouragan Irma a provoqué des dégâts matériels colossaux sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, selon les chiffres publiés samedi par la Caisse centrale de réassurance (CCR). Le réassureur public spécialisé dans les catastrophes naturelles précise que "ce montant recouvre les dommages aux habitations, aux véhicules et aux entreprises". Lorsque l'on est frappé par un événement climatique de cette ampleur, il est important d'être bien protégé par son assurance afin de se faire indemniser correctement et dans les meilleurs délais.

Si vous avez opté pour une assurance habitation de base, comme une garantie des risques locatifs si vous louez votre logement, vous ne bénéficierez que de la responsabilité civile. C'est-à-dire que seuls les dommages causés à autrui ou à leurs biens seront pris en charge. Ainsi, dans le cadre d'une location, si un dégât des eaux ravage le parquet de votre appartement, votre assurance prendra en charge les réparations car cela concerne le bien d'autrui, le propriétaire en l'occurrence, mais ne couvrira pas vos meubles. Pour être remboursé pour les dommages causés à son propre logement ou à ses biens, il faut donc souscrire une assurance multirisques habitation, dans laquelle une garantie catastrophes naturelles sera forcément présente.

Avant même de savoir si l'événement climatique sera reconnu comme catastrophe naturelle, vous pouvez effectuer une déclaration de sinistre à votre assureur. Ce dernier vous accorde en général cinq jours pour faire les démarches nécessaires vous permettant d'être indemnisés par la suite, mais il ne peut quoiqu'il en soit « pas refuser de vous couvrir à cause d'un simple retard », comme le rappelle l'UFC-Que Choisir. Il vous faudra y indiquer les références de votre contrat, décrire les dommages subis et lister tous les biens endommagés, avec un justificatif permettant d'en attester l'existence et/ou la valeur.

Provision sur indemnités dans les deux mois

La garantie catastrophes naturelles s'activera si l'événement climatique dont vous avez été victime est reconnu comme tel par un décret publié au journal officiel. Pour en bénéficier, vous devez déclarer le sinistre au plus tard dix jours après la parution du décret. La déclaration se fait selon les modalités évoquées précédemment. L'état de catastrophe naturelle permettra d'accélérer le processus d'indemnisation et de le rendre incontestable par l'assureur. Ainsi, vous toucherez une provision sur indemnités dans les deux mois qui suivent l'envoi de la déclaration de sinistre ou de l'arrêté (si vous avez envoyé la déclaration avant). Dans les trois mois suivant cette date, vous serez obligatoirement indemnisé.

Comme dans beaucoup de situations liées à l'assurance, une franchise (somme restant à votre charge) sera appliquée sur votre indemnisation. Elle est légalement définie et s'élève à 380 euros pour les habitations et à 1.520 euros pour un mouvement de terrain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :