La Tribune

Les tarifs des complémentaires santé vont-ils encore augmenter ?

Raphaël Reiter, directeur général d'Assuréo  |   -  295  mots
Raphaël Reiter, directeur général d'Assuréo, estime que les mutuelles constitueront à l'avenir un important poste de dépense pour les ménages.

C'est une certitude, les tarifs des complémentaires vont augmenter dans les années à venir. Reste à déterminer l'ampleur de l'augmentation. On estime que pour maintenir des niveaux de couverture identiques à ceux que nous connaissons aujourd'hui, les tarifs devraient être réajustés au minimum de 8 % par an dans les prochaines années, sachant qu'ils se sont déjà renchéris de 20 % entre 2005 et 2008. Certains organismes pourront peut-être amortir une petite partie de cette hausse avec leurs fameuses réserves évoquées par la ministre de la Santé. Ce ne sera pas le cas de ceux qui ont pratiqué des politiques de prix les plus justes. À garanties égales, les contrats devraient donc coûter entre 5 % et 15 % de plus par an.

Trois facteurs expliquent ces hausses. D'abord, les prix pratiqués par les complémentaires suivent a minima l'évolution des dépenses de santé en France. Or, celles-ci devraient se renchérir de 5,3 % par an jusqu'en 2015.

Ensuite, le trou abyssal de la Sécurité sociale (20,1 milliards prévus en 2009) va obliger les gouvernements successifs à transférer une partie des charges vers les assurés sociaux ou vers les complémentaires (taxes, déremboursements...). Or, chaque milliard transféré vers les complémentaires augmente mécaniquement leurs coûts de 3,4 %.

Enfin, les montants des dépassements d'honoraires et des actes ou produits non remboursés par la Sécurité sociale mais parfois pris en charge par les complémentaires (patchs antitabac, homéopathie, vaccins, pilule contraceptive, etc.) s'envolent d'au moins 10 % l'an.

Autant dire que la complémentaire va prendre une part croissante dans le budget des ménages. À l'avenir, les assurés devront consacrer quelques heures par an à vérifier que leur contrat reste adapté à leurs besoins, et qu'il offre un bon rapport qualité-prix.

Réagir