EXCLUSIF Assurance maladie : les mutuelles santé menacent d'augmenter leurs tarifs de 8%

 |   |  511  mots
Découvrez dans cette interview du docteur Jean-Martin Cohen-Solal, directeur général de la Mutualité française, ce qui risque d'arriver aux clients des mutuelles santé face aux réductions de remboursement de sécurité sociale que prépare le gouvernement pour faire des économies dans le budget 2011 et réduire le "trou de la Sécu".

La Tribune -Le gouvernement qui fait la chasse aux niches fiscales et sociales dans le cadre de la préparation du budget 2011  pourrait aussi annoncer un plan de 2,5 milliards d'euros d'économies. Est-ce à la hauteur des enjeux ?

Docteur Jean-Martin Cohen Solal, directeur général de la Mutualité française - C'est clair que ce n'est pas à la hauteur des enjeux. Il suffit de comparer ce montant de 2,5 milliards d'euros aux 12 ou 13 milliards de déficit annuel accusé par l'assurance-maladie. Il ne s'agit là que de rustines. Les 2,5 milliards ne permettront au mieux que de maintenir le déficit au niveau de 2010 ! De plus, parler d'économies avec ce plan est un abus de langage. Ce sont des économies pour la Sécurité sociale, mais certainement pas pour les Français qui, eux, paient chaque mois leur mutuelle ou leur assurance complémentaire.

- Cela veut-il dire que les mutuelles vont augmenter les cotisations si les mesures comme la baisse du taux de remboursement de certains médicaments ou de certains actes étaient confirmées ?

Contrairement à la Sécurité sociale, les mutuelles ne peuvent pas être en déficit. Elles doivent non seulement avoir un budget à l'équilibre, mais aussi disposer de réserves. Si toutes ces mesures se confirment, les mutuelles n'auront donc pas d'autre choix que de relever le niveau des cotisations.

- Concrètement, de quelle ampleur pourrait-être le relèvement des cotisations ?

- Il y a quelques jours, nous avons appris que les complémentaires santé allaient être soumises à une nouvelle taxe de 1,1 milliard d'euros sur les contrats santé responsables pour financer la Cades. Dans le plan d'économies évoqué aujourd'hui, il y aurait encore 500 millions d'euros de plus à la charge du secteur. A cela, il faut ajouter l'augmentation tendancielle des dépenses de santé de l'ordre de 2,8 %. Si on met tout cela bout à bout, cela pourrait représenter 8 points d'augmentation des cotisations. Ceci ne manquera pas de pénaliser les adhérents des mutuelles, très largement issus des classes moyennes.

- Vous êtes en désaccord avec les mesures envisagées mais quelles sont vos alternatives ?

- Tout d'abord convaincre les députés et sénateurs de ne pas voter de telles mesures ! Ce plan d'économies se limite à des mesures strictement financières, il ne traite pas le problème de fond, à savoir comment rendre le système de soins plus efficient ? Parfois même le gouvernement donne des signaux contradictoires. C'est notamment le cas avec la taxation de 3,5 % sur les contrats santé responsables pourtant créés en 2004 dans le cadre de la réforme de l'assurance maladie pour améliorer la coordination des soins. Globalement, il faudrait réfléchir à réorganiser la médecine de ville, revoir la manière dont nous prenons en charge les maladies chroniques puisque chacun sait que pour ces pathologies le paiement à l'acte n'est pas adapté et développer par exemple la chirurgie ambulatoire. En fait, tout ceci nécessite de modifier les habitudes et les comportements des assurés et des professionnels de santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :