Le Conseil mondial de l'or veut réformer la méthode de fixation des prix

 |   |  471  mots
Le processus de fixing a été institué il y a près d'un siècle, il n'est donc pas surprenant qu'il ait besoin d'être dépoussiéré et modifié pour répondre aux nouveaux besoins de régulation, de transparence et de technologie, a déclaré Natalie Dempster, en charge des relations avec les banques centrales et des politiques publiques au CMO. /Reuters
"Le processus de fixing a été institué il y a près d'un siècle, il n'est donc pas surprenant qu'il ait besoin d'être dépoussiéré et modifié pour répondre aux nouveaux besoins de régulation, de transparence et de technologie", a déclaré Natalie Dempster, en charge des relations avec les banques centrales et des politiques publiques au CMO. /Reuters (Crédits : Reuters)
Le CMO veut évoluer vers un calcul à partir de transactions effectives afin qu'il devienne un prix d'échange et plus seulement une référence.

Alors que la fixation des prix de l'or et de l'argent font l'objet d'une surveillance accrue des autorités de régulation en Europe et aux Etats-Unis depuis le scandale de la manipulation du taux interbancaire Libor (London Interbank Offered Rate) l'an dernier, le Conseil mondial de l'or (CMO) a annoncé mercredi son intention de réformer le "fixing" quotidien de l'or, institué il y a 95 ans.

Le CMO veut promouvoir la demande de métal fin

Dans un communiqué, le CMO, fédération des principales compagnies minières d'or du monde, a pour objet de promouvoir la demande de métal fin, précise qu'il tiendra une première réunion à Londres le 7 juillet avec les différentes parties intéressées - banques, raffineurs, banques centrales et compagnies minières - ainsi que la Financial Conduct Authority, l'autorité de régulation britannique, en tant qu'observateur.

"Le processus de fixing a été institué il y a près d'un siècle, il n'est donc pas surprenant qu'il ait besoin d'être dépoussiéré et modifié pour répondre aux nouveaux besoins de régulation, de transparence et de technologie", a déclaré Natalie Dempster, en charge des relations avec les banques centrales et des politiques publiques au CMO.

Deux fois par jour par téléphone entre banquiers

Tandis que le "fixing" est effectué actuellement deux fois par jour par un groupe de banques qui se consultent par téléphone pour établir un prix de référence à partir des transactions entre leurs clients. Le CMO propose que le nouveau fixing soit établi sur la base de transactions effectivement conclues et soit un prix d'échange, pas seulement de référence.

Les données servant à cette opération devront être transparentes, autrement dit publiées et sujettes à des audits, et le prix devra avoir été calculé à partir d'un marché profond et liquide, ajoute-t-il. L'organisation explique :

"Il devra représenter un prix livrable physiquement, puisque beaucoup d'utilisateurs demandent une livraison physique de l'or."

Le mois dernier, la banque britannique Barclays, mise en cause l'an dernier dans l'affaire du Libor, a écopé d'une amende de 26 millions de livres pour des manquements dans ses contrôles internes qui ont permis à un trader de manipuler le fixing de l'or. Notons à cet égard que plusieurs sociétés ou groupements comme le London Metal Exchange (LME) et InterContinental Exchange (ICE), qui a repris en février le calcul du Libor, ont proposé des alternatives que la London Bullion Market Association (LBMA) examinera cette semaine.

Quant au "fixing" de l'argent, institué il y a 117 ans à Londres et également réalisé par téléphone, il cessera au mois d'août, comme annoncé le 14 mai.

Pour aller plus loin:

>> Les amendes bancaires sont de plus en plus salées aux Etats-Unis

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2014 à 21:59 :
L'or a un boulevard devant lui. Quand on sait que l'extraction, le conditionnement, la commercialisation, les amortissements, le transport etc. coûtent un peu plus de 1000 dollars l'once on se dépêche d'en acheter. Moi, l'or j'adore !
a écrit le 18/06/2014 à 13:55 :
Sous couvert de bonnes pratiques et du bla bla habituel pour justifier un changement, le but final est de faire monter l'or ou le faire baisser ?????.
a écrit le 18/06/2014 à 13:33 :
La meilleure des solutions : la cotation à la criée, sur un groupe de criée de marché organisé, sous le contrôle d'une autorité de marché. En faisant autrement, on finit toujours par tomber dans les mêmes ornières de marchés manipulés. Le vrai libéralisme, çà passe par des marchés centralisés et organisés. Pas par tous ces marchés de gré à gré où on se cote ce qu'on veut entre quatre yeux. Qu'on se le dise.
a écrit le 18/06/2014 à 13:30 :
Il anticipe les futures scandale du fixing du LME... Car le panel du LME est encore plus restreint que celui du Libor mais les impacts de ce fixing sont moins importante que LIBOR (Pret immobilier, pret aux entreprises, organisme publique...)
a écrit le 18/06/2014 à 12:42 :
Ce serait, en effet, plus transparent. Donc, ce sera refusé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :