Les Français ont gagné 29% de pouvoir d'achat immobilier en huit ans

 |   |  389  mots
La baisse des taux de crédit et la hausse très contenue des prix ont permis aux emprunteurs français de gagner près de 30% de pouvoir d'achat immobilier.
La baisse des taux de crédit et la hausse très contenue des prix ont permis aux emprunteurs français de gagner près de 30% de pouvoir d'achat immobilier. (Crédits : Statista*)
Si les taux de crédit immobilier ont massivement chuté dans toute l'Europe ces dernières années, cela ne signifie pas pour autant que les emprunteurs européens ont tous vu leur pouvoir d'achat immobilier augmenter considérablement. Les évolutions en matière de prix immobiliers sont en effet très disparates selon les pays.

La baisse des taux de crédit immobilier permet-elle réellement aux Français d'acheter plus facilement un bien immobilier ? Selon l'étude du Crédit Foncier sur l'évolution du pouvoir d'achat immobilier des ménages européens sur les huit dernières années, l'impact serait très net pour la France, mais moins pour d'autres pays.

Ainsi, grâce à la baisse des taux de crédits immobilier entre 2008 et 2016 (- 60%), les Français ont vu leur pouvoir d'achat dans ce secteur croître de 29%, les prix de l'immobilier n'ayant augmenté que de 1% pendant la même période. Pour la France, une baisse des taux d'intérêts de l'ordre de 60% équivaut à diviser par trois "la charge des intérêts d'un crédit immobilier", précise le Crédit Foncier. Au 1er septembre 2016, les Français pouvaient ainsi acquérir un bien, à mensualité et durée de prêt identiques, d'une surface supérieure de 29% à celle qu'ils pouvaient acheter en 2008.

Non prise en compte du niveau de revenus

Si le gain en pouvoir d'achat est donc considérable en France, il est encore plus conséquent en Espagne, où il s'élève à 87%. Si l'évolution des taux d'intérêts est comparables à la notre (- 65%), c'est la chute des prix immobiliers, à -26%, qui provoque une telle hausse. Toutefois, il est nécessaire de préciser que le pouvoir d'achat immobilier évoqué par Crédit Foncier est une valeur qui ne se base que sur deux facteurs : les taux de crédit immobilier (sur 20 ans) et le niveau des prix. Il ne prend pas en compte l'évolution du niveau de revenus ou du budget des ménages concernés, particulièrement important lorsqu'on évoque un pays touché de plein fouet par la crise financière de 2008.

>> Lire aussi : Prix immobilier une hausse, mais pas de flambée

 A contrario, les gains de pouvoir d'achat immobilier en Allemagne (+5%) et au Royaume-Uni (+3%) sont ainsi beaucoup plus modestes, à cause d'une forte hausse des prix dans ces deux pays, à +29%.

Pris différemment, le gain peut aussi se voir du côté des mensualités. Pour l'achat d'un même bien, la mensualité nécessaire a diminué de 22% en France entre 2008 et 2016, contre 3% pour le Royaume-Uni, 4% en Allemagne et 47% pour l'Espagne.

*Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2016 à 17:46 :
n'importe quoi cet article !!! pour l'actionnaire qui se goinfre toujours plus, c'est sur que la vie est de plus en plus belle mais pour les autres !!!
a écrit le 17/12/2016 à 11:16 :
Ben dites donc, j'ai rien vu passer !

Mais l'actionnaire machin qui a gagné 10 milliards pendant ce temps fait monter ce chiffre à ma place forcément...
a écrit le 17/12/2016 à 4:46 :
Cela serait intéressant de faire des comparaisons avec d'autres plages de temps :
* 1998-2008 où les prix ont doublés
* 2008-Mnt (l'étude actuel)
* 1998-Mnt (l'ensemble des deux)

Bref, où sommes nous dans le rattrapage de la surinflation immobilière de la décennie précédente ? Dans combien de temps reviendront à une inflation normal ? Quand les taux d'intérêts n'auront plus besoin de réduire le décalage entre le prix du marché et le pouvoir d'achat des ménages ?
a écrit le 16/12/2016 à 17:24 :
cet article n'est pas sérieux et l'est encore moins pour un quotidien financier
cette pub pour les agents immo c'est n'importe quoi
ça fait des années qu'on entretien de manière artificielle les prix de l'immo
le problème c'est que les revenus salariaux n'augment que très modérément alors que les prix eux ont flambé
l'atterrissage sera rude
Réponse de le 17/12/2016 à 13:06 :
TOUT A FAIT? c'est du foutage de gueule !
a écrit le 16/12/2016 à 12:10 :
article delirant. Si le prix d une voiture avait augmente de 20 % titrerait t on que le pouvoir d achat auto a augmente parce que le credit coutera moins cher et qu on pourra s endetter plus longtemps ???
Et de toute facon les taux vont recommencer a augmenter (en cours aux USA, c est juste une question de temps pour la BCE). donc les prix vont baisser. c est vraiment pa sle moment de fairfe un credit pour acheter un bien surrevalue ...
Réponse de le 16/12/2016 à 13:46 :
@cd
Vous avez à la fois raison et tort. C'est plus tordu que ça.
Les taux se sont effectivement réduits à peau de chagrin, et l'augmentation des prix immobiliers n'est que de 1% en moyenne nationale.
Le mot important dans ma phrase est "en moyenne nationale", sur les 36 000 communes que compte la France. C'est une jolie moyenne qui agrège :
- La France rurale dont les jeunes se barrent et où tout ferme, et dans laquelle les prix se rapprochent chaque jour un peu plus du zéro absolu.
- Les petites villes, avec quelques commerces de proximité, dans lesquelles les prix stagnent.
- Les grandes métropoles, et encore plus la région Île-de-France, où un jeune qualifié peut espérer trouver du boulot et se construire un avenir, et dans ces zones par contre, flambée des prix.

Les Français ont donc gagné effectivement 29% de pouvoir d'achat à condition d'acheter dans une sous-préfecture de Province sans réel dynamisme économique et sans perspectives d'évolution, et ils gagnent encore plus en pouvoir d'achat s'ils achètent dans les villages ruraux, dans les coins dans lesquels la maternité a fermé (en attendant que l'hôpital entier ferme).
En revanche, pour tous ceux qui veulent être à proximité de pôles d'activité, qui veulent de l'ascension sociale, là dans ces zones les prix ont flambé et ils se prennent l'augmentation de plein fouet.
Réponse de le 16/12/2016 à 16:14 :
Vous avez tout a fait raison, la moyenne ne veut rien dire. entre les endroit ou les prix ont baisse de 20 % et ceux ou ils ont doubles, il y a un monde.
Surtout qu une moyenne va avoir tendance a faire un % faible (il y a bien plus de transactions dans toute l auvergne qu a paris)
a écrit le 16/12/2016 à 11:56 :
Accéder à la propriété devient plus facile pour les français et permet de relancer notamment le secteur de la construction. Malgré ce constat, le nombre de personnes qui sont propriétaire de leurs logements est plus faible que chez nos voisins européens. Pour investir dans l'immobilier sans être propriétaire, les SCPI et le crowdfunding offrent de nouvelles possibilités : https://blog.beeinvested.ch/les-promoteurs-et-epargnants-seduits-par-le-crowdfunding-immobilier/
Réponse de le 16/12/2016 à 16:12 :
c est sur que c est une bonne idee de tendre vers l albanie, la roumanie ou meme l espagne .. fort % de proprietaires dans ces pays. par contre la suisse ou la RFA ont bien moins de proprietaire que nous... et curieusement ils vont bien mieux que nous !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :