La Tribune

Les livrets à taux "boosté" reprennent la main

Alexandre Phalippou  |   -  510  mots
Livret A en berne, Sicav monétaires au plus bas... seule la bataille des livrets à taux promotionnel rémunère encore bien les liquidités.

Avec 1,42 milliard de décollecte en octobre dernier, le message des épargnants a eu le mérite d'être clair : à 1,25 %, le livret A n'est plus suffisamment attractif. Et encore, c'est sans compter les 1,8 million de personnes repérées le jeudi 3 décembre par Bercy comme étant multi-détentrices, et qui vont devoir se séparer d'un de leurs livrets A avant la fin de l'année. Pour l'instant, l'essentiel des économies retirées du livret préféré des Français s'est dirigé vers les fonds en euros de l'assurance-vie. Mais si ce placement garantit la sécurité, il devient beaucoup moins rentable dès lors que l'on veut garder l'argent disponible et que le contrat a moins de huit ans.

Longtemps plébiscités, les Sicav ou fonds monétaires en euros n'ont plus la cote : à cause du niveau historiquement bas des taux. Ils ont rapporté, en moyenne 1,18 % sur un an au 1er décembre. Et encore, il s'agit là de rémunération brute. À compter du 1er janvier, il faudra appliquer les prélèvements sociaux dès le premier euro, ce qui ramènera le taux net à 1,03 %. Largement en dessous du livret A.

Restent les livrets à taux promotionnels, ou « super livrets » commercialisés par les ING, Cortal Consors et autres BforBank. Ils se livrent en effet, depuis quelques mois, à une concurrence acharnée afin de gagner de nouveaux clients. Encore faut-il savoir décrypter les promotions et choisir la plus adaptée à sa situation personnelle.

Le fonctionnement de ces livrets est toujours le même : il est possible d'y verser ou retirer des sommes gratuitement et à tout moment, et la rémunération est garantie. Bien entendu, l'idéal serait de transférer ses avoirs dès la promotion terminée vers un livret plus attractif. Sauf que, dans les faits, hormis une poignée de « chasseurs de primes » comme on les appelle chez les pros du marketing financier, les épargnants restent la plupart du temps fidèles. Si, vous disposez d'une grosse somme qui sera bientôt utilisée pour effectuer un gros achat, les taux à 5 % brut pendant quatre mois de BforBank ou les 2,90 % pendant six mois de Cortal Consors s'avéreront les plus pertinents.

Si, au contraire, vous souhaitez mettre de côté quelques centaines d'euros tous les mois afin de payer un voyage ou les impôts en fin d'année, mieux vaut donc privilégier un bon taux, quitte à ce que le montant soit plafonné, plutôt qu'une promotion basée sur la durée. C'est le cas de BinckBank, qui offre du 3 % brut (2,1 % net), ainsi que Monabanq, Fortuneo et BforBank (2,5 % brut, soit 1,75 % net, hors promotion).

Votre situation ne correspond pas à ces deux schémas ? Plusieurs comparateurs sur Internet peuvent vous aider. Le récent site indépendant Quellivret.com compare plus de 300 produits d'épargne (attention, il s'agit parfois d'assurance-vie). Bien que partie prenante, le site de BforBank propose également un comparateur objectif des performances des livrets disponibles en ligne en fonction du montant et de la durée de placement.

Réagir

Commentaires

Comparalivrets  a écrit le 01/02/2010 à 14:40 :

Les super livrets permettent de bien rémunérer les liquidités à court terme.