La Tribune

Les obligations d'Etat vont-elles se maintenir à des taux bas  ?

(Crédits : DR)
Christian Bito, professeur attaché de finance à l'Essec  |   -  302  mots
Christian Bito, professeur attaché de finance à l'Essec, analyse les raisons structurelles des niveaux actuels.

Avec un rendement de 3,05 % par an à la mi-avril, les taux d'Etat à 10 ans allemands frôlent leurs plus bas niveaux. En 2008, les taux à 10 ans japonais sont passés sous les 2  % et affichent 1,4 % en 2010.

Evidemment, la crise actuelle et la défiance à l'égard des emprunts grecs ne sont pas étrangers à la situation. Les investisseurs recherchent la qualité de la signature. C'est ce que l'on appelle le « fly to quality ».

Mais, au-delà de la conjoncture, des causes plus structurelles pourraient déboucher sur un maintien des taux bas dans les années à venir. Une des causes principales serait la pyramide des âges dans plusieurs pays développés. En Allemagne et au Japon, par exemple, 20 % et 21,6 % de la population a plus de 64 ans. Un âge auquel, logiquement, on ne prend plus le risque des marchés d'actions. En France, on préconise (et parfois on impose) un placement en obligations, notamment lorsque la sortie est réalisée sous forme de rente (contrats Madelin ). Le succès actuel du fonds en euros des assurances-vie en est la meilleure preuve. A l'avenir, les pyramides des âges montrent une accentuation inéluctable du vieillissement en Allemagne et en France (16,3 % de seniors en 2008). La plupart des épargnants « seniors » opteront pour l'obligataire. Face à l'afflux de demandes, les taux pourraient être tirés vers le bas.

A contrario, aux Etats-Unis, les seniors représentent à peine 12 % de la population, d'où une nette préférence des ménages pour la consommation, les actions et l'immobilier. Quitte à spéculer, comme dans l'immobilier qui a entraîné la crise de 2008. Encore plus jeune, la population chinoise, avec seulement 8 % de plus de 64 ans, se passionne pour la Bourse.

Pour accéder à toutes les questions pratiques, cliquez sur le lien ci-dessous

Retrouvez tous les jours de nouvelles "questions pratiques" dans le journal La Tribune.

Réagir