La Tribune

Que faire de son portefeuille boursier pendant ses vacances  ?

latribune.fr  |   -  310  mots
Les conseils de Benoît Grisoni, directeur de Boursorama Banque

Nombreux sont les particuliers qui laissent à l'abandon leur portefeuille boursier pendant les vacances. Et pourtant, ces dernières années nous ont montré que les mois d'été ne sont pas toujours les plus calmes sur les marchés ! Les amplitudes maximales sur les trois dernières périodes estivales (juin à septembre) ont été de -15% en 2007, -23% en 2008 et +30% en 2009. Heureusement, plusieurs outils et services permettent de rester informé sur l'évolution des marchés et de prendre les bonnes décisions sans rester rivé à son ordinateur.

Solder et arbitrer

Vous souhaitez vous consacrer entièrement aux vacances ? Faites un tour rapide de vos positions et n'hésitez pas à solder ou à arbitrer celles qui sont trop volatiles pour une période de faible vigilance (warrants, SRD, turbos...). Pour celles que vous souhaitez conserver, placez des « ordres intelligents » qui vendront automatiquement en cas de forte baisse. À vous de déterminer le pourcentage d'évolution maximale que vous êtes prêt à accepter, ou, plus simple, le prix auquel vous souhaitez vendre (à la hausse comme à la baisse).

Ceux qui restent connectés en période de vacances ont d'autres solutions. Des applications dédiées aux téléphones mobiles, permettent de suivre facilement ses valeurs, les indices boursiers et les principales informations financières (flux RSS, newsletters, presse, indicateurs, résultats de sociétés...). Certaines vont plus loin que la simple consultation en autorisant le passage d'ordres. Autre possibilité : recevoir des alertes par mail ou par SMS sur les cotations, l'exécution d'un ordre, ou le solde du compte. Pour partir l'esprit serein, mieux vaut vérifier que votre courtier propose ces instruments de pilotage.

Pour accéder à l'ensemble des questions pratiques, cliquez ici.

La rubrique s'arrête durant l'été. Retrouvez à nouveau la "question pratique" à partir du lundi 23 août dans le journal La Tribune et sur LaTribune.fr

Réagir