La Tribune

Le scandale de ces ménages aisés logés en HLM

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sophie Sanchez  |   -  998  mots
En France, 53.000 familles disposant d'au moins 11.200 euros par mois avec un enfant et d'au moins 13.500 euros par mois avec deux enfants occupent un logement HLM. Un scandale dénoncé par Thierry Repentin, Président de l'Union sociale pour l'habitat.

C'est une statistique édifiante, qu'a dévoilée récemment la revue spécialisée « Profession logement ». Des Français aisés, voire très riches, sont hébergés en HLM, alors qu'ils n'ont aucune raison d'occuper des logements dans le parc social. Au vu d'une photographie du parc HLM réalisée par l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes), 53.000 ménages appartenant aux 10 % des foyers les plus riches de France étaient, à la fin 2007, hébergés en HLM, dont 37.000 en Ile-de-France (18.000 à Paris, 19.000 hors de Paris) et 15.000 en province. Ces ménages riches sont classés parmi les foyers qui appartiennent au « dixième décile » des revenus sur une échelle qui en compte dix. Concrètement, ces familles disposent d'au moins 11.200 euros par mois lorsqu'elles comptent un seul enfant et d'au moins 13.500 euros par mois avec deux enfants ? le revenu disponible étant diminué de l'impôt sur le revenu. En d'autres termes, dans Paris, 31,4 % des locataires du parc locatif social parisien comptaient à la fin 2007 parmi les 30 % des ménages les plus riches de France... Dès lors, 61.000 logements locatifs sociaux pourraient être ? au moins en théorie ? libérés dans la capitale pour héberger des ménages modestes.

Si l'on considère l'ensemble des ménages aisés, autrement dit ceux qui appartiennent aux huitième, neuvième et dixième déciles de revenus, ce sont 378.000 familles (dont 207.000 en Ile-de-France et 171.000 en province) qui étaient hébergées en HLM en 2007, sachant qu'elles disposaient d'au moins 5.300 euros par mois avec un enfant et de 6.400 euros par mois avec deux enfants. Si ces chiffres remontent à 2007, il est à craindre que la situation n'ait pas évolué.

« Situations anecdotiques »

« Nous avons du mal à recouper les chiffres de l'Onpes avec ceux de l'enquête officielle sur l'occupation du parc social, objecte Thierry Repentin, le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui regroupe 773 organismes HLM. En tout état de cause, les locataires ?riches? ne représentent que 1 % du logement social : il s'agit donc de situations anecdotiques au regard des 4,3 millions de ménages présents en HLM. » Thierry Repentin promet toutefois de « ne pas laisser perdurer ces situations, même si elles sont marginales ».

Quant à vendre des logements HLM, comme le préconise le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, pour dégager des fonds propres, Thierry Repentin rétorque : « Si je dois vendre des logements, ce n'est certainement pas aux 10 % des Français les plus riches ? mais aux Français modestes et moyens. »

« Nous mettons en vente 40.000 logements par an, mais nous n'en vendons que 4.500, reprend-il. Même les bailleurs sociaux les plus performants ne vendent pas plus de 1 % de leur parc chaque année alors que nous proposons souvent une décote de 30 % par rapport à l'estimation du bien immobilier et que nous nous engageons à le racheter en cas de défaillance ou de renoncement de l'acheteur. Mais il n'y a pas en face suffisamment d'appétit d'achat. Les locataires HLM n'ont pas toujours les moyens d'acheter et souvent pas envie d'acquérir le logement qu'ils occupent, mais d'acquérir un appartement situé dans une autre copropriété de meilleur standing ou un pavillon. »

L'opinion de Thierry Repentin, Président de l'Union sociale pour l'habitat

La Tribune - Comment expliquer que les HLM hébergent 10 % des ménages les plus riches de France ?

Thierry Repentin - Cet état de fait est souvent le fruit d'une situation ancienne : des personnes ont intégré les HLM à un moment où leurs revenus étaient bien moins élevés. Or la loi pose comme principe le maintien dans le logement social. Les locataires riches ne pèsent, en outre, que 1 % des 4,3 millions de locataires HLM : il s'agit de situations anecdotiques. En outre, loin de s'être embourgeoisé, le parc social se paupérise. Les derniers chiffres qui remontent à 2006 montrent que 40 % des locataires du parc social ont un revenu inférieur à 1.200 euros par mois, contre 12 % en 1973. A l'inverse, la part des familles disposant de plus de 3.200 euros par mois est passée de 24 % à 7,7 %. La tendance récente accentue cette évolution. Pour autant, rien ne justifie que les locataires très riches soient maintenus en HLM. Il ne faut pas laisser perdurer ces situations.

- En Ile-de-France, où la situation du logement est très tendue, 207.000 ménages aisés au sens large habitent en HLM...

- La loi et les ministres de la Ville successifs ont toujours plaidé pour que les personnes qui dépassent les plafonds de ressources soient maintenues en HLM dans les zones urbaines sensibles pour garder un semblant de mixité sociale. A Paris, la présence de nombreux locataires aisés en HLM tient aussi au fait que la capitale connaît une envolée des prix immobiliers, bien supérieure au niveau de vie de nos concitoyens.

- Quelle est votre marge de manoeuvre pour remettre en cause le droit au bail des locataires aisés ?

- Nous faisons et ferons tout ce que la loi nous permet, sachant que 1,2 million de ménages pauvres ou modestes sont sur liste d'attente pour entrer dans le parc social. La loi de mobilisation et de lutte contre l'exclusion rend automatique l'application d'un surloyer de solidarité (SLS) en HLM dès que les plafonds de revenus ont été dépassés de 20 %. Mais ce dispositif n'est pas assez dissuasif pour les plus riches, car la loi de mobilisation pour le logement du 25 mars 2009 a introduit un plafond du SLS pour ces catégories les plus aisées. Ainsi, une famille qui dispose de plus de 10.000 euros de revenus ne peut pas acquitter un total (loyer plus sur-loyer) dépassant de plus de 25 % ses revenus. Mais, un nouvel outil nous permet de transformer le bail des locataires dont les revenus atteignent le double des plafonds d'accès au logement social en un bail de trois ans pour les obliger à quitter les lieux. Nous n'avons toutefois pas encore le recul nécessaire pour en apprécier l'efficacité.

Réagir

Commentaires

Christo  a écrit le 08/11/2013 à 15:20 :

Il faudrait déjà interdire l'accès aux HLM par les fonctionnaires, Vu qu'ils ont le pouvoir d'attribution.

Un fonctionnaire dans un hlm = Un abus de bien social couvert.

Qu'ils créent des habitation dédiées aux fonctionnaires, ok, mais les hlm sont destinés au pauvres.

EIFFEL  a écrit le 30/12/2010 à 14:39 :

Le système des HLM constituent une dépense budgétaire trop importante pour être conservé en l'état en France. Il faut réviser d'urgence la loi SRU qui est un encouragement indirect à la paresse par l'assistanat institutionalisée.

CAPCHA  a écrit le 30/12/2010 à 7:12 :

Voilà un argument de poids pour ceux qui prêchent la mixité sociale! Si les pauvres ne peuvent venir chez les riches, alors les riches viendront chez les pauvres. Mais contrairement à Lagardère, c'est beaucoup plus facile (apparemment) dans ce sens!

LYLYTE  a écrit le 29/12/2010 à 23:58 :

faire un article qui dénonce cela c 'est bien !!!! ,mais .......DES NOMS......

ARIS  a écrit le 09/12/2010 à 20:49 :

Est-ce qu'on s'est posé la question du calcul de la taxe d'habitation ? Sur quelle base du revenu cadatral est-on ?
Incidence ....................?
Messieurs les journalistes vous n'en parlez pas.

EIFFEL  a écrit le 06/12/2010 à 10:59 :

Les HLM ont un déficit de 90 milliards d'euros et constituent un vrai chancre de la société française car inhibent la combativité des individus résignés à croupir dans des lieux de vie qui peuvent être comparés à des clapiers avec des lapines qui mettent bas pour de l'élevage.

ouuuuu  a répondu le 06/12/2010 à 11:50:

Je te suggère de regarder le film "Idiocracy" qui reflète ce que tu décrit sauf qu'au final les "lapins dans leurs clapiers" survivent et que ceux de la "bonne société" meurent dans leurs solitude.

EIFFEL  a répondu le 07/12/2010 à 10:35:

Justement les HLM sont une parfaite illustration parfaite de "l'idiocratie" où des pauvres peuvent procréer des enfants sans aucun avenir, aussi bien sur le plan intellectuel, culturel, que matériel. Une vie de croupisseurs de HLM qui font des futurs croupisseurs de HLM qui font une seule étincelle, celle au moment de leur naissance !!!

quidam  a écrit le 06/12/2010 à 10:32 :

Pourquoi seulement les HLM??Et les logements de fonction?? Pire ceux ci sont occupés par des retraités!!!!,qui s'accrochent à ce magnifique privilége.
Ajouter les notes de frais difficile à justifier,la voiture de fonction,parfois le garage de l'Etat.Bref tout le panel des avantages abusifs est à reconsidérer

mimosa  a répondu le 08/12/2010 à 10:21:

apparemment les retraités de plus de 65 ans seraient épargnés ! "ça se discute pour ceux qui ont de grands moyens" psychologiquement on ne voudrait pas les déplacer ! ok quand ils vivent seuls mais on pourrait reconsidérer ceux qui vivent en couPle avec des surloyers ? ....

loire 2011  a écrit le 06/12/2010 à 7:18 :

mettez les dehors et remplacez les par ceux qui remplissent les conditions

Utopie  a répondu le 06/12/2010 à 12:03:

Quel smicard peut vivre dans un "HLM" de 200m2 sur les champs élysée? crois-tu qu il puisse aller faire ses courses chez Fauchon? Je ne le pense pas. il faut juste que le qualificatif "HLM" reste dans un standing raisonnable. les riches préfèreront toujours Neuilly à St Denis.

xavier-marc  a écrit le 05/12/2010 à 20:35 :

une idée proposée par certains, pour les HLM(habitation à loyer moderé), relier directement le loyer aux impots, que ce soit donc la direction des impots qui dicte aux organismes hlm le loyer à demander, et pour ceux qui sous-louent, la taule tout simplement.

erreur  a répondu le 06/12/2010 à 11:40:

Vu que les riches ont énormément d'abatements d'impots, cette solution risquerait de leur faire payer moins. la solution du loyer 3 fois plus élevé que l'équivalent dans le privé serait plus dissuasif pour tout ceux qui dépassent les plafonds.

gilberte  a écrit le 05/12/2010 à 18:23 :

pas assez de revenu pas d'hlm, retard de paiement menace d'huissier, !!! je croyais que le loyer était calculé d'après les impots sur le revenu, ce qui serait plus juste, les riches payent pour les pauvres , alors que maintenant on demande aux pauvres de payer pour les riches (en dessous de 3542E par mois)

Tot''  a écrit le 05/12/2010 à 16:05 :

Il y a beaucoup de riches dans les HLM contrôlés par les dealers, où les ascenseurs sont détruits depuis 10 ans, où les locataires balancent leurs poubelles par les fenêtres parce qu'ils ont la flemme de les descendre, où les commerces se sont tirés, lassés de ses faire braquer ou incendier et où les bus ne passent plus à force de se faire caillasser ? Ha bon. Si c'est vrai, il faut qu'ils laissent leurs places à ceux qui se plaignent dans les posts précédents.

erreur  a répondu le 06/12/2010 à 11:37:

il ne faut pas se tromper, si les "richent" restent dans ces HLM c'est qu'ils sont d'un standing époustouflant. il faut juste prendre le loyer d'un équivalent dans le privé puis le multiplier par 3 et leurs faire payer ça.

EIFFEL  a répondu le 08/12/2010 à 17:39:

Vivre en HLM a une connotation de sous-prolétariat avec un standing de bas de gamme, un environnement souvent de mauvaise qualité marqué par des tags et un comportement des personnes dignes du film Idiocracy. En traversant les parcs HLM, je déprime et je me dis que jamais, je ne pourrai vivre dans des lieux aussi déshumanisés.

Tom  a répondu le 05/01/2011 à 23:10:

Les HLM proposent un loyer modéré par rapport aux prix des alentours, les HLMs de Neuilly ne sont pas donnés du tout. Et oui nos HLMs ont un très bon standing, mais personne ne les dégrade, donc ils restent vivables.

Sal..ds de riches !  a écrit le 05/12/2010 à 15:58 :

Des riches dans le HLM ? C'est quoi un riche ? Quelqu'un qui mange à sa faim et qui peut partir en vacances ? Ils ont des yachts amarrés de St Trop tous vos pseudo profiteurs ? Vous trompez pas de cibles les prolos.

m_l@live.fr  a écrit le 05/12/2010 à 9:40 :

mais pour devenir riche il faut manger la soupe des pauvres, logique des betes.

alain  a écrit le 05/12/2010 à 9:33 :

Pourquoi vous ne faites pas des HLM Haut de Gamme partout?
Ou alors tranférer ces gens dans les HLM de Créteuil ou BOBIGNY ???

mimosa  a répondu le 08/12/2010 à 10:34:

quand on sait que Neuilly ne fait pas assez d'HLM on se pose vraiment des questions ? mieux vaut payer des pénalités que d'accueillir des gens modestes !
il n'y a pas que des "immigrés reproducteurs" mais aussi pas mal de jeunes qui galèrent en payant la crise crée par la génération de leurs parents....quel logement pour eux ?

EIFFEL  a écrit le 05/12/2010 à 8:32 :

Les HLM?s ont été inventés par le grand capital K dans le but de permettre aux ouvriers d?être très féconds et de faire beaucoup d?enfants en leur épargnant le souci du logement. Les nombreux jeunes ainsi nés dans les HLM?s alimentent le marché du travail des bas salaires et consomment massivement des produits fabriqués par l?industrie financée par K. Pour assurer un pouvoir d?achat, le grand capital a imaginé des allocs versées par les institutions étatiques comme la CAF dont les déficits éventuels sont couverts par la dette de l?Etat D. La boucle économique est ainsi harmonieusement bouclée pour la plus grande prospérité de K. Les HLM?s ont eu depuis leur création un succès international qui ne se dément pas. Suite à cette attraction exercée sur toutes les populations du monde, le manque de places en HLM est important, le problème du financement inquiétant car il contribue avec les prestations sociales afférentes au déficit public et au Surendettement S. Le mode de développement DSK (Dette, Surendettement, Capital (K)) est la cause de la crise actuelle de l?euro !

legall  a écrit le 04/12/2010 à 18:46 :

Et après, les bourgeois (comme chantait Brel) s'étonnent de l'appel de Cantonna. Pour ce dernier, il faut voir si ses paroles suivent ses actes, mais en profondeur, par exemple an faisant du social.

Gilles  a écrit le 04/12/2010 à 17:56 :

Ce sont le plus souvent des "relations" de politiciens occupant des HLM haut de gamme (dans les grandes villes notamment) et qui louent parallèlement un appartement dont ils sont propriétaires. Des noms de syndicalistes ou encore d'anciens ministres ainsi que de journalistes avaient été cités mais tout cela avait été, comme toujours, étouffé...

f51ans34  a écrit le 04/12/2010 à 16:09 :

et dire que moi avec mon salaire de 620 euro je peus méme pas avoir 1 logement , car les loyers ici sont minimum 450 euro plus 80 euro de charges et aprés edf et l'eaux , pour me nourrir je fait comment ?. alors je vis chez ma fille en attendant d'avoir un logement social , donc je galére depuis 1 an

Orphé  a répondu le 05/12/2010 à 9:39:

Je te donne un conseille d'ami essaye de te spécialiser dans n'importe quoi mais
avec courage et persevèrence et tu arriveras à gagner beaucoup plus si tu as de la santé.

Ronron  a répondu le 06/12/2010 à 15:23:

@Orphé : conseil de marchand de sommeil qui ne connait pas le mot...chômage. Il est tellement facile de trouver du travail par les temps qui courent (ironie inside) !

Surpris  a écrit le 04/12/2010 à 15:36 :

1) Comme beaucoup, je trouve cela scandaleux : ils profitent sans vergogne des aides destinées aux pauvres. Qu'ils restent dans un HLM s'ils le souhaitent, mais qu'ils paient le loyer au prix du marché : le loyer des HLM devrait dépendre su salaire actuel des occupants, et non pas du salaire d'il y a quelques années. 2) Il y a ausssi des gens qui sous louent un logement HLM, ce qui est tout aussi scandaleux. 3) Il doit y avoir des erreurs dans cet article : je ne pense pas que plus de 10% des ménages avec un enfant gagnent plus de 11000 euros/mois, c'est énorme et cela est en contradiction avec les chiffres de l'INSEE, il faudrait vérifier ces données.

Touta  a écrit le 04/12/2010 à 14:27 :

J'étais pour la mixité sociale dans mon HLM, mais au fil du temps, avec l'arrivée de certains, c'est devenu le souk, puis Beyrouth. Alors, comme j'avais un peu de fric, et que j'aime ma femme et mes enfants, je me suis barré pour un endroit un peu moins mixte, mais beaucoup plus tranquille.

Populisme !  a écrit le 04/12/2010 à 14:19 :

Les HLM où l'on ne trouve que des pauvres, deviennent rapidement des poubelles, faute de trouver assez de gens capables de payer leur loyer pour les entretenir.

FuturPDLR  a répondu le 18/05/2012 à 8:50:

Touta, l'amalgame et la généralisation des problèmes est digne de l'extrême droite. Ce n'est pas la mixité sociale qui entraîne le souk, ce n'est pas l'immigration qui entraîne le chômage comme disait l'autre; ça n'est dû qu'aux individualités : dans mon HLM, les fauteurs de troubles ces sont les 2 familles portugaise du 6 ème, le gamin franco-français du 1er et un retraité originaire d'aix. Pour autant je ne renie ni les portugais, ni ma nation ni ma ville d'origine.

cendu  a écrit le 04/12/2010 à 13:38 :

Le problème, c'est que des municipalités ont des logements de haut et très haut satnding qui ne devrait absolument pas être classé HLM et soit être vendus, soit être loués au prix du marché.
Mais beaucoup de ces logements profitent à des gens proches du pouvoir, comme l'appartement de très haut standing que Juppé, alors à la mairie de Paris, a fait louer pour 6000 francs par mois à un de ses neveux, et après avoir fait pour environ 6 millions de francs de travaux (mais, au moment où il est passé en justice, il y avait prescription comme pour 50 autres chefs d'accusation).
Le même genre d'anomalie (de scandale) existe à gauche.

mimosa  a répondu le 08/12/2010 à 10:25:

Mr Arnaud a racheté la SAMARITAINE qu'il compte transformer en hotel de luxe sous conditions qu'il laisse place à des logements sociaux à côté .... qui va-ton loger dans ces "beaux logements sociaux si bien placés" ????

Lennart  a écrit le 04/12/2010 à 9:55 :

Pourquoi pas si cela permet une mixité sociale mais dans ce cas les loyers doivent être en conséquences des salaires mais aussi des autres revenus immobiliers et placements financiers car nous avons déjà eu dans le passé des cas de gens, dont des politiques très connus, en logement HLM mais possédant des biens immobiliers dans le privé loués a des tarifs spéculatifs.

exact, en plus cela evite de parler du manque de construction  a répondu le 04/12/2010 à 10:47:

C'est effectivement ce qu'on oublie un peu vite : concentrer les pauvres dans les HLM favorise les ghettos sociaux, et les frais d'entretien ne sont pas couvert. Il y a 10 ans, on parlait justement de mettre de la mixité sociale, en ajustant les loyers aux salaires. Cela permettrait d'entretenir le parc immobilier. Mais au delà, le vrai problème reste le manque de construction. Là on est en train de chercher un bouc émissaire en parlant d'autre chose que du problème de fond.

logic  a écrit le 04/12/2010 à 9:49 :

A cela il faut ajouter toutes les autres arnaques,... aux allocations, à la sécu., au chômage, au RMI, celui des retraités Africains, à qui depuis des décennies on continue à payer des retraites alors qu'ils sont probablement morts depuis longtemps et que leurs familles déclarent toujours en vie, les sans papiers qui se font loger, nourrir et soigner au frais de la France etc... etc... il y a là des dizaines de milliards à économiser...

diouck  a écrit le 04/12/2010 à 9:32 :

La loi BOUTIN qui surtaxe les loyers des "riches" est a peine appliquée que déjà les médias en veulent une autre.Le droit au maintient dans les lieux a été aboli sous la pressions des associations.Les "riches" doivent trouver des logements en pleine hiver.On pourrait envisager de faire des logements collectifs comme dans l'ex URSS mais cela n'était pas très plaisant.On pourrait aussi stopper temporairement l'arrivée des pauvres d'autres pays.On a du mal a croire que des gens avec de tel revenu habitent avec des "pauvres" il est vrai que certain sont très riche avec l'argent des opérations illicites.La chasse au riches est ouverte en permanence dans tous les domaines meme dans un journal comme la tribune c'est étonnant......

mimosa  a répondu le 08/12/2010 à 10:29:

qui osera dire qu'il manque cruellement de logements pour les jeunes couples qui ne peuvent plus se loger étant donné "la bulle immobilière" des salaires en berne et des loyers en hausse !! il faudra bien résoudre un jour ou l'autre cette nouvelle crise du logement en logeant nos jeunes !!!!!

D.MOINIER  a écrit le 04/12/2010 à 8:07 :

Les HLM sont socialent complices puisque c'est ces locataires qui permettent d'équilibrer les comptes et de prendre des gens qui ont des revenus bas bénéficiant d'un maximum d'allocation logement et d'aide.
J'oubliai, il en est de même pour les villages de vacances sociaux, où certains ne paient rien et d'autres le maximum.
D.MOINIER
livres-daniel-moinier.com

EIFFEL  a écrit le 03/12/2010 à 21:04 :

Seule une minorité des locataires HLM seraient élligibles au statut de HLMiste. La plupart d'entre eux, dans 95% des cas, seraient attirés par l'effet d'aubaine pousr se loger pas cher aux frais du contribuables. Une institution lamentable à supprimer !

Quoi?  a répondu le 04/12/2010 à 6:30:

Et les gens pauvres, pourquoi devrait supprimer les HLM a cause d'une minorité de débiles qui ne comprend rien à rien?

EIFFEL  a répondu le 04/12/2010 à 9:27:

Les HLM's induisent des comportements pervers comme toutes les aides nombreuses et variées existant en France. En fait, beaucoup de familles se mettent dans des situations difficiles en mettant au monde et précisément en France, des enfants en bas âge et suffisamment pour rentrer dansles critères définis dans le catalogue des allocs que leur expliquent les nombreuses associations d'entraide. Ce sont des comportements pervers !

N'importe quoi  a répondu le 04/12/2010 à 16:00:

Retourne voter UMP et tais toi car c'est vraiment n'importe quoi, sous pretexte que des gens habitent en HLM, il doivent faire des enfants pour ne pas être dépaysés?

Patrickb  a répondu le 04/12/2010 à 23:02:

@ Eiffel: les aides induisent des effets pervers parce qu'elles sont détournées de leur objectif premier. Le problème principal de la France est la corruption à tous les niveaux et surtout au niveau de l'État qui autorise cette perversion du système.

Eiffel, pas l'ingénieur...  a répondu le 05/12/2010 à 6:59:

"En fait, beaucoup de familles se mettent dans des situations difficiles en mettant au monde et précisément en France, des enfants en bas âge..."
Ils pourraient effectivement faire l'effort de mettre au monde des enfants vieux...

belfrance  a écrit le 03/12/2010 à 20:08 :

majorite des ses heureux locataires sont des fonctionnaires et des agents des entreprises public ..et leurs retraites

georges57  a répondu le 04/12/2010 à 9:17:

Comme toujours, on retrouvent les fonctionnaires parmi les privilégiés.