La Tribune

Résoudre le casse-tête de l'immobilier d'ici 2012 ? Impossible, selon les Français

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  216  mots
Tel est le constat amer que font trois Français sur quatre, d'après un sondage réalisé par TNS Sofres pour le promoteur Nexity.

La situation immobilière rend les Français globalement pessimistes, d'après la TNS Sofres pour l'observatoire du logement commandé par Nexity, paru mardi 22 février. 80 % des Français jugent en effet qu'il est difficile de trouver un logement, et 75% des personnes interrogées considèrent que l'actuel gouvernement n'aura pas le temps d'améliorer la situation d'ici les prochaines élections présidentielles . Ils ne sont plus que 16% à penser que la situation du logement va s'améliorer contre 42% en janvier 2007.

Sans surprise, les points jugés les plus critiques sont la hausse des prix pour 52% des Français, les difficultés à financer l'acquisition d'un logement (33%) ou la pénurie de logements (12%). Malgré tout, ils comptent toujours acheter un logement neuf, pour 5,9% d'entre eux, anticipant le durcissement des conditions de crédit et la hausse des prix.

Seule lueur d'espoir : 58% d'entre eux voient d'un bon oeil l'entrée en vigueur du prêt à taux zéro amélioré ou PTZ+ qui consiste à emprunter à taux zéro une partie de la somme destinée à financer la construction ou l'achat d'un bien immobilier, d'autant plus si le bien répond à des critères de performance énergétique. Et 37% d'entre eux jugent positivement le nouveau dispositif Scellier, qui permet de défiscaliser son investissement dans le neuf "écolo" (label BBC).

Réagir

Commentaires

albertos  a écrit le 06/05/2011 à 11:20 :

Il ne faut pas se leurrer, aucun politique ne prendra de solutions radicales. Trop sensible.
des solutions dont on verra les resultats que dans 10 ans. Solutions qui ne seront meme pas appliquees car pas rentables pour un politique qui ne voit que sur 5ans (duree moyenne d'un mandat).

Non la seule solution c'est de voter Front National jusqu'au bout....
Veritable bombe politique dont le but est de creer " panique a bord ".






quidam  a écrit le 07/03/2011 à 15:26 :

Le terrain de l'Ile de France étant tellement rare,qu'il n'est pas étonnant que les prix flambent,surtout quand il s'agit du 75/92/.dont les écoles sont encore accueillantes,quoique que.
Il appartient aux C.Gauxdes 95/93/77//91 de faire des efforts envers le scolaire et la santé pour que le jeu spéculatif se calme.

Gigi  a répondu le 11/04/2011 à 17:53:

On dit effectivement que le foncier est rare en IDF, mais il suffit de regarder autour de soi lorsque l'on est en voiture pour voir des tas de zone industrielles autour de Paris complètement désertée (à Saint Ouen 93 coté Seine, des ectare ont été achetés par Nexity qui sont en attente, à Gennevilliers etc...). Ce sont des terrains que l'état garde car ne souhaite pas construire. Le foncier n'est pas si rare qu'on veut bien le dire, à mon avis

MIMOSA  a écrit le 07/03/2011 à 13:40 :

Faudrait stopper les Scellier et autres aides qui font gonfler encore davantage les prix ?
LA CLASSE MOYENNE NE PEUT DEJA PLUS ACHETER A PARIS -
OU VA T ON LOGER NOS JEUNES AVEC DES SALAIRES RABOTES ?

naîve  a répondu le 07/06/2011 à 13:55:

la loi scellier ne concerne que les logements neufs et permet la construction de logements.Simplement on peut se demander s'il ne serait pas plus raisonnable de construire des logements bon marché pour les jeunes.On trouve des constructions toutes neuves pour les demandeurs d'asile ,mais rien pour nos enfants!(voir à Annecy par exemple ou un superbe immeuble dans les quartiers chers est en fin de construction !) Est-ce normal?

Pragmatique  a écrit le 25/02/2011 à 16:18 :

Ah ce fameux PTZ+; eh bien pour y avoir regarder de plus pres beaucoup vont dechanter c'est encore un cadeau pour les plus riches, pourquoi???

simplement parce qu il n y a plus de notion de revenu mais de construire un logement dit vert, plus il est ecologique et moins il consomme d energie plus le pret est important.... donc ceux qui peuvent payer ces équipements couteux vont avoir droit a un tres gros pret.... Par contre les foyers modestes qui ne pourront pas se payer ce luxe bah PTZ+ d un tres petit montant....

Toufik  a écrit le 25/02/2011 à 13:02 :

Le problème de l'immobilier en France, c'est que les gens ne veulent plus habiter dans des cages à lapin. Je m'explique, le luxe ça se paie. Les gens veulent tous habiter en ville, à côté du métro et bus, pas trop loin du centre ville, près des écoles, etc, etc .... donc il y a concurrence, donc les prix montent.

Pragmatique  a répondu le 25/02/2011 à 16:10:

Parce qu un 45M2 a plus de 100KE c est du luxe????

J ai meme vu pire et pas sur Paris, dans le 17 un 35M2 pour plus de 130KE.... faut arreter de dire des c..... il faut arreter de subventionner et la construction et la location

Chris  a répondu le 25/02/2011 à 19:07:

Faux ! Prenez les communes à 1h de transport de Paris/La defense et regardez le prix d'un T2, dans mon coin un T2 correct c'est actuellement autour 190000 prix affiché et je peux vous dire il n'ya pas de métro , peu de bus et quelques trains.

pack  a écrit le 25/02/2011 à 7:40 :

Un des problèmes, aussi, est la sous revalorisation des loyers depuis le changement d'indice. Etant propriétaire de plusieurs logements en région parisienne, je constate que j'arrive à peine à augmenter mes loyers de 1% par an. Au fil des ans, la rentabilité de mes investissements immobilier s'érode. Ce qui m'incite aujourd'hui à investir sur d'autres supports (bourse notamment) au détriment de la pierre. Je ne finance plus des logements pour des locataires potentiels, et ça c'est dommage. Il faudrait dynamiser les augmentations de loyer comme elles étaient dans les années 80 (2 à 3% par an) pour stimuler à nouveau la construction. Cordialement

Manuel Sanchez  a répondu le 25/02/2011 à 11:50:

Si votre rentabilité est trop basse, c'est tout simplement que vous avez acheté TROP CHER.

Chris  a répondu le 25/02/2011 à 15:19:

Curieusement vous ne parlez pas des revalorisations à la relocation ??
Estimez-vous heureux de trouver encore des locataires car étant donné les conditions demandées pour obtenir un appartement je me demande encore qui peut encore louer ??

Yann  a répondu le 07/04/2011 à 3:48:

Pauvre pac on a presque de la peine pour vous...
Y a vraiment deux France quand même!

Tulipe  a écrit le 23/02/2011 à 22:41 :

Pour construire, il faut des terrains, des matériaux, et de la main d'oeuvre. Les premiers manquent, la troisième est presque absente. On n'y a très orienté des gens qui auraient du travail. On a préféré former des chômeurs du tertiaire.
Quelques nouveaux retraités peuvent partir à la campagne, et mettre leur logement urbain en location, mais combien le feront? Probablement moins qu'il y a vingt ans.

Laurent  a écrit le 23/02/2011 à 16:10 :

Les prix augmentent trop vite. Dans la grande banlieue (ni le 93, ni une banlieue chic), on pouvait trouver il y a 3 ans des logements à moins 3000 ? le m2, ce qui permettait de s'y loger même avec le SMIC et un petit apport. Maintenant les nouveaux logements sont à plus de 5000 ? le m2, l'année prochaine sans doute encore plus ? Même la classe moyenne ne pourra plus payer ces prix, en particulier les familles...
Et pourtant, c'est peu commode, avec des transports en commun qui marchent mal et saturés.

Quidam  a écrit le 23/02/2011 à 13:54 :

Prenez une ville comme Argenteuil,qui met un programme immobilier en place et orienté Jeune Ménage.
Constat. Difficultés pour obtenir des terrains constructibles car chacun est pour ce qui est contre et l'inverse.Propriétaires,Elus opposants,Comité Théodule et ils deviennent Légion,tâtillon et paperasserie des administrations,sont les principaux freins à ces édifications,qui pourtant se justifient par l'accés sur Paris 15 minutes par train ou la Défense45 minutes actullement.Alors le sieur Ministre connaît-il l'inertie de ses Directeurs?

Cdit  a répondu le 24/02/2011 à 10:45:

Plus aucun organisme d'ETAt, ne fonctionne correctement.
Chacun d'entre eux,fabrique des montagnes de circulaires et autres process,pour finalement paralyser les activiités.
Les exemples,sont renouvellés chaque jour,sans que la classe dirigeante ,de fin de pouvoir agisse.
Grace à ces inerties nous avons un port de Marseille sabordé,et maintenant un rayonnement international totalement ridicule.
Courage il reste les logeco,ou les tentes au choix;

Désabusé  a écrit le 23/02/2011 à 10:33 :

Le probleme de l immobilier en France n est pas nouveaux et il est multiple, et pire si le gouvernement y met une reelle volonté il peut etre en partie regle:

1 Combien de collectivité et d agglomeration respectent le pourcentage de logement sociaux theoriquement obligatoire???? peu la solution une amende tellement énorme que ces villes preferent enfin construire selon les quotas....

2 les aides PTZ, Robien et autres, a supprimer ca n a fait qu augmenter artificiellment les prix et profiter aux "promoteurs"

3 les terres agricoles, pourquoi pas en effet avec les rendements actuels et les terres en jachere oui peut etre rendre celle qui le peuvent constructibles....

4 se lancer enfin dans un programme global de construction de logement etudiant... ca n est pas les idées novatrices qui manquent

On pourrait citer bien d autre exemple, le probleme c est que la logique de "bon père de famille" comme on dit à l air d'échapper à tous ceux qui nous gouvernent....

Injuste  a répondu le 23/02/2011 à 15:56:

Donc la solution est de créer des logements sociaux en masse pour encore mettre plus de pression sur les classes moyennes qui devront financer ces programmes par l'impôt et continueront à se battre pour trouver un logement dans un marché où il n'y a pas d'offre et les prix s'emballent!

Et oui en France, il faut soit être très riche (pas au sens de François Hollande qui pense que si un ménage gagne 2500 euros, il est riche, une abération quand on sait que 2500 euros permettent d'obtenir un crédit de 110.000 euros sur 20 ans en payant 1/3 de son net suivant les critères des banques - soit dit en passant 11 m2 à Paris!), soit pauvre pour bénéficier et abuser des aides diverses et variées.

Pragmatique  a répondu le 24/02/2011 à 10:05:

Vous prenez le probleme a l envers pour les logements sociaux mon cher mr, aujourd hui une partie du parc locatif prive est subventionne pour les loyer modeste par les APL.... donc "des logement bloqué" Celle ci doit s accompagne de la fin de toutes les aides qui n ont servi qu a augmenter les prix au profit des promoteurs et autres....Donc l Etat paye 2 fois, il subventionne la construcyion et la location.... Donc en construisant les 20% de logement sociaux inscrit dans les regles existante on reduit forcement les depense de l'Etat....

et le resonnement est le meme pour le logement etudiant, je prefere que l etat ou les université construisent, et ne subventionnent pas la location....

FredB  a répondu le 12/03/2011 à 22:48:

Ah la belle logique française! La vie est trop chère, qu'à cela ne tienne! Au lieu de résoudre le problème créons des aides pour les plus défavorisés.
Les riches et des pauvres (quelques uns parmi les plus chanceux) seront des nantis.. Ça calme les associations et les 95% de la population restante se débrouillera bien toute seule...

annyeong  a écrit le 23/02/2011 à 10:21 :

il y a de plus en plus de "vieux" en france. tous ces gens qui vont s'en aller bientot vont laisser leur logement vacant. donc l'offre va augmenter je dirais dans les années a venir.
c'est surement pour ca que les promoteurs (souvent des banques), de conivence avec le gouvernement encouragent les gens a acheter avant que l'immobilier baisse.

Chris  a répondu le 23/02/2011 à 10:54:

Oui mais va falloir attendre , la grande génération papy boom part tout juste à la retraite donc d'ici qu'elle disparaisse il va se passer un temps.

Mimosa  a répondu le 07/03/2011 à 13:46:

oui les papybooms partent tout juste à la retraite et moi 62 ans je viens juste de payer mon appart ! j'ai aidé un enfant à payer un "apport" et j'aide le second chaque mois... ( il ne peut acheter ! 4 dans un studio et un petit revenu...)
donc chez nous il y a une "solidarité" entre génération - des frais sont à prévoir dans mon habitation qui a vieilli ! ma retraite n'est pas équivalente à mon ancien salaire ! finie primes , heures sup - les papys même compréhensifs ne peuvent pas tout.....

gustav19  a écrit le 23/02/2011 à 9:38 :

Entre l'état et les collectivités locales tous plus gaspis les uns que les autres, avec tous ces impôts à l'arrivée, les promoteurs et artisans qui se goinfrent (1200 euros la semaine dernière pour changer un chauffe-eau de 100l...), les locataires qui dégradent ou ne paient pas ... les syndics qui se goinfrent,... je préfère investir en Allemagne, tout y est plus clair et plus sérieux, j'apprécie leur sens des responsabilités, leur sens civique et leurs qualités de gestionnaires.

HRV  a répondu le 23/02/2011 à 12:55:

les locataires ne payent pas car ils ne peuvent pas.
Allez voir allemagne ? le montant des loyers (et des immeubles) y est bien moindre qu'en France, c'est aussi un des pb francais

gustav19  a répondu le 23/02/2011 à 13:27:

Tout à fait d'accord. On peut nuancer car j'ai des locataires qui payent 3,94 euros/mois pour un 2 pièces juste rénové avec label Promotelec. C'est la CAF qui paye le reste (donc le contribuable), charges comprises.
Mais quoiqu'il en soit, je crois que l'équilibre est bien meilleur en Allemagne, et cela devrait se vérifier encore plus à moyen et long terme.

LUCIDE  a répondu le 26/02/2011 à 21:17:

oui , et comment investissez vous en allemagne svp partage d'info

Problème de société  a écrit le 23/02/2011 à 8:59 :

PTZ, une abération. Toute aide d'Etat ne fait qu'alimenter la hausse des prix. La hausse des prix à Paris est incontrôlée et un contrôle sur la demande me semble le seul moyen de géler cette frénésie des prix qui rend l'accès à un logement décent hors de portée même des cadres supérieurs. Ce que l'Etat ne veut pas reconnaitre c'est que le logement est devenu un problème de société et non plus un problème pour les plus défavorisés. Donc tous les débats sur le logement social ne font qu'alimenter la rancoeur de la classe moyenne contre les politiques car ces programmes sont financés avec les impôts des classes moyennes qui ne peuvent en profiter mais sont mis à contribution. Une grande majorité des Français est doublement pénalisé. Le seul moyen est de contrôler la demande en demandant des conditions pour l'acquisition d'un bien. Il n'est pas souhaitable que Paris devienne un centre de résidences secondaires occupées quelques semaines par an. Certains diront que les étrangers représentent seulement 7.5% des acquéreurs à Paris. Peut-être mais dans les arrondissements centraux, la proportion est plus de 30% ce qui pousse les prix à la hausse. Il ne me paraît pas souhaitable que les résidents soient rejeter dans les arrondissements les plus excentrés ou en banlieue. Malheureusement, comme beaucoup, je doute de la volonté politique de s'occuper de ce problème car les politiques ont un partimoine privé qui s'est bien valorisé les dernières années...

FredB  a répondu le 12/03/2011 à 22:58:

Bien dit!
Toutes les aides et les nouveaux dispositifs ne font que renforcer les inégalités dans un marché malsain.
Ex: Pour la tva 5,5, il faut être en dessous d'un certain plafond de ressource. un cadeau de 14% sur un logement neuf à 250000euros, cela fait 35000euros de cadeau. Soit presque 6ans d'épargne à 500euros par mois pour le gugus de la classe moyenne qui aura le malheur d'être légèrement au dessus du plafond.

Intelligence  a écrit le 23/02/2011 à 8:44 :

Quand on voit la politique du logement en France depuis 20 ans, et où on en est aujourd'hui, les énarques, polytechniciens et tutti quanti qui nous dirigent sont soit des imbéciles, soit des malhonnêtes. Vivement 2012, que les extrêmes gagnent et que ce soit le boxon, de toute façon ça ne peut pas être pire. Et si l'on veut remettre des têtes au bout des piques, c'est pas moi qui l'empêcherait.

defpan  a répondu le 23/02/2011 à 8:58:

+1

momo  a répondu le 23/02/2011 à 10:16:

et +2 !

Ben  a répondu le 23/02/2011 à 11:24:

+3 et le ciel m'est témoin pourtant que le FN et moi, ça fait dix

Paul  a répondu le 24/02/2011 à 16:02:

Il faut que la situation explose, nous n'arrivons plus a vivre en travaillant a lors pourquoi travailler ? Pourquoi ne construit pas des tours modernes comme dans les autres mégapoles ? Pourquoi ces cages a poules insalubles ?
Je n'ai plus envoie de me battre et de constuire ce pays tout est bouché, quelques soit les efforts, on rencontre un mur. Tous les postes interessants sont prix par la génération maudite du BabyBoom.
ça va exploser ! On n'arrive plus a vivre ! Vive les extrêmes ! ça ne peux pas être pire que les clans pseudo enarques qui ont dédruits la france

agir mais sérieusement  a écrit le 22/02/2011 à 23:28 :

Pas d'accord avec l'anarchie comme moyen d'agir le marché. L'urbanisation sauvage n'est ni souhaitable ni faisable. Côté offre, Une partie du parc privé n'est pas proposé à la location car les propriétaires craignent les impayés et les dégradations(dans mon immeuble deux appartements sont vides depuis 6 ans); les aides fiscales type scellier ont conduit à déséquilibrer certains secteurs en permettant à des promoteurs peu scrupuleux de réaliser des opérations où les terrains sont bons marchés mais ne correspondant pas à la demande, le parc public n'est pas assez concentré pour supporter les efforts d'investissements..et coté demande les ménages du parc public devraient le quitter pour dépassement de plafond de ressources, ou changer de logement lorsque sa taille se réduit fortement, les ménages à faibles revenus devraient bénéficier de plus de garanties publiques pour les aider à rentrer dans le parc privé. Mais il faut avouer que réduire le taux de vacance et augmenter la rotation ne seront pas suffisants. Il faut aussi construire beaucoup plus en libérant du foncier disponible, y compris en pénalisant les propriétaires qui gèlent du foncier à but spéculatif en zones urbaines tendues (y compris l'Etat..) et les collectivités locales qui bloquent les programmes de logements sociaux. En fait l'essentiel des moyens légaux et réglementaires existent déjà, il suffit de les appliquer, pour des résultats visibles pas avant 5 à 10 ans.

gulliform  a écrit le 22/02/2011 à 22:54 :

le marché de l'immobilier a été trop sur évalué et bouster à coup d'emprunt à taux zero pour le grand bénéfice des spéculateurs. c'est une bulle, attendez qu'il prenne brutalement
sa place qui doit rejoindre le niveau de vie et les salaires.

immo  a écrit le 22/02/2011 à 22:08 :

Impossible? Non, simple: ne plus faire de distinction entre terrains constructible ou agricole, laisser le marche agir. Le prix des terrains baissera fortement, et avec le reste du marche.