La Tribune

Immobilier : baisse des étiquettes, baisse des prix ?

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Diane Lacaze  |   -  239  mots
Les prix ont baissé en novembre, du moins sur la devanture des vitrines d'agences immobilières. Et en réalité ?

Les prix décrochent ! C'est en tout cas ce qui ressort du baromètre réalisé par Entreparticuliers.com. "En novembre, les prix de l'immobilier ancien reculent globalement de 2,5%. C'est l'une des plus fortes baisses jamais observées d'un mois sur l'autre". Pour les appartements, le recul est de 1,8% et pour les maisons de 2,8%. Mais attention, les prix observés par Entreparticuliers sont ceux des offres et non pas des ventes effectives. Il peut donc s'agir d'un indicateur avancé sur les prétentions des vendeurs, qui revoient leurs ambitions à la baisse, mais ce baromètre n'implique pas forcément  une baisse des prix.

Ainsi, l'indice PAP, publié également ce lundi et reflétant les prix de vente et non les annonces, montre que les prix ont baissé mais légèrement. "les prix immobiliers reculent 0,14 % pour les appartements et de 0,17 % pour les maisons. Sur trois mois, les prix sont restés quasi-stables, en variation de -0,09 % pour les appartements et de +0,11 % pour les maisons".

Il faudra donc attendre les chiffres des notaires dans quelques mois pour avoir confirmation.

Et vous, avez-vous ressenti un changement de tendance ? Donnez votre avis dans l'espace "Commentaires" ci-dessous.

A lire aussi...

Les prix de l'immobilier parisien enfin au zénith ?

Taux de crédit immobilier : ce qui vous attend d'ici la fin de l'année

OUTIL Les prix au m2 pratiqués dans votre rue

Immobilier : les professionnels voient un recul des prix en 2012

Réagir

Commentaires

ronron 24  a écrit le 08/12/2011 à 12:58 :

les vendeurs qui ne realiseront pas avant la taxe sur la plus value ont deux chois se retir er du marcher ou perdre 35 pour cent sur leur plus value les vendeus actuels ne vont se loger sous les ponts donc moins d auto financement l immobilier a enrichi il va peut etre apauvrir


Héhé  a écrit le 06/12/2011 à 14:46 :

J'aime beaucoup le titre de l'article. Dommage que ces derniers mois nous n'ayons pas lu son symétrique : "montée des étiquettes, hausse des prix ?" avec le même petit rappel : "Il peut donc s'agir d'un indicateur avancé sur les prétentions des vendeurs, qui revoient leurs ambitions à la HAUSSE, mais ce baromètre n'implique pas forcément une HAUSSE des prix."...A bon entendeur, vive le lobby immo !

bib  a répondu le 07/12/2011 à 10:06:

remarque judicieuse!

UFFA92  a écrit le 06/12/2011 à 13:44 :

Sur se Loger mon alerte annonce est en train de surchauffer. Pour une ville précise (en ile de france) 3 à 4 fois plus d'annonces quotidiennes et des baisses de prix spéctaculaires. Jamais vu celà depuis 2008. C'est sûr que le marché se retourne et que les dernières mesures prises par le gouvernement vont dans le bons sens pour les acheteurs (les primo-accédants pas les investisseurs !) comme la fin du PTZ+ dans l'ancien...

Absolument  a répondu le 07/12/2011 à 0:24:

Rien d'étonnant. Le nombre d'annonces pour Paris a doublé depuis l'annonce de la taxation de plus-values : on est passé de 10 000 annonces à Paris en déc. 2010 à 19000 aujourd'hui.

Gruick  a écrit le 06/12/2011 à 13:28 :

Si les chiffres proviennent de "entreparticuliers.com", ça ne m'étonne pas qu'ils soient en baisse. Il s'agit sans doute du site où les prix sont le plus élevés. Plus, en tout cas que dans la plupart des agences. Il est donc normal qu'il y ait une différence entre le prix demandé et celui auquel l'acte authentique est signé.
Mon conseil: Privilégier les sites du genre "seloger.com" ou "meilleurs agents.com", qui, eux sont au vrai prix du marché.

Hum  a répondu le 06/12/2011 à 14:44:

Le prix du marché, vous l'entendez avec ou sans les perfusions de l'Etat ? Et, le prix du marché étant celui auquel le maximum de transactions se réalisent, a quel nombre fixez vous le nombre de transactions optimum ?

Et non !  a répondu le 07/12/2011 à 0:22:

Ah non, désolé, les apparts "au prix du marché" se vendent en deux semaines au sein du portefeuille d'acheteurs des agences. C'est seulement quand personne n'en veut (car trop cher) qu'une agence paye pour mettre l'annonce sur seloger où on ne trouve que les invendus.
Les prix demandés sur les sites en ligne sont évidemment surévalués.

Hum  a répondu le 09/12/2011 à 15:19:

Vérifier la définition du prix de marché : le point auquel l'offre rencontre la demande ET auquel le maximum de transactions se réalisent. C'est pas parce que vous trouvez un pigeon à qui vendre une pomme 10 euros que le prix de marché de la pomme est 10 euros...

PHOUNET  a écrit le 06/12/2011 à 13:11 :

Ce ne sont que les prémices d'un retournement inéluctable, et sans doute, durable
des prix immobiliers.
Bonne ou mauvaise nouvelle?

Hahaha  a écrit le 06/12/2011 à 10:45 :

Tiens, pour une fois, l'article mentionne que l'évolution des prix affichés ne correspond pas forcément à l'évolution des prix réalisée...C'est marrant, c'est parce que l'on parle de baisse ? Parce qu'à la hausse, cette nuance, vous ne la mentionnez jamais...

Max  a répondu le 06/12/2011 à 12:03:

Suivant l'immobilier, je me suis fait la même réflection. Avant, quand les prix montaient, il n'était jamais mentonné ce détail très important: Différence entre prix affichés et très réel de vente.

Cavaliere  a écrit le 06/12/2011 à 10:29 :

Nous les séniors nous allons faire pression pour que le gouvernement soutienne les prix à la hausse, je veux atteindre les prix londoniens.

PIERRE  a répondu le 06/12/2011 à 13:13:

Pour info, L'Angleterre a subit une très sévère baisse de prix immobiliers !!!

aero  a écrit le 06/12/2011 à 10:25 :

Pas grand chose de concret dans les coms. "Si si, ya plus d'annonces sur PAP" "Un copain AI est au bord de la dépression" etc... etc...
Le meilleur, et le plus représentatif de cette nouvelle race d'économistes de comptoir qui sévit sur les forums:
"Compliqué... vu la structure économique du pays, la chute sera violente."
Un expert sans doute. On n'ose lui demander de développer tellement il doit en savoir le sujet..

zek  a écrit le 06/12/2011 à 8:11 :

A Paris, tant que la pierre représente la valeur refuge, les prix ne bougeront pas beaucoup. Quand cette crise de la dette passera et vous verrez: avec des mesures fiscales actuelles et à venir, les prix au zénith, les loyers restant à ce niveau...Les investisseurs n'auront aucun intérêt à bloquer autant d'argent dans ce produit qui ne rapporte pas, qui cause des soucis de gestion et dont le potentiel de hausse est inexistant. Sans investisseurs, 50% d'acheteurs en moins...

C'est pas faux  a répondu le 07/12/2011 à 0:35:

La pierre n'est une valeur refuge que si elle est en hausse. Dès les premières baisses ou dès le durcissement de la fiscalité (et devinez où la gauche va aller chercher l'argent...), les investisseurs se détourneront d'un investissement peu rentable, peu liquide, et impossible à dissimuler au fisc.

vanessa  a écrit le 06/12/2011 à 8:06 :

Salut à tous, j'ai trouvé un site qui donne des astuces pour payer moins de frais de notaire ce qui couplé à une éventuelle baisse des prix de l'immobilier, qui à mon avis ne se fera jour que lorsque les taux d'intêrets remonterons de manière significative, permet de faire de substancielles économies.
Enfin bref voici le lien :http://caissier.perso.sfr.fr/

PUBLICITE  a répondu le 06/12/2011 à 13:22:

Alerte PUB

Magma  a écrit le 06/12/2011 à 7:42 :

Nous allons vers une chute des prix entre 30 et 50% comme entre 1992 et 1998 cycle de baisse entam?apr?140% de hausse depuis 10 ans

joli discours  a écrit le 06/12/2011 à 7:08 :

Le vrai constat c est après 1/2/2012 : blocage du marché . Il y a effectivement une surabondance de biens proposés à la vente ( +15 % dans la region aquitaine sur leboncoin) mais on ne peut pas parler d une baisse significative des prix comme c était prévu dans la période transitoire. Bien sur il y a de bonnes affaires à faire et là encore ce sont les gens avertis ( marchands de biens , investisseurs ..) qui les feront.

Gerber  a écrit le 06/12/2011 à 1:43 :

Sur Paris la baisse se fait d?rer ... J'arr? pas d'entendre que x ou y ach? cash, que les biens dans les arrondissements ?n chiffre partent encore comme des petits pains. :-/

Generation Post 80  a écrit le 05/12/2011 à 23:52 :

Compliqué... vu la structure économique du pays, la chute sera violente. Seule question : pour une fois depuis fort longtemps, l'état ne va-t-il réellement pas manipuler ce marché via la fiscalité et la loi : il reste encore tellement de régimes en faveur de certains acteurs du marché de l'immobilier, au détriment d'autres ............

alain  a écrit le 05/12/2011 à 22:08 :

Oui à Lyon, appartement de 98 m2 avec garage et balcon, près du centre, présenté à 300K?, ce qui est déjà au-dessous du prix habituel vu la localisation, pour lequel j'ai fait une offre à 280 K? qui a été accepté. Il s'agissait d'un appartement de rapport pour le propriétaire, mais les locataires s'en vont. Seul point, la vente est déclarée nulle si l'acte de vente n'est pas signée avant la fin janvier, mais ça devrait être largement possible.(compromis signé en octobre).

Chris 92  a écrit le 05/12/2011 à 18:49 :

C'est bizarre quand les prix grimpent, les professionnels de l'immobilier le clairone sur tous les toits. Quand ?chute c'est calme plat.

Z  a répondu le 13/12/2011 à 19:13:

Souvent les professionnels font un état du marché tel qu'il est. Et ensuite les journalistes "claironnent". Les professionnels n'ont qu'un seul intérêt : que les choses durent. Pour pouvoir manger demain. Croyez vous qu'ils soient heureux de voir des hausses de 15 % / an qui diminuent le nombre d'acheteurs, rend les vendeurs irrealistes et bloquent le marché (donc le nombre de ventes et donc la paie a la fin du mois) ? Ce qui compte pour un professionnel, c'est de travailler pour pouvoir prélever sa commission et gagner sa vie. La hausse des prix, fondamentalement il s'en fiche.

Indicateur non fiable  a écrit le 05/12/2011 à 18:08 :

L'indicateur ne parait pas très fiable : les biens sont peut-être moins chers car de moindre qualité.
Par contre, un chiffre est vraiment parlant : recul de 9% du volume des ventes entre oct. 2010 et oct. 2011 (constaté par les notaires). La prétendue pénurie de biens a rencontré une pénurie d'acquéreurs.
On le comprend : les prix sont très élevés, les taux remontent, l'économie va mal et l'effet valeur refuge s'est essoufflé : ceux qui pouvaient acheter en 2010 l'ont fait. Les mesures fiscales dissuadent les investisseurs. Il ne reste plus que les ménages... insolvables à ces prix là. D'un autre côté, les vendeurs qui ont compris que les beaux jours sont derrière eux sont sensiblement plus nombreux aujourd'hui (19 000 annonces sur seloger pour Paris contre 10-11 000 en décembre 2010).

zoz  a écrit le 05/12/2011 à 17:57 :

Cela baisse nettement, mais il y a encore de la marge ... de toute façon le marché immobilier réponds à la règle de l'offre et de la demande. Jusqu'à présent la demande était dopée aux scelliers, TPZs, Tx bas etc ... ca va bouger, malheur au Tx variable.

Cbxmax  a écrit le 05/12/2011 à 17:19 :

Je n'ai qu'un seul commentaire à faire: je n'investis plus dans mon pays, et j'en plus qu'assez de l'irresponsabilité de nos dirigeants. Je n'ai aucune envie de voir mon investissement et / ou mon épargne fiscalisé sans préavis parce que nos édiles ne sont pas capables de réduire les coûts de l'état à cause de leur attitude clientéliste.
Et le discours moralisateur n'y change rien. Et si nous sommes nombreux dans ce cas, alors oui, les prix vont continuer à baisser...

ouf  a répondu le 05/12/2011 à 18:36:

tant mieux

churchill  a écrit le 05/12/2011 à 17:10 :

les arbres ne montent pas au ciel, n'en deplaise a certains

Olivier  a écrit le 05/12/2011 à 16:16 :

Pour partie la baisse est li?au d?r des vendeurs de vendre avant le 1er f?ier pour ?ter de se faire tondre par le fisc.
Il devrait y avoir une baisse des transactions ensuite!

DerRichter  a répondu le 13/12/2011 à 10:48:

Quand vous dites "se faire tondre", vous voulez dire "payer légitimement un impôt sur une plus-value gagnée en restant assis sur sa chaise et en spoliant l'acheteur" ?

je confirme  a écrit le 05/12/2011 à 15:59 :

Abonné sur des sites Internet, je reçois en moyenne 20 offres pour 2 jours contre 20 tous les 3 jours avant dans ma tranche de prix. On trouve aussi des prix "cassés" qu on ne voyait pas avant.