Logement à Paris  : Anne Hidalgo donne la priorité aux classes moyennes

Par Mathias Thépot  |   |  500  mots
(Crédits : Reuters)
La candidate à la mairie de Paris a pour priorité le logement. Elle veut rendre plus accessible le parc locatif privé aux classes moyennes.En créant notamment une agence qui aiderait à transformer les bureaux obsolètes en logements, recenserait les logements vacants et acquérerait des biens dans les copropriétés privées pour favoriser la mixité sociale.

La crise du logement qui sévit dans la Capitale sera la priorité numéro un de la candidate socialiste à la mairie de Paris Anne Hidalgo. Elle compte pour la résoudre mobiliser les ressources du secteur privé.

"Si la crise du logement a atteint un tel point, c'est aussi parce que le secteur privé n'a pas joué son rôle", juge Anne Hidalgo, qui ajoute avoir "conscience de la nécessité d'intervenir" sur ce marché.

Elle a donc assuré ce lundi lors d'une conférence de presse qu'elle agirait sur les loyers du secteur locatif privé qui pénalisent les classes moyennes. "Paris a un manque criant de logements dont le loyer se situe entre 13 et 20 euros le mètre carré", constate la candidate socialiste.

Lancement d'une agence publique-privée

Pour faire émerger une gamme significative de logements locatifs dits "intermédiaires", Anne Hidalgo propose de créer une agence publique-privée, qui prendrait la forme d'une Société d'économie mixte et dont le périmètre d'action "s'inscrirait dans l'espace du grand Paris", indique la candidate.

Cette agence serait financée "par les mairies et par les institutionnels privés". Ces derniers s'engageraient à louer à des prix inférieurs au prix du marché, en contrepartie de garanties de la collectivité sur les impayés de loyers, ainsi que sur les dégradations. L'agence aura également pour mission d'aider à transformer les bureaux obsolètes en logements, de recenser les logements vacants et d'acquérir des logements dans les copropriétés privées pour favoriser la mixité sociale.

Remettre sur le marché des logements vacants

La candidate socialiste entend remettre sur le marché entre "140 et 200 000 logements qui ne sont pas loués et sont donc vacants à Paris ». Elle veillera également à l'application de la loi sur l'encadrement des loyers que la ministre du Logement, Cécile Duflot, a fait voter la semaine dernière. Les logements sociaux seront également prioritaires pour la candidate qui promet de tenir l'objectif de 25% de logement sociaux à horizon 2025 et 30% pour 2030. Au total, "le budget alloué au logement se maintiendra autour de 500 millions d'euros par an", promet-elle.

La location plutôt que l'accession à la propriété

La candidate socialiste met donc clairement l'accent sur la location plutôt que sur l'accession à la propriété.

"Paris est une ville de locataires avec une forte mobilité, dans laquelle l'accession à la propriété n'est pas le sujet numéro un. Si nous arrivons à endiguer la hausse des loyers, il y a aura un effet bénéfique sur les prix de l'immobilier", explique Anne Hidalgo.

L'actuelle adjointe au maire de Paris n'engagera en outre pas de cession de foncier à moindre coût à des opérateurs privés pour favoriser l'accession à la propriété, "puisque l'on rentrerait alors dans des difficultés liées à la mise en place de clauses anti-spéculatives", ajoute la candidate. Au final, Anne Hidalgo promet, si elle est élue, que 10.000 logements nouveaux par an seront disponibles à la location pour les parisiens… pas une mince affaire.

.